Stratégies d'intervention Sociales/comportementales peuvent aider des consommateurs de drogue à éviter VHC, Infections à VIH lié à l'injection

Published on February 24, 2014 at 12:00 AM · No Comments

En Dépit d'un certain nombre d'intervention et de programmes d'enseignement sociaux/comportementaux, l'écart de l'hépatite C (VHC) dans les gens qui injectent des médicaments (PWIDs) demeure un problème continuel. Maintenant, les chercheurs affiliés avec le Centre de l'Université de New York pour la Recherche de VIH d'Utiliser-et de Médicament (CDUHR) se concentrent sur les stratégies d'intervention qui mettent en valeur les dangers peu de-sus de la Transmission du VHC par le partage de l'autre matériel d'injection tel que des cuiseurs, des filtres, l'eau de médicament-dilution et des récipients de l'eau.

Leur article, « L'Intervention Sûre Restante : Les Gens de Formation Qui Injectent des Médicaments dans les Stratégies Pour Éviter le VHC Lié à l'injection et l'Infection à VIH, » ont publié dans Mars-avril la question 2014 de l'Éducation de SIDA et la Prévention, explore la faisabilité et l'efficacité de leur « Rester l'Intervention Sûre, » intervention sociale/comportementale force-basée conduite avec des petits groupes de PWID, conçus pour faciliter la prévention à long terme du VIH et du VHC.

« L'Intervention Sûre Restante recherche à réduire le risque d'injection en intervenant en amont dans le réseau causal des comportements de risque par la modélisation, s'exerçant dedans, et motivant l'utilisation des stratégies et des pratiques de la risque-manière d'éviter à long terme, » a dit M. Pedro Mateu-Gelabert, l'Investigateur Principal de l'étude, aux Instituts de Recherches NYC-basés de Développement National.

Le M. Mateu-Gelabert et son équipe de NDRI-CDUHR a évalué 68 injecteurs rue-recrutés du Côté Est Inférieur de Manhattan. L'objectif était de réduire les comportements de risque de l'injection des participants, d'autoriser et motiver le changement de comportement, et d'enseigner la tactique pour aider à réduire l'admission de médicament. Le programme en cours a été établi sur les découvertes de leur étude 2005, « Restant Sûr, » qui ont regardé les comportements et les stratégies des personnes qui avaient injecté des médicaments pendant des longues périodes de temps (8-15 ans) mais n'avaient pas contracté le VIH ou le VHC.

« L'Intervention Sûre Restante ne se concentre pas exclusivement sur le moment de l'injection, » explique M. Mateu-Gelabert, « mais sur les causes déterminantes en amont du comportement de risque, telles que le stigmate, les réseaux de risque, le soutien social et le revenu, alors que les injecteurs d'une manière encourageante à planifier pour l'avenir afin de manager mieux les contextes médicament médicament de risque ils sont susceptibles de faire face. »

Read in | English | Español | Français | Deutsch | Português | Italiano | 日本語 | 한국어 | 简体中文 | 繁體中文 | Nederlands | Русский | Svenska | Polski