Recherche sur des effets de caféine sur des jeunes gens après puberté

Published on June 16, 2014 at 2:23 AM · No Comments

La Consommation de caféine par des enfants et des adolescents avait monté pendant des décennies, due dans la grande partie de la popularité des bicarbonates de soude caféinés et des boissons d'énergie, qui maintenant sont lancées sur le marché aux enfants aussi jeunes que quatre. En Dépit de ceci, il y a peu de recherche sur les effets de la caféine sur des jeunes gens.

Un chercheur qui effectue de telles enquêtes est la Tempe de Jennifer, PhD, professeur agrégé dans le Service des Sciences d'Exercice et de Nutrition, Université à l'École de Buffalo de la Santé Publique et des Professions Médicales.

Son étude neuve constate qu'après puberté, les garçons et les filles remarquent la fréquence cardiaque différente et la pression sanguine change après utilisation de la caféine. Les Filles remarquent également quelques différences dans l'effet de caféine pendant leurs cycles menstruels.

L'étude, des « Réponses Cardiovasculaires à la Caféine par Genre et le Stade Pubertaire, » seront publiés le 16 juin en ligne dans l'édition de Juillet 2014 de la Pédiatrie de tourillon.

Les photos Téléchargeables de la Tempe sont disponibles chez http://www.buffalo.edu/news/releases/2014/06/019.html.

Au Delà des études, y compris ceux par cette équipe de recherche, ont prouvé que la caféine augmente la pression sanguine et diminue la fréquence cardiaque chez les enfants, adolescents et adultes, y compris les garçons et les filles préadolescents. Le but ici était d'apprendre si les différences entre les sexes en les réponses cardiovasculaires à la caféine apparaissent après puberté et si ces réactions diffèrent en travers des phases du cycle menstruel.

La Tempe indique, « Nous a trouvé une interaction entre le genre et la dose de caféine, avec des garçons ayant une réaction plus grande à la caféine que des filles, ainsi que des interactions entre la phase pubertaire, le genre et la dose de caféine, avec des différences entre les sexes actuelles dans poteau-pubertaire, mais pas dans pré-pubertaire, des participants.

« En Conclusion, » il dit, « nous a trouvé des différences en réponse à la caféine en travers du cycle menstruel dans les filles poteau-pubertaires, avec les diminutions de la fréquence cardiaque qui étaient plus grandes dans les augmentations mi-luteal de phase et de pression sanguine qui étaient plus grandes pendant la phase mi-folliculaire du cycle menstruel.

« Dans cette étude, nous examinions exclusivement les résultats matériels de la consommation de caféine, » il dit. Les Phases du cycle menstruel, marquées par les niveaux de modification des hormones, sont la phase folliculaire, qui commence le premier jour des règles et des extrémités par l'ovulation, et la phase luteal, qui suit l'ovulation et est marquée par des niveaux sensiblement plus élevés de progestérone que la phase précédente.

La Future recherche dans cette zone déterminera le point auquel les différences entre les sexes sont assistées par des facteurs physiologiques tels que le niveau d'hormone stéroïde ou par des différences dans les configurations de l'utilisation de caféine, utilisation de caféine des pairs ou de plus d'autonomie et contrôle des achats de boisson, Tempe dit.

Cet en double aveugle, controlé par le placebo, étude de réponse à dose donnée a été financé par une concession de l'Institut National sur la Toxicomanie des Instituts de la Santé Nationaux.

Elle a examiné la fréquence cardiaque et la pression sanguine avant et après la gestion du placebo et deux doses de caféine (1 et 2 mg/kg) dans pré-pubertaire (8 - à de 9 ans ; n = 52) et poteau-pubertaire (15 - à de 17 ans ; n = 49) garçons (n = 54) et filles (n = 47).

Les Co-auteurs sont Amanda M. Ziegler, Coordinateur de projet pour le Laboratoire de Recherches de Nutrition et de Santé, et étudiant de troisième cycle Adam Gracyzk, au Service d'UB des Sciences d'Exercice et de Nutrition, à l'École d'UB de la Santé Publique et des Professions Médicales ; Ashley Bendlin, étudiant de premier cycle au Programme d'Études Sur L'environnement et au Département de Psychologie, Université d'UB des Arts et Sciences ; Theresa Sion, étudiant de premier cycle dans des soins de famille, École de Soins Infirmiers d'UB ; et Karina Vattana, qui a récent reçu un diplôme avec un SB en sciences biomédicales, École de Médecine d'UB et Sciences Biomédicales.

Read in | English | Español | Français | Deutsch | Português | Italiano | 日本語 | 한국어 | 简体中文 | 繁體中文 | Nederlands | Русский | Svenska | Polski