Avertissement : Cette page est une traduction automatique de cette page à l'origine en anglais. Veuillez noter puisque les traductions sont générées par des machines, pas tous les traduction sera parfaite. Ce site Web et ses pages Web sont destinés à être lus en anglais. Toute traduction de ce site et de ses pages Web peut être imprécis et inexacte, en tout ou en partie. Cette traduction est fournie dans une pratique.

Qu'entraîne des troubles alimentaires ?

Des troubles alimentaires, tels que des anorexies mentales, boulimie et excès mangeant, sont caractérisés par une attitude exceptionnelle envers la nourriture qui peut faire modifier une personne leurs habitudes alimentaires et comportement alimentaire.

Aucune cause pour des troubles alimentaires n'a été déterminée. Bien qu'une préoccupation de poids corporel et la forme de fuselage semblent être centrales à tous les troubles alimentaires, la recherche a jusqu'ici prouvé que des troubles alimentaires sont associés (mais par pas entraînés) à beaucoup de différents facteurs, qui peuvent être génétiques, culturels, sociaux, comportementaux, psychologiques ou biologiques.

Par conséquent, « cause » d'un trouble alimentaire en peuvent être multifactoriels et complexes.

Facteurs de risque pour des troubles alimentaires

Les troubles alimentaires peuvent affecter des personnes de n'importe quel race, âge ou classe socio-économique.  Les facteurs de risque qui augmentent la probabilité de développer un trouble alimentaire comprennent :

Facteurs génétiques

La recherche propose que les facteurs génétiques puissent augmenter la probabilité d'une personne développant un trouble alimentaire. Les personnes avec un parent au premier degré qui a une histoire d'un trouble alimentaire sont plus susceptible que des personnes sans un tel parent, à elles-mêmes développent un trouble alimentaire. De plus, les chercheurs ont recensé les gènes spécifiques qui influencent des hormones telles que le leptin et le ghrelin. Les experts croient cela ainsi qu'alimenter de réglementation, ces hormones peuvent influencer les traits et les comportements de personnalité qui sont associés à l'anorexie et à la boulimie.

Influences à l'intérieur des frontières ou à l'école

La recherche existante sur le rôle de la famille en déclenchant un trouble alimentaire est en grande partie transversale, rétrospective et non fondée. Cependant, on lui a proposé que comportements de parents les' puissent influencer les habitudes alimentaires de leur enfant. Par exemple, mères qui suivent un régime ou l'inquiétude excessivement au sujet de leur grammage peut déclencher leur enfant pour développer une attitude anormale envers la nourriture, de même que peut un père ou un enfant de mêmes parents qui taquinent une personne au sujet de leur grammage ou forme.

De même, les commentaires formulés par des camarades de classe dans l'environnement scolaire peuvent influencer l'assiette d'un enfant aux habitudes alimentaires et les grandes expectatives d'un parent ou du professeur du rendement d'un enfant à l'école peuvent également aider à jeter les fondements pour un trouble alimentaire.

Personnalité et caractère

Les personnes avec des troubles alimentaires tendent à partager la personnalité assimilée et les traits comportementaux tels que la faible estime de soi, le perfectionnisme, l'approbation recherchant, la dépendance, et les problèmes avec l'auto-sens.

De plus, les troubles de la personnalité spécifiques peuvent augmenter le risque pour développer des troubles alimentaires, ceux-ci comprennent :

Trouble de la personnalité évitante

Les personnes dans cette condition sont en général perfectionnistes, avec émotion et sexuellement inhibées, nonrebellious et terrifiées de l'critique ou être humilié.

Trouble de la personnalité obsessionnel

Les personnes avec ce trouble peuvent être perfectionnistes, moralement rigides, ou excessivement concerné par des règles et la commande.

Trouble de la personnalité Borderline état limite

Ce trouble est associé à auto-destructeur et aux comportements impulsifs.

Trouble de la personnalité narcissique

Les caractéristiques de ce trouble comprennent une incapacité de se soulager ou d'empathize avec d'autres ainsi qu'un besoin d'admiration et une hypersensibilité à la critique ou à la défaite.

Facteurs psychologiques

L'état psychologique tel que le Trouble de stress traumatique, le trouble panique, les phobies et la dépression de goujon tous a été associé aux habitudes alimentaires anormales, comme ayez les facteurs de stress de durée tels que la perte de travail, le divorce, ou satisfaire à l'intimidation ou à une difficulté apprenante telle que la dyslexie. Stressants ou des situations stressantes telles que des échéances serrées au travail, à l'école ou à l'université ou à remarquer la mort de aimée sont tous les exemples des facteurs qui peuvent contribuer au développement d'un trouble alimentaire.

Troubles de l'image corporelle

Des troubles de l'image corporelle tels que le trouble dysmorphique de fuselage, où une personne a un point de vue déformé de leur fuselage, ou le dysmorphia de muscle qui décrit une obsession avec la masse musculaire, sont souvent associés à l'anorexie ou à la boulimie.

Pressions culturelles

Le choc des medias dans la culture occidentale peut alimenter un désir pour ou une obsession avec l'idée d'être légèrement. Dans les medias, la minceur ou la minceur est souvent égalisée avec la réussite et la popularité, qui peuvent cultiver et encouragent l'idée d'être minces, particulièrement parmi des jeunes filles. Cependant, les medias lance également violemment les nourritures bon marché et calorifiques, qui peuvent entraîner la confusion et la tension. De la pression d'être légèrement peut également être perçue par les personnes qui participent aux activités compétitives ou sportives telles que la modélisation, le ballet ou le fonctionnement.

Comme résultat, les gens peuvent développer des attentes irréalistes pour leur image du corps et mettre une accentuation exagérée sur l'importance d'être minces.

Facteurs biologiques

Un système corporel appelé l'axe hypothalamique-pituitaire-adrénal (HPA) peut jouer un rôle majeur dans les troubles alimentaires.

Le HPA relâche des régulateurs d'appétit, de tension et d'humeur tels que la sérotonine, la nopépinéphrine, et la dopamine. Des anomalies de ces messagers chimiques sont considérées comme joueres un rôle majeur dans les troubles alimentaires. La sérotonine est importante dans le contrôle de l'inquiétude et de l'appétit tandis que la nopépinéphrine est un régulateur de tension et la dopamine joue un rôle dans le comportement qui recherche la récompense. Un déséquilibre de sérotonine et de dopamine peut aider à expliquer pourquoi les gens avec l'anorexie ne dérivent pas un sens du plaisir de la nourriture et d'autres conforts courants.

Further Reading

Last Updated: Aug 23, 2018

Sally Robertson

Written by

Sally Robertson

Sally has a Bachelor's Degree in Biomedical Sciences (B.Sc.). She is a specialist in reviewing and summarising the latest findings across all areas of medicine covered in major, high-impact, world-leading international medical journals, international press conferences and bulletins from governmental agencies and regulatory bodies. At News-Medical, Sally generates daily news features, life science articles and interview coverage.

Citations

Please use one of the following formats to cite this article in your essay, paper or report:

  • APA

    Robertson, Sally. (2018, August 23). Qu'entraîne des troubles alimentaires ?. News-Medical. Retrieved on July 02, 2020 from https://www.news-medical.net/health/What-Causes-Eating-Disorders.aspx.

  • MLA

    Robertson, Sally. "Qu'entraîne des troubles alimentaires ?". News-Medical. 02 July 2020. <https://www.news-medical.net/health/What-Causes-Eating-Disorders.aspx>.

  • Chicago

    Robertson, Sally. "Qu'entraîne des troubles alimentaires ?". News-Medical. https://www.news-medical.net/health/What-Causes-Eating-Disorders.aspx. (accessed July 02, 2020).

  • Harvard

    Robertson, Sally. 2018. Qu'entraîne des troubles alimentaires ?. News-Medical, viewed 02 July 2020, https://www.news-medical.net/health/What-Causes-Eating-Disorders.aspx.

Comments

  1. Charlotte Bevan Charlotte Bevan United Kingdom says:

    Whilst well meant, I'm sure, this article is both inaccurate and offensive, as well as being some time-warp from the last century - literally.

    The focus on family issues is not proven, despite huge amounts of money and reams of rain forest being wasted on speculative clinical observations.  Parents do not cause eating disorders.

    The same can be said for cultural factors.  Causation and correlation are two different things.

    For up-to-date information on eating disorders please visit feast-ed.org.  For parents of children with eating disorders, there is a peer-to-peer forum at aroundthedinnertable.org.

    It is time to stop blaming and time to start treating eating disorders with evidence based treatments.

  2. Julie O'Toole MD, MPH Julie O'Toole MD, MPH United States says:

    I am sorry but I disagree with almost everything you have written.  I am a pediatric eating disorder physician who has seen well over 2000 children with eating disorders in our clinic.

    Parents do not cause eating disorders--indeed they could not do so if they wanted to, anymore than they could "cause" schizophrenia.  This belief that dysfunction within the family is a cause of eating disorders or of anorexia nervosa is left over from the last century.  Discard it please and read the genetic literature.

    Having an obese parent does not cause or trigger bulimia.  Were that so, the prevalence of bulimia would be vastly greater than it is.

    I, in particular, appreciate your discussing hormones, but everything you said is merely a report on the hormones themselves.  In what way do you feel ghrelin, for example, is part of the cause?  High levels of cortisol are often seen in AN, but there is no evidence this is a trigger or cause.  It is likely a consequence. Correlation does not imply causation.

    "Eating disorders may be triggered to avoid sexuality"--- how about our many ten year old little boys and girls with anorexia?  Please!  Again, discard these left-overs from a era where hypothesizing and guessing about mental illness passed for science.

  3. Jennifer Ouellette Jennifer Ouellette United States says:

    If you don't have the psycho-biological makeup to develop an eating disorder, it won't happen. Period. Poor parenting has nothing to do with it; in our case, as the family of an anorexic, we've been certified highly-functional by an entire treatment team of professionals. To perpetuate this tired, non-evidenced based myth, which like that of the refrigerator mother causing autism, causes untold harm is sloppy medicine at best and unconscionable at worst.

The opinions expressed here are the views of the writer and do not necessarily reflect the views and opinions of News Medical.