Fraction d'ADN de la camelote ADN

Seulement 2% de la séquence d'ADN dans le génome humain est employé pour effectuer des protéines, alors que le reste noncoding des séquences d'ADN sans fonctionnement complet expliqué, familièrement également connu sous le nom de camelote ADN. Dans toute l'évolution, le segment de non-codage des génomes eucaryotes a été augmenté par les mécanismes variés tels que des omissions ou des mises en place des séquences d'ADN, ainsi que par le procédé entier de duplication de génome.

À la différence de la partie de codage, la région de non-codage peut varier énormément dans la taille - même entre la substance étroitement liée. Si nous comparons la quantité de séquence d'ADN génomique de non-codage qui aligne entre l'être humain et la souris, on peut observer la variabilité significative dans différentes régions des génomes, et la fraction de l'ADN répétitif varie également. La proportion de fonctionnalité dans de telles régions abondantes de non-codage demeure une question controversée.

Fraction fonctionnelle du génome

Un volume de séquences d'ADN peut avoir des rôles fonctionnels importants, malgré le fait que ils ne codent pas des protéines. La recherche récente conduite par approche évolutionnaire de haute résolution prouve qu'un total de 8,2% (7.1-9.2%) du génome humain peuvent être considérés fonctionnels, qui représente trois fois plus de fonctionnalité si comparé à l'les homologues génétiques d'une souris.

Un grand nombre de séquences de non-codage produisent les molécules d'ARN qui peuvent régler l'expression du gène en les tournant marche-arrêt. L'ADN dont un tel ARN de réglementation est transcrit peut être très reculé des gènes qu'ils règlent, parfois même situé sur différents chromosomes. D'autres séquences d'ADN contiennent l'amplificateur ou les éléments inhibiteurs.

La part importante du génome mammifère (13,6%) peut fonctionner par l'intermédiaire de la formation des structures secondaires d'ARN fortement économisé et spécifique. Puisqu'une myriade de elles agissent en tant qu'éléments d'une structure secondaire d'importance fonctionnelle, ils sont employés souvent pendant qu'un outil pour étudier le choix évolutionnaire dans des eucaryotes plus élevés.

Trois fractions importantes d'ADN eucaryotique

Une grande part de non-codage ADN en cellule eucaryote forme les copies multiples des séquences d'ADN dans le génome, généralement désignées sous le nom de l'ADN répétitif. Tandis que certaines de ces séquences sont tout à fait courtes, d'autres peuvent être sensiblement plus longues et entremêlées à l'emplacement varié dans le génome. L'existence de ces séquences répétitives a été au commencement identifiée dans les expériences où on a observé l'ADN eucaryotique dénaturé au renature nonuniformly ; en d'autres termes, une partie de elle a expliqué une rassociation plus rapide si comparée à la partie d'ADN cellulaire.

Approximativement 50-60% d'ADN mammifère rassocie à un régime lent, indiquant qu'il consiste principalement en une unique-copie ADN. Puisque seulement une copie de chaque gène est contenue dans un tel jeu haploïde d'ADN, la fraction de l'unique-copie ADN contient pratiquement tous les gènes qui codent l'ARNm (et éventuellement les protéines).

Pour encore 25-40% pour cent d'ADN mammifère un régime intermédiaire de rassociation a été montré. Cet ADN se compose principalement d'un grand nombre de copies, caractéristique pour relativement un petit nombre de familles de séquence dans un organisme spécifique. Puisque ces séquences peuvent parfois être copiées et réintroduites dans une place neuve dans un génome, elles sont également connues en tant qu'éléments mobiles d'ADN.

Pour finir, approximativement 10-15% d'ADN mammifère rassocie à une vitesse très rapide. Cette réassociation rapide de l'ADN répétitif désigné également sous le nom de la simple-séquence ADN ; elle se compose principalement de plusieurs différents ensembles de séquences courtes (de jusqu'à 10 paires de bases) dans de longs choix de répétitions tandem et adjacentes.

Further Reading

Last Updated: Aug 23, 2018

Dr. Tomislav Meštrović

Written by

Dr. Tomislav Meštrović

Dr. Tomislav Meštrović is a medical doctor (MD) with a Ph.D. in biomedical and health sciences, specialist in the field of clinical microbiology, and an Assistant Professor at Croatia's youngest university - University North. In addition to his interest in clinical, research and lecturing activities, his immense passion for medical writing and scientific communication goes back to his student days. He enjoys contributing back to the community. In his spare time, Tomislav is a movie buff and an avid traveler.

Citations

Please use one of the following formats to cite this article in your essay, paper or report:

  • APA

    Meštrović, Tomislav. (2018, August 23). Fraction d'ADN de la camelote ADN. News-Medical. Retrieved on August 20, 2019 from https://www.news-medical.net/life-sciences/DNA-Fraction-of-Junk-DNA.aspx.

  • MLA

    Meštrović, Tomislav. "Fraction d'ADN de la camelote ADN". News-Medical. 20 August 2019. <https://www.news-medical.net/life-sciences/DNA-Fraction-of-Junk-DNA.aspx>.

  • Chicago

    Meštrović, Tomislav. "Fraction d'ADN de la camelote ADN". News-Medical. https://www.news-medical.net/life-sciences/DNA-Fraction-of-Junk-DNA.aspx. (accessed August 20, 2019).

  • Harvard

    Meštrović, Tomislav. 2018. Fraction d'ADN de la camelote ADN. News-Medical, viewed 20 August 2019, https://www.news-medical.net/life-sciences/DNA-Fraction-of-Junk-DNA.aspx.

Comments

The opinions expressed here are the views of the writer and do not necessarily reflect the views and opinions of News-Medical.Net.
Post a new comment
Post