Avertissement : Cette page est une traduction automatique de cette page à l'origine en anglais. Veuillez noter puisque les traductions sont générées par des machines, pas tous les traduction sera parfaite. Ce site Web et ses pages Web sont destinés à être lus en anglais. Toute traduction de ce site et de ses pages Web peut être imprécis et inexacte, en tout ou en partie. Cette traduction est fournie dans une pratique.

Combien importante est la variation d'intronique ?

Quelle est variation d'intronique ?

La majorité de génomes humains ont un grand choix d'introns qui doivent être éliminés un qu'un gène a été transcrit de l'ADN à l'ARN, car ils ne codent pas l'information pour traduire l'ARN en protéines. Car les mutations d'intronique n'affectent aucune séquence à base de protéines, elles sont ignorées pour la plupart en essayant d'indiquer exactement toutes les variations génétiques normales ou pathogènes. Néanmoins, les introns composent environ 50% du génome humain de non-codage : ils peuvent avoir quelques rôles administratifs importants à l'intérieur du fuselage.

Les introns peuvent être particulièrement grands, et ils représentent la majorité de la séquence d'ADN en gènes humains. Cependant, très peu est compris au sujet de leurs implications et configurations fonctionnelles de variation structurelle. La perte d'introns se produisent fréquemment en gènes evolutionarily antiques - qui diffère des pertes précédemment découvertes d'exons superposants, observé moins souvent, et habituellement seulement les gènes de primate-détail d'affect.

Les omissions d'intronique tendent, pour cette raison, à se produire plus fréquemment que prévu, en dépit d'une part importante de ces gènes ayant l'essentiel et les fonctionnements évolutionnaires antiques. Cette découverte était étonnante, autant d'études ont montré la conservation relativement élevée des séquences codant les gènes évolutionnaires.

Elle était plus tard prouvée que ces omissions peuvent montrer les changements considérables de la longueur du lieu de gène. On lui a également montré qu'un grand nombre de ces omissions sont associées à sur- ou à la sous-expression des gènes affectés.

La variation dRost9 | Shutterstock

Quel effet la variation d'intronique a-t-elle sur l'expression génétique ?

Le trouble récessif autosomique de multisystème : Le syndrome de Cockayne, est recensé par un grand choix de sympt40mes : microcéphalie, invalidité intellectuelle, handicap sensoriel, échec sévère d'accroissement, sensibilité cutanée, et neuropathie périphérique. Cette maladie génétique rare est liée aux variations les gènes d'ERCC8 et d'ERCC6. Des ampleurs variées de la gravité ont été caractérisées selon l'âge du début et la survie des malades - sans n'importe quelle corrélation évidente de phénotype-génotype.

Une étude précédente a détaillé le cas de deux frères présent une survie à long terme, pourtant le phénotype sévère du syndrome de Cockayne. Une variation profonde homozygote de nucléotide d'intronique, qui entraîne la mise en place d'un exon complexe dans la transcription ERCC8, a été recensée dans les patients en modifiant les éléments réglementaires d'intronique avérés significative pour la définition d'exon.

Des des autres étudient à partir de 2004 des petits groupes l'augmentation des découvertes cliniques et biologiques qui prouvent probablement une tige entre le renouvellement du cholestérol de cerveau et la maladie d'Alzheimer, avec les niveaux cérébraux élevés du cholestérol augmentant probablement la charge d'Aβ.

L'élimination du cholestérol cérébral exige deux mécanismes qui dépendent de l'apolipoprotéine E, ainsi qu'enzyme d'hydroxylase du cholestérol 24. L'objectif de cette étude particulière était d'observer et mesurer une variation importante dans l'intron CYP46, avec le génotype de l'apolipoprotéine E comme facteurs de risque pour la maladie d'Alzheimer, ainsi que pour déterminer une corrélation possible entre le polymorphisme Apolipoprotein/CYP46, et le régime/ampleur de la progression de la maladie.

La distribution du génotype CYP46 était massivement différente dans les patients présentant la maladie d'Alzheimer comparée au contrôle. Le génotype de l'apolipoprotéine E ε4 s'est avéré plus fréquent dans la maladie d'Alzheimer (41%) que dans les patients de référence (16%).

Le rapport de chance pour le risque de maladie d'Alzheimer dans transporter de patients s'est avéré 2,8 ; avec des transporteurs de l'apolipoprotéine E ε4 ayant un rapport 4,05 de chance. Le rapport de chance pour les patients qui ont eu l'apolipoprotéine E ε4 et le CYP46 dans leur génotype était 17,75 - qui a expliqué l'effet synergique sur le risque de contracter la maladie d'Alzheimer.

Dans les patients présentant la maladie d'Alzheimer confirmée, si le patient avait un génotype contenant CYP46 à côté de l'apolipoprotéine E ε4 se sont avérés pour remarquer un déclin cognitif plus fort une fois observé à une affectation complémentaire d'une année. Ces découvertes démontrent, pour cette raison, la preuve directe que l'apolipoprotéine E et les polymorphismes les CYP46 augmentent synergiquement le risque pour développer la maladie d'Alzheimer, et influencent également la vitesse du déclin cognitif.

En conclusion, où il était la première pensée que les variations d'intron n'affectent pas le phénotype chez l'homme, les études récentes ont confirmé que les effets de ces variations d'intronique pourraient être la cause derrière un grand choix de maladies génétiques qui étaient par le passé vraisemblablement évasives.

Sources

  • Rigau M. et autres (2019). Intronique CNVs et variation d'expression du gène des populations humaines. doi : 10.1371/journal.pgen.1007902
  • Schalk A. et autres (2018). Variation profonde d'intronique du facteur de régulation de épissure du gène ERCC8 lié au syndrome sévère mais à long terme de Cockayne de survie. doi : 10.1038/s41431-017-0009-y
  • Borroni B. et autres (2004). Polymorphisme de l'intronique CYP46 avec le génotype d'apoE dans la maladie d'Alzheimer sporadique : des facteurs de risque aux modulateurs de la maladie. https://doi.org/10.1016/j.neurobiolaging.2003.08.004

Further Reading

Last Updated: Jul 15, 2019

Written by

Phoebe Hinton-Sheley

Phoebe Hinton-Sheley has a B.Sc. (Class I Hons) in Microbiology from the University of Wolverhampton. Due to her background and interests, Phoebe mostly writes for the Life Sciences side of News-Medical, focussing on Microbiology and related techniques and diseases. However, she also enjoys writing about topics along the lines of Genetics, Molecular Biology, and Biochemistry.

Citations

Please use one of the following formats to cite this article in your essay, paper or report:

  • APA

    Hinton-Sheley, Phoebe. (2019, July 15). Combien importante est la variation d'intronique ?. News-Medical. Retrieved on February 25, 2021 from https://www.news-medical.net/life-sciences/How-Important-is-Intronic-Variation.aspx.

  • MLA

    Hinton-Sheley, Phoebe. "Combien importante est la variation d'intronique ?". News-Medical. 25 February 2021. <https://www.news-medical.net/life-sciences/How-Important-is-Intronic-Variation.aspx>.

  • Chicago

    Hinton-Sheley, Phoebe. "Combien importante est la variation d'intronique ?". News-Medical. https://www.news-medical.net/life-sciences/How-Important-is-Intronic-Variation.aspx. (accessed February 25, 2021).

  • Harvard

    Hinton-Sheley, Phoebe. 2019. Combien importante est la variation d'intronique ?. News-Medical, viewed 25 February 2021, https://www.news-medical.net/life-sciences/How-Important-is-Intronic-Variation.aspx.

Comments

The opinions expressed here are the views of the writer and do not necessarily reflect the views and opinions of News Medical.