Avertissement : Cette page est une traduction automatique de cette page à l'origine en anglais. Veuillez noter puisque les traductions sont générées par des machines, pas tous les traduction sera parfaite. Ce site Web et ses pages Web sont destinés à être lus en anglais. Toute traduction de ce site et de ses pages Web peut être imprécis et inexacte, en tout ou en partie. Cette traduction est fournie dans une pratique.

Quelle est phylogénie ?

La phylogénie est la représentation de l'histoire et des relations évolutionnaires entre les groupes d'organismes.

Les résultats sont représentés dans un arbre phylogénétique qui fournit un résultat visuel des relations basées sur des caractéristiques matérielles et génétiques partagées ou divergentes.

L'analyse phylogénétique dépend du type de données entré, du nombre de substance et de la gamme des relations évolutionnaires interprétées.

Catégorie scientifique détaillée des êtres humains modernes, de l
Catégorie scientifique détaillée des êtres humains modernes, de l'ORGANISME par l'intermédiaire des VERTÉBRÉS à HOMO SAPIENS. Un arbre phylogénétique avec la liaison (commandes/sous-ordres) et les succursales (formes de durée relatives). Crédit d'image : Peter Hermes Furian/Shutterstock

Taxonomie et phylogénie

La taxonomie est la science de la catégorie où des organismes biologiques sont groupés ensemble et nommés basé sur des caractéristiques partagées. Elle tient compte de la transmission rationnelle entre les scientifiques, y compris des biologistes et des microbiologistes. La phylogénie est un outil utile pour des taxonomists parce qu'elle peut être employée pour vérifier le développement évolutionnaire. Taxonomie menée à l'étude de la phylogénie par le cadre de diviser des organismes en hiérarchie des catégories taxonomiques telles que la famille, le genre et les substances.

Le système de classification développé par Linnaeus pendant le XVIIIème siècle plus tard serait employé comme fondation pour impliquer la phylogénie en interprétant les relations évolutionnaires entre les catégories taxonomiques. La taxonomie et la phylogénie exigent la comparaison des caractéristiques entre les organismes, avec des études utilisant d'abord les caractéristiques morphologiques et progressant ensuite aux caractéristiques moléculaires.

Arbres phylogénétiques enracinés et non-racinés

Les arbres phylogénétiques peuvent être enracinés ou non-racinés. Les arbres phylogénétiques enracinés se réunissent à une remarque sur un noeud unique qui représente un ancêtre courant hypothétique. Il y a des méthodes variées pour produire un arbre phylogénétique enraciné mais les plus courants utilisent un outgroup se composant d'un parent éloigné pour toute autre substance dans l'analyse. Les arbres enracinés fournissent à une représentation des relations évolutionnaires par le temps, les plus longues voies entre des substances et un ancêtre réfléchissant la distance évolutionnaire la plus grande entre eux. Les arbres non-racinés manifestent les liens entre les organismes sans indiquer l'ascendance et n'exigent pas un ancêtre connu ou impliqué.

Phylogenetics moléculaire

Les approches phylogénétiques exigent de grands ensembles de données analysés par la modélisation mathématique rigoureuse. Les caractéristiques moléculaires peuvent produire un plus grand numéro des caractéristiques par rapport aux caractéristiques morphologiques. Les nucléotides dans l'ADN sont sans ambiguïté avec les conditions de caractère d'A, de C, de G et de T qui peuvent être bien définies. Des traits morphologiques, en revanche, sont basés sur la forme et la structure il peut superposer et être difficiles discerner que. La conversion simple d'information moléculaire en forme numérique signifie que ce type de données est particulièrement adapté pour l'analyse phylogénétique.

Une autre complication des phylogénies produites par des caractéristiques morphologiques est plasticité phénotypique. C'est où il y a moins de contrainte pour qu'un comportement ou une caractéristique morphologique change en réponse à un seul environnement. La plasticité phénotypique peut pour cette raison opacifier les signes phylogénétiques. Un certain nombre de relations évolutionnaires étonnantes ont été découvertes par le phylogenetics moléculaire, après avoir été mis en valeur par des phylogénies précédentes produites par des traits morphologiques.

Des arbres phylogénétiques moléculaires sont obtenus par la comparaison des séquences de nucléotides. Les séquences homologues indiquent qu'elles sont dérivées d'une séquence héréditaire courante. Les séquences d'ADN sont alors alignées ainsi les nucléotides homologues peuvent être comparés, notant n'importe quelle divergence par l'accumulation d'indels et de mutations ponctuelles. Les différences rayées de nucléotide sont alors employées pour reconstruire l'arbre phylogénétique avec l'analyse d'amorce souvent exécutée pour fournir des limites de fiabilité.

Évaluation de Speciation à partir des phylogénies

La phylogénie peut également être employée pour estimer la durée du speciation, expliquant combien de temps elle prend une substance neuve à la forme et les facteurs influençant cette période. Les simulations ont constaté que les phylogénies souvent ne contiennent pas assez d'information pour produire des prévisions impartiales des régimes de speciation et d'extinction, mais là modélisent les méthodes qui réduisent de biais. Le modèle prolongé de speciation suppose que le speciation est un procédé graduel avec la formation soutenue de la substance naissante remarquant une voie prolongée qui peut éventuellement mener au développement d'une substance neuve.

Une substance unique est définie dans le modèle comme composé de toutes les lignées qui n'ont pas été encore séparées par un événement de speciation-achèvement. Le modèle prolongé de speciation peut expliquer des régimes réduits de l'accumulation de lignée par le temps et l'analyse des phylogénies, combinée avec le modèle prolongé de speciation, produit une approche nouvelle à l'évaluation de la durée de speciation.

Sources :

Further Reading

Last Updated: Feb 26, 2019

Shelley Farrar Stoakes

Written by

Shelley Farrar Stoakes

Shelley has a Master's degree in Human Evolution from the University of Liverpool and is currently working on her Ph.D, researching comparative primate and human skeletal anatomy. She is passionate about science communication with a particular focus on reporting the latest science news and discoveries to a broad audience. Outside of her research and science writing, Shelley enjoys reading, discovering new bands in her home city and going on long dog walks.

Citations

Please use one of the following formats to cite this article in your essay, paper or report:

  • APA

    Stoakes, Shelley Farrar. (2019, February 26). Quelle est phylogénie ?. News-Medical. Retrieved on June 21, 2021 from https://www.news-medical.net/life-sciences/What-is-Phylogeny.aspx.

  • MLA

    Stoakes, Shelley Farrar. "Quelle est phylogénie ?". News-Medical. 21 June 2021. <https://www.news-medical.net/life-sciences/What-is-Phylogeny.aspx>.

  • Chicago

    Stoakes, Shelley Farrar. "Quelle est phylogénie ?". News-Medical. https://www.news-medical.net/life-sciences/What-is-Phylogeny.aspx. (accessed June 21, 2021).

  • Harvard

    Stoakes, Shelley Farrar. 2019. Quelle est phylogénie ?. News-Medical, viewed 21 June 2021, https://www.news-medical.net/life-sciences/What-is-Phylogeny.aspx.

Comments

The opinions expressed here are the views of the writer and do not necessarily reflect the views and opinions of News Medical.