De meilleurs soins de rappe ont pu sauver des milliers de durées chaque année

Une étude de huit mois à 21 hôpitaux canadiens, aboutis par un chercheur canadien de réseau et de coeur et de rappe de fondation de rappe, constaté que la majorité de patients n'a pas reçu des soins sur un élément d'accident vasculaire cérébral aigu.

Dans la théorie, la défaillance de fournir des soins dispensés de rappe d'hospitalisé a pu contribuer « à une augmentation de huit patients complètement ou de personne à charge pour des patients de chaque 100 rappes vus. »

« Donné que 50.000 Canadiens souffrent la rappe tous les ans, une mise en place plus répandue des soins dispensés de rappe pourrait signifier que jusqu'à 4.000 personnes qu'une année - environ huit par semaine - pourrait être enrégistrée de la mort ou a stocké la rappe dévastatrice d'invalidités inflige et les soins à long terme chers qui viennent avec elle, » dit M. Moira Kapral, auteur important de l'étude pour être publié dans la question de juillet de la rappe de tourillon.

M. Kapral a employé des caractéristiques rassemblées par le Bureau d'ordre du réseau canadien de rappe et des soins examinés de rappe dans huit provinces. Parmi les découvertes :

  • Même aux hôpitaux avec les éléments et les équipes dispensés de rappe en place, la majorité de patients admis n'a pas reçu des soins de ces services.
  • La distribution du t-PA - le médicament caillot-éclatant qui peut renverser les effets de la rappe si administré dans un délai de trois heures - variée en travers du pays et de beaucoup de patients éligibles ne l'a pas reçu.
  • La warfarine (un médicament pour éviter des caillots sanguins) a été prescrite dans seulement 54% de patients présentant la fibrillation auriculaire (trembler dans les chambres supérieures du coeur qui peuvent entraîner des caillots sanguins). Dans la théorie, ceci a pu contribuer à plus de cinq rappes évitables par an selon 100 patients éligibles.

« Ceci explique la nécessité d'harmoniser des soins de rappe en travers du pays de sauver des durées, » a dit M. Antoine Hakim, Président et directeur scientifique du réseau canadien de rappe. « Les soins mieux dispensés peuvent effectuer une différence énorme de la qualité de vie des patients de rappe. »

M. Vladimir Hachinski, neurologue et coeur et porte-parole de fondation de rappe, approuvés le temps est venu pour combiner des efforts dans la prévention, les soins et la rééducation dans le combat contre la rappe. « Nous devons nous assurer qu'autant de gens en tant que possible obtiennent les meilleurs soins procurables, et s'appliquent quelle recherche a montré est efficace à la pratique clinique. Nous savons que les soins dispensés de rappe aboutissent à améliorer des résultats de santé, mais c'est toujours l'exception plutôt que la règle. »