Avertissement : Cette page est une traduction automatique de cette page à l'origine en anglais. Veuillez noter puisque les traductions sont générées par des machines, pas tous les traduction sera parfaite. Ce site Web et ses pages Web sont destinés à être lus en anglais. Toute traduction de ce site et de ses pages Web peut être imprécis et inexacte, en tout ou en partie. Cette traduction est fournie dans une pratique.

36,5 millions de personnes d'âge de travailler ont le VIH

36,5 millions de personnes environ d'âge de travailler a le VIH et par l'année prochaine la population active globale aura détruit l'autant d'en tant que 28 millions de travailleurs dus au SIDA depuis le début de l'épidémie, selon un état global neuf par le Bureau International Du Travail (ILO) Publié aujourd'hui.

ce qui est plus, l'OIT estime cela faute d'accès aux soins accru, le numéro d'en raison détruit de travailleurs du HIV/SIDA aura grimpé jusqu'au 48 millions du d'ici 2010 et 74 millions d'ici 2015, effectuant HIV/SIDA un des plus grandes causes de la mortalité dans le monde du travail.

L'analyse neuve de 50 pays l'Afrique Subsaharienne, en Asie, en Amérique Latine et les Caraïbe, et deux ont développé des régions, dit également qu'on s'attend à ce que le HIV/SIDA ait une incidence sévère sur le taux de croissance dans le produit intérieur brut (GDP) et de PIB par habitant en détruisant « le capital humain » accumulé sur des années et en affaiblissant la capacité de travailleurs et d'employeurs de produire des biens et des services pour des économies.

Le « HIV/SIDA est non seulement une crise humaine, il est un danger à global viable, social et le développement économique », indique le Directeur général Juan Somavia de l'OIT. « Les pertes humaines et les effets débilitants de la maladie mèneront non seulement à une capacité réduite de supporter la production et l'emploi, de réduire la pauvreté et d'introduire le développement, mais seront un fardeau défrayé par toutes les sociétés - riches et mauvais semblable. »

L'état sera présenté à la Conférence Internationale de XVth sur le SIDA à Bangkok, Thaïlande, les 11-17 juillet. Il a été préparé sur la base des données démographiques et épidémiologiques developpées récemment des Nations Unies et d'autres sources qui tiennent compte de telles projections globales de l'incidence du HIV/SIDA sur le monde du travail pour la première fois.

Recherches de clés


Parmi les recherches de clés dans l'état :
  • L'état de l'OIT indique cela de 35,7 millions de personnes entre les âges de 15 à 49 prévus par l'UNAIDS pour être infecté avec le VIH, 26 millions sont des travailleurs. Si toutes les personnes d'âge de travailler, y compris ceux vieillissaient jusqu'à 64 et d'autres qui effectuent le travail informel à l'intérieur ou en dehors de leurs maisons sont ajoutés, le nombre prévu de personnes avec le VIH s'élève à 36,5 millions.
  • L'incidence directe du HIV/SIDA sur des travailleurs est double. Tandis Que les dizaines de millions sont déjà mortes, les millions de plus chutent hors de la population active. L'OIT estime cela en 2005, 2 millions de travailleurs mondial ne pourra pas fonctionner - de 500.000 en 1995. D'ici 2015, le numéro doublera à 4 millions de personnes qui ne peuvent pas fonctionner en raison du HIV/SIDA.
  • D'Autres travailleurs économiquement actifs seront forcés d'épauler un fardeau économique accru suite à leur mourir de collègues du HIV/SIDA, estimés à 1 pour cent plus grands mondial en 2015 que faute de VIH (5 pour cent plus grand dans l'Afrique Subsaharienne).
  • D'Autres adultes dans la famille d'une personne avec le HIV/SIDA devront épauler un plus grand fardeau des soins, estimé à 1 pour cent plus grands mondial en 2015 que faute de VIH (6 pour cent dans l'Afrique Subsaharienne).
  • Les Adultes dans les âges de fonctionnement, si ou non ils sont formellement considérés des participants de population active, peuvent devoir relâcher des activités économiquement productives pour détourner l'heure de s'inquiéter, particulièrement dans des régions en développement de l'Afrique, de l'Asie, de l'Amérique Latine et des Caraïbe. Ceci signifie que si 2 millions de travailleurs ne peuvent pas fonctionner à cause du HIV/SIDA, approximativement 2 millions de personnes supplémentaires d'âge de travailler ne pourront pas fonctionner à cause des droits de soins, c.-à-d. l'incidence indirecte des soins peut doubler l'incidence directe de la maladie où le fardeau des soins est dans la famille et sur la famille.

« Ces effets de HIV/SIDA sur la population active et sur toutes les personnes d'âge de travailler sont mesurables dans leur incidence générale sur la croissance et développement économique », dit Franklyn Lisk, Directeur du programme d'ILO/AIDS. « En entraînant la maladie et la mort des travailleurs, l'épidémie de HIV/SIDA réduit le stock des qualifications et de l'expérience de la population active. Cette perte dans le capital humain est un danger direct aux Objectifs de Développement de Millénaire de réduire la pauvreté et d'introduire le développement durable. »

De loin la majorité de pays les plus affectés par HIV/SIDA sont en Afrique, où la prévalence moyenne régionale de VIH (parmi 15 à 49 ans) est de 7,7 pour cent. L'incidence sur des personnes, des familles, la société et l'économie en Afrique et ailleurs a été évaluée utilisant un certain nombre de mesures et les indicateurs, plusieurs de elles se sont développés à cet effet.

Incidence Macro-économique et sociale


L'incidence directe et indirecte du HIV/SIDA sur la population active est mesurable en termes macro-économiques, l'étude de l'OIT indique. Dans les pays où l'incidence était mesurable entre 1992-2002, le taux de croissance de PIB était inférieur par 0,2 pour cent par an (d'équivalent à US$25 milliard par an) et le taux de croissance de PIB était par habitant inférieur par 0,1 pour cent par an (équivalent à US$5 par habitant par an).

L'état note également cela :

  • L'épidémie aura une incidence multiple sur des femmes dans les pays les plus affectés par HIV/SIDA. À l'intérieur de Si les femmes travaillent productivement ou en dehors de la maison, leur temps de travail sera déplacé par le fait qu'elles sont les travailleurs sociaux primaires. De plus, les jeunes femmes affichent maintenant les plus grandes augmentations des tarifs de VIH-prévalence. En Conclusion, où les femmes sont responsables de l'agriculture de subsistance (en travers de la majeure partie de l'Afrique), le fardeau de s'occuper des membres de la famille mauvais avec le SIDA, la demande pour gagner le revenu pour remonter le revenu perdu de la personne vivant avec le SIDA, et le fardeau des soins pour d'autres membres de la famille, notamment jeunes enfants et personnes plus âgées, peut déplacer l'heure disponible pour cultiver, qui compromet leur capacité pour fournir la nourriture à la famille, et le bien être de tous les membres de la famille.
  • L'incidence du HIV/SIDA affectera une vaste coupe transversale de la population active dans les secteurs public et privé, ainsi qu'agriculture, l'économie informelle, et les femmes et les enfants dans les pays les plus affectés. L'état indique que l'incidence du HIV/SIDA sera particulièrement sévère dans l'éducatif et les secteurs de la santé, où la part de mourir d'éducateurs et de fournisseurs de soins de santé du HIV/SIDA peut atteindre aussi élevé que 40 pour cent d'ici 2010.
  • Dans les zones rurales des pays les plus affectés, le HIV/SIDA empire la situation économique des familles rurales appauvries, épuisant la capacité des communautés rurales de supporter des chocs, et l'insécurité alimentaire existante sérieusement, l'état ajoute.
  • Les Enfants souffriront d'un manque de soins parentaux et d'orientation, ou trouvez-vous forcés d'abandonner l'instruction et de rechercher l'emploi qui menace non seulement leur bien être matériel mais les priverez de l'éducation, des qualifications et de la formation, de ce fait en menaçant les objectifs d'éliminer le travail des enfants et d'introduire le développement durable.
« Le défi pour la police nationale est d'aborder des délivrances de capital humain, et élabore des moyens de supporter l'alimentation et la qualité des biens publics et des services », l'état indique. « En Outre, pour atteindre une masse critique de réaction à l'épidémie, une politique et environnement de support et activante doit être stimulée, avec le foyer particulier sur le cadre juridique, supporter éducatif et la capacité d'emploi, intégration comme objectif des stratégies de développement, et réduction de pauvreté. »
  • La réaction à l'épidémie de HIV/SIDA dans le monde du travail est diverse, l'état indique : L'OIT a déterminé un programme en 2001, et a dessiné un Recueil D'instructions La même année de guider des réactions à l'épidémie comme délivrance de lieu de travail.
  • Plusieurs pays ont dessiné la législation éclairée sous forme de lois révisées ou neuves qui peuvent jouer un rôle majeur en atténuant l'incidence du HIV/SIDA sur le lieu de travail et en protégeant les droites des personnes qui vivent avec le HIV/SIDA.
  • Il y a des efforts dans de nombreux pays dans un domaine des zones de réaction se concentrant sur la prévention et la demande de règlement qui comprennent des polices sectorielles nationales se développantes, des efforts de communauté de réduire le stigmate et la discrimination, des initiatives de secteur privé pour introduire la prévention, des transmissions comportementales de modification pour des travailleurs et, en conclusion, des programmes de demande de règlement dans le lieu de travail, qui sont de plus en plus vus par un domaine des entreprises comme moins option coûteuse pour mettre à jour la rentabilité et pour assurer l'accroissement.

Non toutes les nouvelles sont mauvaises, cependant. Tandis Que l'OIT souligne l'incidence excessive que le HIV/SIDA a sur la population active, sur les sociétés rurales et sur l'économie, il charge que le lieu de travail donne la promesse extraordinaire en tant qu'élément de la solution.

« Le lieu de travail est un support idéal pour une approche globale au HIV/SIDA », a dit Odile Frank, Coordinateur de l'état. Le « Travail fournit un lieu de rendez-vous - le lieu de travail - où parler du HIV/SIDA est particulièrement approprié, où des qualifications de prévention peuvent être directement transmises, et où la demande de règlement peut être particulièrement productive. »

Le seul système tripartite De l'OIT lui permet également de faire ce qui le pas autre pouvoir-travail d'organisme international avec des gouvernements, des travailleurs et des employeurs pour atteindre tous les coins du monde du travail avec les messages indispensables de soins et de prévention.