Avertissement : Cette page est une traduction automatique de cette page à l'origine en anglais. Veuillez noter puisque les traductions sont générées par des machines, pas tous les traduction sera parfaite. Ce site Web et ses pages Web sont destinés à être lus en anglais. Toute traduction de ce site et de ses pages Web peut être imprécis et inexacte, en tout ou en partie. Cette traduction est fournie dans une pratique.

Demande de règlement novatrice pour les malades du cancer qui ont précédemment subi la chimiothérapie, la chirurgie ou la radiothérapie

À l'inauguration du centre de soins de jour neuf de Hadassah du service de Sidney Weisner de la greffe de moelle osseuse et de l'immunothérapie du cancer aujourd'hui, prof. Shimon Slavin, chef du service, a décrit une demande de règlement novatrice pour les malades du cancer qui ont précédemment subi la chimiothérapie, la chirurgie et/ou la radiothérapie.

La demande de règlement, actuellement disponible seulement chez Hadassah, est basée sur l'utilisation des lymphocytes pris de n'importe quel donneur, si ou non les tissus du patient et du donneur s'assortissent. Par une demande de règlement de laboratoire, ces cellules sont transformées en « tueurs de cancer ». Après transfusion, ces cellules cherchent et détruisent les cellules cancéreuses l'unes des de rester de patient qui ont survécu des traitements anticancéreux précédents. Cette demande de règlement est effectuée au centre de soins de jour du service de greffe de moelle osseuse chez Hadassah, sur une base de patient.

Le centre, qui a été inauguré aujourd'hui dans ses lieux neufs dans la construction d'Ullman au centre hospitalier universitaire de Hadassah, Ein Kerem, soins pour environ 4000 patients par année. Elle a été construite avec une attention spéciale aux agréments et confort patient, c'est les hublots larges font face à la vue magnifique des côtes de Jérusalem.

À côté du service de la greffe de moelle osseuse et de l'immunothérapie du cancer, le centre attire des patients de partout dans le monde, et offre des demandes de règlement novatrices et exclusives dans les domaines de la thérapie cellulaire pour le cancer et la vaccination anticancéreuse.

La « utilisation du système immunitaire dans le combat contre les cellules malignes permet par cette méthode parfois pour surmonter la maladie résiduelle, même dans les patients présentant les cellules cancéreuses autrement résistantes.  », a dit prof. Slavin. Il a chargé que « l'orientation devrait être sur « plus sec » plutôt que des modalités anticancéreuses « plus intenses ». Par ces moyens il est possible, en principe, pour vaincre les procédés malins si appliqué à l'étape de la maladie minimale, mais qualité de vie pour mettre à jour patients'.

« Il est également possible de gripper des anticorps spécifiques à ces cellules de tueur, ce leur permettent d'orienter directement pour les cellules malignes, améliorant de ce fait leur efficacité tout en réduisant à un minimum le danger des dégâts aux cellules normales du patient. »

Cette demande de règlement utilisant des « cellules cancéreuses de tueur, n'est pas comprise dans le panier du médicament fourni par la loi de sécurité sociale.

Prof. Slavin est optimiste des résultats de ces mesures thérapeutiques, particulièrement dans les patients présentant la maladie résiduelle, et des patients en danger de la rechute.