Avertissement : Cette page est une traduction automatique de cette page à l'origine en anglais. Veuillez noter puisque les traductions sont générées par des machines, pas tous les traduction sera parfaite. Ce site Web et ses pages Web sont destinés à être lus en anglais. Toute traduction de ce site et de ses pages Web peut être imprécis et inexacte, en tout ou en partie. Cette traduction est fournie dans une pratique.

Des nouveaux-nés peuvent être nuis quand les femmes enceintes prennent les inhibiteurs sélecteurs de Re-prise de sérotonine (ISRS) et d'autres antidépresseur pendant le troisième trimestre de la grossesse

La santé Canada informe des Canadiens que des nouveaux-nés peuvent être compromis quand les femmes enceintes prennent les inhibiteurs sélecteurs de Re-prise de sérotonine (ISRS) et d'autres antidépresseur plus neufs pendant le troisième trimestre de la grossesse.

Ce bulletin de renseignements se destine pour augmenter la conscience parmi des mères et des médecins des sympt40mes possibles qui peuvent se produire dans le nouveau-né, de sorte que des sympt40mes puissent être identifiés et adressés rapidement.

Ce bulletin de renseignements s'applique aux antidépresseur suivants : bupropion (si utilisé pour la dépression ou pour la désaccoutumance du tabac), citalopram, fluoxétine, fluvoxamine, mirtazapine, paroxetine, sertraline et venlafaxine.

Les états internationaux et canadiens indiquent que quelques nouveaux-nés dont les mères ont pris ces médicaments pendant la grossesse ont développé des complications à la naissance exigeant l'hospitalisation prolongée, le support de respiration et alimenter de tube. Les sympt40mes rapportés comprennent : alimenter et/ou difficultés respiratoires, grippages, rigidité de muscle, jitteriness et pleurer continuel. Dans la plupart des cas, l'antidépresseur plus neuf a été pris pendant le troisième trimestre de la grossesse. Ces sympt40mes sont compatibles avec un effet inverse direct de l'antidépresseur sur le bébé, ou probablement un syndrome d'arrêt provoqué par suppression subite du médicament.

En traitant la dépression dans les femmes enceintes, les médecins et les patients devraient soigneusement considérer les risques potentiels et les avantages des options variées de demande de règlement pour la mère et le bébé à venir. Jusqu'à présent, il y a peu d'information probante sur la façon dont mieux traiter la dépression pendant la grossesse. Cependant, les médecins peuvent envisager de diminuer lentement la dose de ces médicaments dans le troisième trimestre.

Si une femme est enceinte et prend un ISRS, ou tout autre antidépresseur plus neuf, il devrait discuter avec les risques et les avantages des options variées de demande de règlement avec son professionnel de la santé. Il est très important que les patients ne cessent pas de prendre ces médicaments sans consulter d'abord leur docteur.

La fréquence des sympt40mes peut varier avec du chaque médicament. Dans le cas de deux des antidépresseur plus neufs - bupropion et mirtazapine - les problèmes d'arrêt semblent être moins qu'avec des autres médicaments. Dans le cas de la mirtazapine, il y a seulement deux états. La santé Canada publie ce bulletin de renseignements pour entourer tous les antidépresseur plus neufs afin d'alerter des Canadiens au risque potentiel. La santé Canada a également fonctionné avec les constructeurs de ces médicaments pour mettre à jour leur marquage avec l'information neuve de précaution.