Avertissement : Cette page est une traduction automatique de cette page à l'origine en anglais. Veuillez noter puisque les traductions sont générées par des machines, pas tous les traduction sera parfaite. Ce site Web et ses pages Web sont destinés à être lus en anglais. Toute traduction de ce site et de ses pages Web peut être imprécis et inexacte, en tout ou en partie. Cette traduction est fournie dans une pratique.

Relations significatives entre le reflux laryngopharyngeal et le handicap sensoriel de voies aériennes supérieures

Les chercheurs médicaux ont longtemps soupçonné une relation entre la maladie gastro-oesophagienne de reflux (GERD) et l'apnée du sommeil obstructive (OSA), deux conditions médicales qui peuvent exercer un effet délétère sur une qualité de vie de ¯s de ¡ de patient.

Maintenant, une équipe des chercheurs canadiens a déterminé qu'il y a des relations significatives entre le reflux laryngopharyngeal (LPR), l'OSA, et le handicap sensoriel de voies aériennes supérieures.

Le reflux de Laryngopharyngeal, ou le LPR, est le refoulement des contenus de l'estomac vers le haut de l'oesophage et dans les voies aériennes supérieures, alors que GERD comprend le refoulement seulement dans l'oesophage. Les contenus de l'estomac chauffés au reflux (refluxate) se composent principalement d'acide et de pepsine activée, une enzyme protéolytique requise pour assimiler la nourriture dans l'estomac. Les dégâts de ce trouble peuvent être considérables. Les sympt40mes du reflux laryngopharyngeal comprennent la voix modifiée, la disculpation de gorge, la fatigue vocale, et la toux, et ont été liés à des maladies plus considérables comprenant le laryngospasm, serrage du larynx, et au carcinome glottic. Ce trouble est courant dans la population adulte nord-américaine, prévue pour affecter jusqu'à 35 pour cent de la population 40 ans ou plus vieux.

L'apnée du sommeil obstructive (OSA) affecte 4-9 pour cent de mâles et 1-4 pour cent de femelles dans la population globale. Les auteurs de cette étude ont recensé l'inflammation des voies aériennes, un handicap sensoriel muqueux dans l'oropharynx (postérieur de pharynx à la bouche), le velopharynx (voile du palais), et le larynx (larynx) des patients d'OSA, utilisant le contrôle sensoriel endoscopique. Les corrélations entre le niveau du handicap sensoriel laryngé et la gravité d'apnea proposent fortement que ce handicap sensoriel joue un rôle dans le fonctionnement d'OSA.

Tandis que les études précédentes ont prouvé que GERD est répandu parmi des patients avec OSA, les auteurs de cette étude sont inconscients du bilan précédent de LPR dans cette population des patients. En conséquence, les oto-rhino-laryngologistes de plusieurs hôpitaux à Montréal ont présumé que LPR est répandu parmi des patients d'OSA, et que ceci contribue à la sensation laryngée nuie, qui consécutivement peut contribuer à la pathophysiologie d'OSA.

Une étude neuve évalue la prévalence de LPR dans les patients consécutifs avec OSA utilisant le reflux trouvant la rayure et évalue les relations entre la conclusion de LPR et de la gravité du handicap sensoriel de voies aériennes supérieures et de l'OSA. Les auteurs du reflux °Laryngopharyngeal de ¡, du handicap sensoriel de voies aériennes supérieures, et de l'apnée du sommeil obstructive, ± tout de ¡ de Montréal, Canada, sont DM FRCS de Richard J. Payne MD, et de Saul Frenkiel, de l'Hôpital Général juif, université de McGill, Montréal ; Karen M. Kost MD FRCS, et Anthony G. Zeitouni MD FRCS, à l'hôpital royal de Victoria, université de McGill ; DM FRCS de George Sejean, avec l'hôpital de ¯s de ¡ de St Mary ; M. Robert C. Sweet FRCS, affilié avec l'Hôpital Général de Montréal, université de McGill ; et DM de Naftaly Naor, de Lourdes Hernandez, et DM FRCP, centre de santé de R. John Kimoff d'université de McGill. Leurs découvertes sont présentées à l'Académie américaine de la rencontre annuelle Tête d'oto-rhino-laryngologie et de col de chirurgie de fondation et de l'EXPO d'OTO, étant retenu les 19-22 septembre 2004, au centre de congrès de Jacob K. Javits, New York City, NY.


Méthodologie :

C'était une étude estimative et sans visibilité de 34 patients qui ont subi le polysomnography diagnostique durant la nuit (PSG), une étude de sommeil, et l'endoscopie de voies aériennes supérieures pendant la journée aux fins du contrôle sensoriel (est) et l'évaluation de LPR utilisant la rayure de conclusion réflexe (RFS).

Un diagnostic du sujet OSA a été effectué sur la base des événements du ¡ un Ý15 de valeur d'AHI par heure. D'autres mesures de gravité d'OSA ont compris des mesures de perturbation de sommeil (index microarousal), moyenne durée d'apnea et de hypopnea, moyen SaO2 pendant le sommeil, hypoxie des % <90 dépensée par temps et point le plus inférieur d'hypoxie pendant le sommeil. L'évaluation laryngopharyngeal de reflux a nécessité d'enregistrer l'est. Deux chercheurs ont indépendamment déterminé le RFS pour chaque sujet. La rayure du moyen RFS pour le sujet a été alors prévue. Une moyenne pour RFS > 7 a confirmé un diagnostic de LPR.


Résultats :

Il y avait 26 mâles et huit femelles inscrits dans l'étude. Pour le groupe en général, l'âge moyen était de 43,9 années du ¡ À 2,4 (expert en logiciel) et le moyen indice de masse corporelle était 26,5 le ¡ À 0,8 kg/m2. Les caractéristiques correspondantes pour les 29 sujets avec OSA étaient 45,4 le ¡ À 2,3 ans et 27,2 le ¡ À 0,8 kg/m2.

Recherches de clés comprises :

  • Découvertes d'étude de sommeil : Une majorité (29/34) se sont avérées pour avoir des événements du ¡ un Ý 15 d'AHI par heure indiquant que 85 pour cent des sujets ont eu OSA.
  • Découvertes d'évaluation de reflux de Laryngopharyngeal : Des 34 sujets, 30 se sont avérés pour avoir un moyen RFS > 7, fournissant une prévalence de 88 pour cent de LPR à ce groupe de sujets. La prévalence de LPR dans les sujets avec OSA était de 93 pour cent (26/28).
  • Relations entre LPR, gravité d'apnea, et fonctionnement sensoriel de voies aériennes supérieures : Pour des patients avec OSA, il y avait une corrélation significative entre la gravité de LPR et OSA. Il y avait également légèrement un plus faible mais toujours corrélation significative entre les rayures de RFS et l'hypoxie de nadir pour la nuit. Ces découvertes indiquent pour cette raison un solide relation entre LPR comme envisagé dans la rayure de RFS et gravité d'apnea.

Conclusions :

Dans cette étude, un algorithme de rayure endoscopique validé a évalué LPR parmi des patients avec l'apnée du sommeil obstructive et a trouvé une présence spectaculaire plus forte (93 pour cent) pour LPR que cela rapportée pour la population globale. En outre, la gravité de LPR, comme réfléchie par des valeurs de RFS marquées sensiblement avec plusieurs mesures principales de gravité d'apnea, a indiqué une interaction importante entre ces deux troubles. Les auteurs ont confirmé que la gravité de LPR a marqué avec le dysfonctionnement sensoriel laryngé, mais (voile du palais) handicap sensoriel non oro-pharyngé ou velopharyngeal (pas précédemment évalué). Des observations précédentes que le dysfonctionnement sensoriel laryngé, mais non oro-pharyngé ou velopharyngeal marque avec la gravité d'apnea ont été également confirmées.