Avertissement : Cette page est une traduction automatique de cette page à l'origine en anglais. Veuillez noter puisque les traductions sont générées par des machines, pas tous les traduction sera parfaite. Ce site Web et ses pages Web sont destinés à être lus en anglais. Toute traduction de ce site et de ses pages Web peut être imprécis et inexacte, en tout ou en partie. Cette traduction est fournie dans une pratique.

Le principal endocrinologue supporte la recherche de ménopause de RMIT

Principal M. Helena Teede d'endocrinologue a joint l'équipe de recherche d'une étude d'université RMIT qui pourrait jeter la lumière sur la demande de règlement des symptômes de la ménopause utilisant des phytothérapies.

M. Teede, dont la recherche a été identifiée localement et internationalement, est officier de formation médicale de l'organisme de santé des principales femmes le centre de Jean Hailes, un membre du Conseil pour la société de ménopause et le directeur Australasian de l'endocrinologie et de diabète à l'hôpital de Dandenong.

L'équipe de recherche inclut professeur Henry Burger, os médical de professeur agrégé Kerry de herboriste, et docteur intégrateur de médicament et chef d'endocrinologue de RMIT de professeur Marc Cohen de médecine parallèle.

M. Teede a dit que quelques préoccupations parmi des médecins et des femmes ménopausées au-dessus de l'utilisation de la hormonothérapie substitutive (HRT) ont mené à plus de femmes se tournant vers des solutions de rechange naturelles.

« Il n'a jamais été plus important de fournir la preuve pour ces demandes de règlement des tests cliniques correctement conduits de ce type, » M. Teede a dit. « Je me sens qu'il est très important de supporter une telle recherche. »

Les chercheurs recherchent des femmes âgées entre 40 et 60. L'étude se concentre sur des femmes subissant actuel la ménopause, ceux qui l'approchent et ceux à leur étape goujon-ménopausée préliminaire. Les participants doivent remarquer le flusher et/ou la nuit sue conjointement avec d'autres symptômes de la ménopause tels que l'inquiétude, la tension nerveuse, la dépression, les modifications d'humeur ou les troubles du sommeil.

Des volontaires seront priés de prendre le moût et l'agnus-castus de St John les tablettes plantes ou les tablettes fictives identiques pendant une période de 16 semaines, et de remplir les questionnaires mensuels courts. Les deux herbes ont une longue tradition pour traiter des symptômes de la ménopause et sont largement prescrites par des herboristes et des naturopaths.

Après un premier entretien, des participants seront fait au hasard affectés au groupe de placebo ou au groupe de demande de règlement.
Ni les volontaires ni les chercheurs ne se rendront compte que qui marque sur tablette sera alloué jusqu'après l'essai.
Des participants au groupe de placebo seront offerts la demande de règlement gratuite pendant trois mois après l'essai si efficaces.

L'étude est entreprise par le chercheur d'université RMIT et le herboriste universitaires supérieurs, Diana van Die, sous la direction de professeur Cohen.

Les gens intéressés à la participation à la recherche ou voudraient les informations supplémentaires devraient contacter Diana van Die sur (03) 9925 6548 ou 0403 011 151 ou consultation le site Web : www.rmit.edu.au/departments/ps/research/pb/vandie/trial.htm