Des facteurs environnementaux prénatals et la santé mentale parentale peuvent être associés à un risque d'autisme

Des facteurs environnementaux prénatals et la santé mentale parentale peuvent être associés à un risque d'autisme, selon une analyse conduite par des chercheurs à l'université d'Aarhus au Danemark, à l'école de Johns Hopkins Bloomberg de la santé publique et du centres pour le contrôle et la prévention des maladies.

Bien que les facteurs semblent agir indépendamment de l'un l'autre, les bébés qui étaient en position de culasse à la distribution, étaient plus de cinq semaines de prématuré, ont eu des antécédents familiaux de schizophrénie, ou ont eu un score d'Apgar inférieur cinq mn après que la naissance se sont avérées pour être associées à un risque accru de développer l'autisme plus tard dans l'enfance. L'étude est publiée dans l'édition de mai 2005 du tourillon américain de l'épidémiologie.

« C'est la plus grande étude cas-témoins jamais entreprise, et la première pour proposer que les antécédents familiaux de la schizophrénie augmentent le risque pour l'autisme, indépendamment des facteurs obstétriques, » a dit William W. Eaton, PhD, co-auteur d'étude et professeur et présidence du service d'école de Bloomberg de la santé mentale.

Les chercheurs ont examiné des caractéristiques sur 698 enfants qui étaient nés après 1972 et rebuté des hôpitaux psychiatriques danois après un diagnostic d'autisme infantile ou atypique jusqu'en novembre 1999. L'information sur les parents des enfants a été également obtenue. La caractéristique initiale a été rassemblée des Bureaux d'ordre au niveau national au Danemark.

M. Eaton a expliqué que les études précédentes d'autisme ont employé des tailles de l'échantillon relativement petites, mais que la base de données considérable du Danemark pour suivre la santé des résidants facilite de grandes études de population pour compléter.

Des facteurs de risque périnatals, tels que le mode d'accouchement, exposé, preeclampsia et nombre foetaux des visites prénatales, ont été également vérifiés. L'histoire psychiatrique parentale a été classée selon la gravité. Le revenu brut de chaque parent, éducation maternelle et richesse parentale a déterminé le statut socio-économique.

Les chercheurs n'ont pas trouvé une association entre le risque d'autisme et le grammage du bébé, le nombre d'enfants a eu par une femme, le nombre de visites prénatales, âge parental ou statut socio-économique.