Avertissement : Cette page est une traduction automatique de cette page à l'origine en anglais. Veuillez noter puisque les traductions sont générées par des machines, pas tous les traduction sera parfaite. Ce site Web et ses pages Web sont destinés à être lus en anglais. Toute traduction de ce site et de ses pages Web peut être imprécis et inexacte, en tout ou en partie. Cette traduction est fournie dans une pratique.

Cristaux fluorescents minuscules à peine visibles à l'oeil humain qui pourrait révolutionner le diagnostic de cancer

Les scientifiques financés par l'association pour la cancérologie internationale ont développé les cristaux fluorescents minuscules à peine visibles à l'oeil humain qui pourrait révolutionner le diagnostic et la demande de règlement de cancer de façon considérable.

Dans une des plus grandes collaborations internationales et interdisciplinaires la bienfaisance dont le siège est en Grande-Bretagne a financé, des chercheurs de France, Russie et la Grande-Bretagne se spécialisant dans le domaine élevé-complexe de la nanotechnologie ont développé une méthode de marquer les molécules spécifiques dans des cellules utilisant les particules de borne de nano-écaille qui peuvent être trouvées par leur fluorescence très intense quand n'importe quelle lumière d'ultra violet au rouge est brillée sur elles.

Déjà l'équipe les emploient pour étudier des prélèvements de tissu des patients pour trouver et du moniteur en molécules spécifiques en temps réel à l'intérieur des cellules cancéreuses, rendues possibles à cause d'une suite de triomphes scientifiques pas précédemment réalisés.

Le premier était d'établir comment synthétiser les nanocrystals en assez grande quantité pour les employer pour étudier des échantillons biologiques. Ensuite ils ont dû les rendre solubles dans l'eau et la troisième étape était de développer une couche pour les nanocrystals qui les ont empêchés d'être trop toxiques au matériau biologique.

Une fois que ces barrières avaient été surmontées, M. Igor Bronstein de l'université de York (fonctionnant actuel à l'institut pour des santés animales en Compton, Berkshire) avec professeurs Igor Nabiev de Reims, en France et Vladimir Oleinikov de l'Académie des sciences russe à Moscou avait l'habitude des méthodes sophistiquées de chimie de protéine pour fixer des nanocrystals aux anticorps et les avait l'habitude pour recenser la p-glycoprotéine de molécule qui est connue pour rendre des cellules cancéreuses résistantes à la chimiothérapie.

Explique M. Bronstein : « Les nanocrystals étaient si lumineux qu'une molécule unique de p-glycoprotéine sur la surface de cellules pourrait être trouvée. Le défi était alors d'optimiser les nanocrystals pour leur application directe au diagnostic à l'aide des biopsies chirurgicales. Le marquage en couleurs simultané de différentes bornes de cancer était l'épreuve de l'opération de principe, prouvant que des nanocrystals pourraient être employés avec n'importe quel type d'anticorps pour analyser n'importe quel type de molécule en cellules cancéreuses et tissus plus effectivement et plus exactement qu'avait été possible avant ».

Selon Derek Napier, le Chief Executive d'AICR, nanotechnologie pourrait changer la voie que nous approchons la cancérologie. « Pour comprendre l'augmentation et l'étape progressive du cancer nous avons besoin d'un rail à long terme des cellules et des molécules. Les teintures fluorescentes existantes procurables souffrent de la photodégradation et ne peuvent pas la faire. La nanotechnologie supprime ces obstacles et d'ailleurs, ces cristaux sont extrêmement stables et brillent par fluorescence pendant beaucoup de jours. Je crois que ce développement important a ouvert un circuit neuf vers plus de méthodes efficaces pour diagnostiquer et traiter le cancer à l'avenir ».