Avertissement : Cette page est une traduction automatique de cette page à l'origine en anglais. Veuillez noter puisque les traductions sont générées par des machines, pas tous les traduction sera parfaite. Ce site Web et ses pages Web sont destinés à être lus en anglais. Toute traduction de ce site et de ses pages Web peut être imprécis et inexacte, en tout ou en partie. Cette traduction est fournie dans une pratique.

Chercheurs à vérifier si les cannabinoids peuvent aider des patients de bronchopneumopathie chronique obstructive

Les chercheurs de l'université impériale Londres recherchent des volontaires de vérifier si les cannabinoids, l'ingrédient actif du cannabis, peuvent être employés pour alléger la sensation de la dyspnée provoquée par des maladies telles que la bronchopneumopathie chronique obstructive (COPD).

L'équipe recherchent les volontaires âgés entre 50 et 70, qui n'ont pas des difficultés respiratoires.

M. Elspeth Pickering, chargé de recherches clinique, de l'université impériale Londres et de l'hôpital de Chelsea et de Westminster, dit : « En dépit des meilleurs efforts des scientifiques depuis de nombreuses années, personne n'a pu développer une voie de traiter la sensation de la dyspnée sans supprimer l'entraînement pour respirer. La dyspnée peut avoir un impact majeur sur la qualité de vie pour des patients présentant des maladies respiratoires, et à l'aide d'un cannabinoid, nous espérons trouver une voie de bloquer le mécanisme qui des causes il. »

Les chercheurs croient que les cannabinoids pourraient être employés pour réduire la sensation de la dyspnée sans diminuer l'appareil respiratoire.

L'étude prendra un matin deux jours différents, et pendant ce temps des volontaires seront accrochés jusqu'à un circuit pour régler et mesurer leur respiration. Du dioxyde de carbone sera ajouté à l'air respiré par les volontaires, entraînant la sensation de la dyspnée. C'est une méthode sûre de simuler la dyspnée car le fuselage produit naturellement le dioxyde de carbone.

Après les volontaires seront donnés un pulvérisateur qui comprend le tetrahydrocannabinol (THC), l'ingrédient actif dans le cannabis, que l'espoir de chercheurs réduira la sensation de la dyspnée.

M. Anita Holdcroft de l'université impériale Londres et de l'hôpital de Chelsea et de Westminster, et chef d'étude, ajoute : « La formulation spéciale du médicament comme pulvérisateur évite le cannabis d'effets néfastes du tabac. Nous espérons que le médicament arrêtera la sensation de la dyspnée, fournissant potentiellement une voie neuve de traiter des maladies respiratoires. »

L'étude sera entreprise à l'hôpital de croix de Charing à Londres occidentale. Les volontaires seront payés pendant leur temps investi dans l'étude. Les volontaires âgés entre 50 et 70 qui n'ont pas des difficultés respiratoires et le souhait à participer devraient appeler 020 8846 1234 7055 extérieurs pour enregistrer leur intérêt.