Avertissement : Cette page est une traduction automatique de cette page à l'origine en anglais. Veuillez noter puisque les traductions sont générées par des machines, pas tous les traduction sera parfaite. Ce site Web et ses pages Web sont destinés à être lus en anglais. Toute traduction de ce site et de ses pages Web peut être imprécis et inexacte, en tout ou en partie. Cette traduction est fournie dans une pratique.

Le travailleur de radiothérapie d'ANSTO enregistre la dose exceptionnelle

Pendant une vérification mensuelle normale de physique sanitaire, l'insigne de surveillance de radiothérapie d'un travailleur nucléaire australien de l'organisme de la science et technologie (ANSTO) a récent enregistré une dose exceptionnelle de 66 millisieverts ou l'équivalent de cinq échographies abdominales de CT. Insignes d'autres travailleurs les' étaient normaux.

Un journal usé par moniteur complémentaire et conçu pour alarmer si dans un champ de rayonnement ne montrait pas l'exposition au rayonnement exceptionnelle.

Les irrégularités entre les deux moniteurs ont mené à une recherche sur l'incident pour voir si le relevé était trompeur. Les relevés trompeurs peuvent se produire si un moniteur est déposé dans un endroit radioactif et partait pendant un laps de temps.

L'enquête a confirmé que des procédures de sécurité courantes ont été suivies mais ne pourrait pas vérifier les raisons de la dose qui a été enregistrée sur le premier dosimètre. Dans une telle éventualité, ANSTO a adopté l'approche de précaution d'assumer le membre du personnel a reçu la dose.

Des prises de sang ont été également effectuées pour s'assurer que le travailleur n'avait pas reçu une dose plus de 100 millisieverts - la dose maximale permise pour des travailleurs de radiothérapie par l'AIEA et ARPANSA sur cinq ans. La dose maximale est par an 50 millisieverts. La prise de sang a montré que ce n'était pas le cas.

La santé du travailleur n'est pas en danger et il n'est pas préoccupé par la situation. Il sera maintenant affecté aux droits dans des régions non radioactives d'ANSTO.