Avertissement : Cette page est une traduction automatique de cette page à l'origine en anglais. Veuillez noter puisque les traductions sont générées par des machines, pas tous les traduction sera parfaite. Ce site Web et ses pages Web sont destinés à être lus en anglais. Toute traduction de ce site et de ses pages Web peut être imprécis et inexacte, en tout ou en partie. Cette traduction est fournie dans une pratique.

Aspirin peut éviter le cancer de la peau

Les scientifiques australiens disent que les médicaments communs tels qu'aspirin peuvent retenir la clavette sur réduire le risque de développer le cancer de la peau.

Selon des chercheurs à l'institut du Queensland de la recherche médicale (QIMR) ils ont obtenu la première preuve que les médicaments non-stéroïdiens peuvent offrir la protection contre le cancer épidermoïde et les kératoses actiniques, ou des taches cutanées.

On l'a déjà déterminé que quelques médicaments non-stéroïdiens sont efficaces en réduisant le risque de maladie cardiaque et d'autres cancers, mais maintenant l'équipe des épidémiologistes ont découvert la tige par une étude locale, l'étude de cancer de la peau de Nambour, qui a étudié environ 1.000 résidants dans la ville du sud-est du Queensland.

M. David Whiteman du QIMR, dit que le résultat a été trouvé dans les patients qui ont pris des médicaments tels qu'aspirin ou l'ibuprofène au moins deux fois par semaine sur cinq ans.

Il dit qu'on le sait déjà que les cancers de la peau produisent une enzyme qui est employée par des cancers pour développer les vaisseaux sanguins qui se développent en creusant vers le bas dans la peau, et quel aspirin fait est empêchent cette enzyme de fonctionner en bloquant complet son activité.

Toutefois M. Whiteman dit que tandis que les découvertes sont optimistes, une plus grande étude doit être faite.

Il dit que la recherche peut mener aux stratégies neuves, en particulier pour des gens très à haut risque du cancer de la peau, et au développement des médicaments neufs.

Presque 400.000 Australiens sont traités tous les ans pour le cancer de la peau de non-mélanome et les destructions malignes de cancers de la peau environ 1.300 personnes nationalement.