Les Adolescents pensent que le sexe oral n'est pas sexe

Selon une enquête nationale neuve presque un quart de sexuellement - les adolescents Canadiens actifs entre les âges de 14 et de 17 ont des rapports sexuels non protégés et 68 pour cent ont le sexe oral, bien qu'on ignorent que STIs puisse être transmis par cette activité sexuelle particulière.

M. Jean-Yves Frappier, le président de l'Association Canadienne pour la Santé Adolescente (CAAH), un pédiatre et un Chef de la Division Adolescente à l'Hôpital de Sainte-Justine à Montréal, dit l'étude visant pour découvrir si les adolescents ont eu besoin de plus d'informations sur le sexe et la santé sexuelle, et pour trouver des moyens de fournir les informations nécessaires.

L'étude a indiqué que la moitié million du Canada sexuellement - les adolescents actifs entre les âges de 14 et de 17 ont habituellement fait s'engager trois partenaires sexuels en moyenne et 38 pour cent de eux dans les rapports sexuels occasionnels.

Encore 16 pour cent admettent que leur associé a eu d'autres partenaires sexuels tout en les datant, alors que la moitié des utilisateurs de préservatif ne contrôlent jamais pour voir si leurs préservatifs restent intacts après sexe.

Pourtant il s'avère que 90 pour cent d'adolescents Canadiens prétendent être très ou quelque peu bien informés au sujet du sexe et de la santé sexuelle.

Cette revendication n'a pas été supportée par l'étude qui également a trouvé un manque répandu de la connaissance du plus commun sexuellement - l'infection transmise HPV, la cause des végétations vénériennes et cancer cervical.

Ils ont également semblé être inconscients des conséquences de STIs. Ce manque de la connaissance a été attribué aux difficultés en obtenant l'information santé sexuelle.

Environ 62 pour cent ont indiqué ils ont fait face à des obstacles à obtenir des réponses sur la santé sexuelle, telle que leur propre malaise en parlant du sexe et pe'ont jugé que l'éducation sexuelle dans les écoles était utile.

Le langage Réel utilisé également présente des problèmes et il semble que 22 pour cent d'adolescents Canadiens et 30 pour cent de mères comprennent la masturbation mutuelle dans leur définition « des rapports sexuels », alors que « l'abstinence sexuelle » pour 26 pour cent d'adolescents comprend le sexe oral de pratique.

Les Parents semblent être les modèles quand il s'agit de sexe, plutôt que des films, la musique, le sport et des étoiles de TV.

Ils sont également considérés une source d'information importante sur le sexe et la santé sexuelle par leurs adolescents (63 pour cent) et presque à moitié (43 pour cent) considère comme étant leurs parents la source d'information la plus utile et la plus précieuse.

M. Miriam Kaufman, un porte-parole de CAAH et pédiatre à la Division Adolescente à l'Hôpital pour les Enfants Malades à Toronto, dit qu'un des résultats de l'enquête les plus étonnants était comment les parents sous-estiment leur importance et les adolescents de rôle s'attendent à ce qu'ils jouent quand il s'agit de leur sexualité et santé sexuelle.

L'étude était basée sur 1.171 entrevues en ligne conduites nationalement avec des adolescents entre les âges de 14 et 17, et 1.139 entrevues en ligne avec des mères des adolescents entre les âges de 14 et de 17.

L'étude a été menée au nom de l'Association Canadienne pour la Santé Adolescente par Ipsos et supportée par Merck Frosst Canada.