Produits chimiques environnementaux impliqués dans le cancer

La recherche neuve à l'université de Liverpool propose que les contaminants environnementaux, tels que des pesticides, soient plus influents en entraînant le cancer qu'a précédemment pensé.

Les études précédentes dans la causalité de cancer ont souvent conclu qu'exposition à carcinogène ou les produits chimiques de perturbateur endocrinien, par exemple, organochlorés (OC) - trouvés en pesticides et plastiques - se produit aux concentrations qui sont si basses pour être considérées un facteur important dans la maladie cancéreuse. La recherche à l'université de Liverpool, publiée maintenant neufs dans le tourillon du médicament nutritionnel et environnemental, a constaté que l'exposition même aux petites quantités de ces produits chimiques peut avoir comme conséquence un risque accru de développer le cancer - en particulier pour des mineurs et des jeunes adultes.

La recherche s'est composée de l'observation systématique des études récentes et de la littérature au sujet de l'environnement et du cancer, et a été supportée par la société de prévention contre le cancer et d'éducation. Professeur Vyvyan Howard et John Newby, de la faculté de l'anatomie et de la biologie cellulaire humaines, également constatée que les variations génétiques, qui peuvent prédisposer certains au cancer, peuvent agir l'un sur l'autre avec les contaminants environnementaux et produire un effet amélioré.

Professeur Howard a dit : Les « organochlorés sont des polluants organiques persistants (POPs), qui dispersent au-dessus des longues distances et du bioaccumulate dans la chaîne alimentaire. Pour des êtres humains la source principale d'exposition d'OC est de régime, principalement par la viande et des produits laitiers. Des enfants sont exposés à la dioxine, un dérivé d'OCs, par nourriture ; la dioxine et d'autres bruits peuvent également croiser le placenta et mettre en danger des bébés dans l'utérus. Des mineurs allaités peuvent être exposés à OCs avec les propriétés de perturbateur endocrinien qui ont accumulé en lait de sein. Notre recherche regarde l'exposition involontaire à ces produits chimiques dans l'air, la nourriture et l'eau.

« Les contaminants environnementaux - en particulier les pesticides et les organochlorés synthétiques avec des propriétés d'hormone-perturbateur - pourraient être un facteur important en entraînant des malignités hormone-dépendantes telles que le sein, testiculaire et les cancers de la prostate. Les mesures préventives pour ces types de cancer se sont concentrées sur instruire le public au sujet du danger de la fumée de tabac, améliorer le régime et introduire l'activité matérielle. Nous devrions maintenant, cependant, nous concentrer sur essayer de réduire l'exposition aux produits chimiques problématiques. »

L'équipe de recherche a également regardé la preuve anecdotique, des médecins de pratique dans les sociétés préindustrielles, qui propose que la maladie cancéreuse ait été rare parmi les communautés particulières, telles que les Inuits canadiens et les Indiens brésiliens. Ceci propose que le cancer soit une maladie d'industrialisation.

Professeur Howard a ajouté : « L'Organisation Mondiale de la Santé estime que cela entre un et cinq pour cent de la maladie maligne dans les pays développés est attribué aux facteurs environnementaux ; mais notre recherche propose que ce chiffre ait pu avoir été sous-estimé. »

La page de Jamie, le Président de la prévention contre le cancer et l'éducation ont indiqué : « Cette recherche est très importante et propose qu'il y ait des tiges entre les produits chimiques et le cancer. Il est notre avis que si progrès si être effectué dans le combat contre le cancer, bien plus d'attention et d'effort doivent être effectués pour réduire l'exposition humaine aux produits chimiques nuisibles. »