Avertissement : Cette page est une traduction automatique de cette page à l'origine en anglais. Veuillez noter puisque les traductions sont générées par des machines, pas tous les traduction sera parfaite. Ce site Web et ses pages Web sont destinés à être lus en anglais. Toute traduction de ce site et de ses pages Web peut être imprécis et inexacte, en tout ou en partie. Cette traduction est fournie dans une pratique.

Crainte d'hypoglycémie un barrage à l'exercice pour des diabétiques de type 1

Selon une étude neuve, publiée dans la question de novembre du diabète inquiétez-vous, une majorité de diabétiques évitent l'activité matérielle parce qu'ils s'inquiètent de l'hypoglycémie liée à l'exercice (sucre de sang inférieur) et des conséquences sévères comprenant la perte de conscience.

En dépit des avantages réputés de l'exercice, les constructions neuves de cette étude sur les investigations précédentes qui ont trouvé plus de 60 pour cent de diabétiques adultes ne sont pas matériel en activité.

« Nos découvertes ont confirmé notre suspicion clinique, » dites M. Rémi Rabasa-Lhoret, le co-auteur de l'étude, un professeur à la faculté de médecine d'Université de Montréal's et à un endocrinologue au centre de l'Université de hospitalier Montréal (COPAIN). Le « exercice a été prouvé pour améliorer la santé et on supposerait que les diabétiques resteraient actifs. Pourtant nos découvertes indiquent que les diabétiques de type 1, tout comme le grand public, ne sont pas complet confortables avec l'exercice. »

Manque de compréhension du métabolisme d'insuline

Cents adultes, 50 femmes et 50 hommes, avec du diabète de type 1 ont répondu à des questionnaires pour évaluer leurs barrages à l'activité matérielle. La plus grande crainte était hypoglycémie et d'autres barrages ont compris l'interférence avec l'horaire de travail, la perte de contrôle de diabète et les concentrations faibles de la forme physique.

Une fois interrogés en outre, seulement 52 des participants expliqués s'approprient la connaissance de la façon dont l'insuline est métabolisée et traitée. Ces personnes qui le meilleur compris comment l'insuline fonctionne dans leur fuselage se sont avéré moins craintif de l'activité matérielle. Une telle connaissance est essentielle afin d'adapter l'insuline et/ou la ration alimentaire pour éviter l'hypoglycémie induite par exercice.

« Notre étude a été lancée pour trouver des moyens de rendre des diabétiques plus sains et propose qu'il y ait un écartement important dans l'information et support requis par ces patients, » indique Anne-Sophie Brazeau, auteur important et étudiant au doctorat chez Université de Montréal. Les « programmes ont orienté une activité matérielle croissante parmi le type 1 les diabétiques qu'adultes doivent comporter des actions spécifiques pour éviter l'hypoglycémie. »

« Nous avons également constaté que les personnes avec la crainte la plus grande de l'activité matérielle ont eu le contrôle le plus faible de leur diabète, » dit M. Hortensia Mircescu, le co-auteur de l'étude, un professeur à la faculté de médecine d'Université de Montréal's et à un endocrinologue de COPAIN. La « éducation est particulièrement appropriée pour ce groupe. »