Avertissement : Cette page est une traduction automatique de cette page à l'origine en anglais. Veuillez noter puisque les traductions sont générées par des machines, pas tous les traduction sera parfaite. Ce site Web et ses pages Web sont destinés à être lus en anglais. Toute traduction de ce site et de ses pages Web peut être imprécis et inexacte, en tout ou en partie. Cette traduction est fournie dans une pratique.

Environ un cinquième d'enfants avec la perte auditive ont également des troubles de la vue

Environ un cinquième d'enfants avec la perte auditive neuro-sensorielle ont également des troubles oculaires, selon un état dans la délivrance de Février des Archives de la Chirurgie Tête d'oto-rhino-laryngologie et de Collet.

Environ à trois selon 1.000 enfants ont un certain degré de perte auditive neuro-sensorielle, qui se produit en raison des dégâts aux nerfs ou à l'oreille interne, selon l'information générale dans l'article. La Moitié de tous les cas chez les enfants résultent des causes et de la moitié environnementales des origines génétiques ; un gène, GJB2, représente une grande part de caisses neuro-sensorielles de perte auditive dans les patients blancs.

« Particulièrement précoce dans la durée de vie, la perte auditive neuro-sensorielle est associée avec des délais en langage, la parole, cognitif et le développement social, » les auteurs écrivent. « Vu les effets de l'altération de la perception auditive, enfants avec la perte auditive neuro-sensorielle sont à la charge particulièrement des autres moyens de saisie de l'information. Si ces enfants devaient avoir des anomalies ophthalmologiques non reconnues que l'acuité visuelle limitée, là pourrait être d'autres effets adverses sur le développement. »

Arun Sharma, M.D., de l'Université de Washington, Seattle, et collègues a révisé des découvertes ophthalmologiques dans 226 patients présentant la perte auditive neuro-sensorielle qui ont été vus à un hôpital pour enfants entre 2000 et 2007. De ces derniers, 49 (21,7 pour cent) ont eu une anomalie ophthalmologique, y compris 23 (10,2 pour cent) avec des erreurs réfringentes (myopie y compris, hypermétropie et astigmatisme) et 29 (12,8 pour cent) avec des erreurs non-réfringentes. La cause de la perte auditive neuro-sensorielle était syndromic (ayant d'autres symptômes associés) dans 11 patients (4,9 pour cent), et 5 (2,2 pour cent) ont eu des syndromes avec des problèmes relatifs d'oeil.

Tous Les participants ont été offerts le dépistage génétique pour des mutations dans GJB2. Des 144 patients qui ont subi cet examen critique, 27 (18,8 pour cent) ont eu deux copies subies une mutation du gène GJB2, et un (3,7 pour cent) de ceux ont eu des anomalies ophthalmologiques. Ceci rivalise avec aucun des 11 patients présentant une copie unique du gène muté et des 22 de 106 patients (20,8 pour cent) sans des mutations. « C'est compatible avec l'impression que les mutations GJB2 ont en perte auditive neuro-sensorielle mais pas comme conséquence des anomalies ou des syndromes supplémentaires, » les auteurs écrivent.

« Une approche multidisciplinaire est importante dans le bilan et la demande de règlement des enfants avec la perte auditive neuro-sensorielle pour s'assurer qu'on répond à leurs médicaux, éducation et besoins sociaux, » les auteurs concluent. « Le bilan Ophthalmologique peut être avantageux pour des patients en permettant aux ophtalmologues de diagnostiquer (et probablement au festin) les troubles de coexistence qui affectent la visibilité et en aidant des oto-rhino-laryngologistes à déterminer la cause de la perte auditive neuro-sensorielle. »

http://archotol.ama-assn.org/