Avertissement : Cette page est une traduction automatique de cette page à l'origine en anglais. Veuillez noter puisque les traductions sont générées par des machines, pas tous les traduction sera parfaite. Ce site Web et ses pages Web sont destinés à être lus en anglais. Toute traduction de ce site et de ses pages Web peut être imprécis et inexacte, en tout ou en partie. Cette traduction est fournie dans une pratique.

Centre de radiothérapie d'ion d'Heidelberg déterminé ; Les patients européens peuvent tirer bénéfice de la radiothérapie neuve

Une forme neuve et novatrice de radiothérapie basée sur des faits scientifiques vérifiés sera à la disposition des patients dans toute l'Europe dans les décennies à venir. Le contact éjecteur officiel du projet professionnel ULICE (le syndicat des ions légers centre en Europe), que l'Union européenne supporte avec presque 10 millions d'euros, s'est tenu dans la chute 2009 dans le service de Radiooncology et la radiothérapie du centre hospitalier universitaire d'Heidelberg. Ce consortium se compose d'un total de 21 installations européennes de recherches et de demande de règlement dans le domaine du traitement d'ion qui ont joint des forces dans un réseau interdisciplinaire afin d'avancer la recherche fondamentale dans les domaines de la physique, de la biologie et du médicament, et pour employer effectivement les installations existantes de traitement d'ion en Europe dans un effort conjoint pour développer davantage cette technique.

Études cliniques transnationales

Le projet dans son ensemble est divisé en trois programmes :

  • Des patients seront soignés dans le cadre des études cliniques transnationales communes de traitement dans des installations de traitement d'ion. Ce projet est d'être coordonné et dirigé d'Heidelberg, où le transfert et les signes patients seront structurés et déterminés, et de bases de données transnationales et de transinstitution pour des paramètres cliniques et précliniques sera déterminé.
  • Le deuxième programme comprendra la recherche et promouvra le développement du traitement d'ion dans les sous-zones cliniques et précliniques variées à l'orientation ; ces activités de recherche communes seront centralement coordonnées de Vienne.
  • Le troisième programme se concentrera sur la transmission et l'interaction ainsi que la discussion interdisciplinaire et la création d'un consensus, et sera centralement dirigé par l'organisme européen pour la recherche nucléaire (CERN) à Genève.

Quatre directeurs de projet primaires seront responsables du projet : Prof. M. Roberto Orrechia, directeur médical de Radiooncology et le centre national pour le traitement de Hadron (Centro Nazionale di Adroterapia Oncologica, CNAO) à Milan, prof. M. Richard P-tter, directeur médical du service de Radiooncology et de radiothérapie à l'Hôpital Général (AKH) de Vienne, prof. M. Manjit Djosanjh de l'organisme européen pour la recherche nucléaire (CERN) à Genève, et prof. le M.M.J-rgen Debus, directeur médical du service de Radiooncology et radiothérapie au centre hospitalier universitaire d'Heidelberg.

Un total de 22 centres d'excellence en Europe impliquée

En plus des quatre centres d'excellence (Heidelberg, Milan, Genève et Vienne), un total de 18 autres centres européens seront compris dans le projet commun. Des travaux préliminaires d'essentiel ont été déjà terminés, particulièrement dans Berkeley, la Californie, Etats-Unis et au centre de GSI Helmholtz pour la recherche lourde d'ion à Darmstadt, Allemagne. Jusqu'ici, plus de 70.000 patients partout dans le monde ont été soignés avec la radiothérapie d'ion, la plupart d'entre elles avec des protons et les ions lourds. Les ions lourds (ions de carbone) diffèrent de la radiothérapie de photon et du traitement conventionnels de proton par une efficacité biologique relative accrue (RBE), qui a montré des avantages thérapeutiques critiques, particulièrement pour des tumeurs de croissance lente et résistantes aux radiations.

Depuis 1997 bien plus de 400 patients ont été soignés par les radiooncologists d'Heidelberg avec des ions de carbone en coopération avec le centre de GSI Helmholtz pour la recherche lourde d'ion à Darmstadt et le service de la physique médicale au centre allemand de cancérologie (DKFZ) à Heidelberg, ainsi que le centre de recherche de Rossendorf à Dresde. Des résultats thérapeutiques ont été sensiblement améliorés, particulièrement pour des tumeurs à la base du crâne.

Le centre de radiothérapie d'ion d'Heidelberg est ouvert

Basé sur ce travail préliminaire, le centre de radiothérapie d'ion d'Heidelberg (COUP) a été installé au centre hospitalier universitaire d'Heidelberg et commencera bientôt le fonctionnement clinique. Là, il sera possible de traiter plus de 1.300 patients par an avec la radiothérapie d'ion. En particulier, des tumeurs de la base du crâne tel que des chordomes, les chondrosarcomas et les méningiomes ainsi que les tumeurs des glandes salivaires et des carcinomes de prostate seront traités. Des tumeurs cérébrales telles que des glioblastomes et des astrocytomes de qualité inférieure seront également traitées dans le cadre des études cliniques au COUP.