Avertissement : Cette page est une traduction automatique de cette page à l'origine en anglais. Veuillez noter puisque les traductions sont générées par des machines, pas tous les traduction sera parfaite. Ce site Web et ses pages Web sont destinés à être lus en anglais. Toute traduction de ce site et de ses pages Web peut être imprécis et inexacte, en tout ou en partie. Cette traduction est fournie dans une pratique.

Les chercheurs recensent un mécanisme neuf pour le contrôle de tumeur

L'interaction d'un ligand (Neurotrophine-3) et de son récepteur de la dépendance (TrkC) constitue un mécanisme nouveau pour le contrôle de tumeur dans les cancers pédiatriques tels que le neuroblastome, et peut également être importante pour l'inhibition d'autres cancers tels que le cancer du sein. Ces découvertes par une équipe dans le Laboratoire Apoptose, cancer et Développement (contre le Cancer Léon Bérard de CNRS/Université Lyon 1/Centre de Lutte), supportent le concept proposé il y a plusieurs années par le même laboratoire au sujet du modèle des stratégies thérapeutiques antitumorales visant un type neuf de récepteur, le récepteur de la dépendance. Ces récepteurs peuvent en effet induire la mort cellulaire quand ils sont privés de leur ligand. Cette étude est publiée dans l'édition de mars 2010 du tourillon de l'investigation clinique.

Situé sur la surface de cellules, un récepteur capte des signes du support extracellulaire (ligands) afin d'induire un signe dans la cellule par l'intermédiaire de différentes cascades moléculaires. Un récepteur est ainsi considéré comme contact qui est en position de "OFF" si son ligand est absent. Pendant les dix dernières années, une équipe dans le Laboratoire Apoptose, cancer et Développement (contre le Cancer Léon Bérard de CNRS/Université Lyon 1/Centre de Lutte), abouti par Patrick Mehlen, avait travaillé aux récepteurs appelés de la dépendance de récepteurs spécifiques qui, faute de leur ligand, induisent un signe que mort cellulaire de déclencheurs. On lui a montré que ces récepteurs peuvent régler la progression tumorale : en effet, les cellules cancéreuses surnuméraires concurrencent pour gripper le ligand procurable et puis pour mourir à cause de leur récepteur de la dépendance. Ce dernier peuvent constituer ainsi un mécanisme neuf pour le contrôle de tumeur.

Pendant cette étude, les chercheurs se sont concentrés en particulier sur le récepteur de la dépendance de TrkC et son ligand, NT-3. Dans les cancers pédiatriques tels que le neuroblastome, on lui a montré que la présence de TrkC est un facteur pour un bon pronostic. Les scientifiques ont ainsi recherché à déterminer si TrkC, comme récepteur de la dépendance, pourrait régler la progression tumorale. Ils ont étudié des spécimens des tumeurs particulièrement agressives obtenues à partir des centres de moyens biologiques (biologiques de Centres de Ressources) au contre le Cancer Léon Bérard de Lutte de centre à Lyon et l'Institut Gustave Roussy dans Villejuif, qui rassemble de tels spécimens aux fins du diagnostic et de la recherche.

Les résultats obtenus ont prouvé que presque 40% des tumeurs de neuroblastome les plus agressives elles-mêmes a produit le ligand NT-3 de sorte qu'ils aient pu se développer sans déclencher la mort induite par le récepteur de la dépendance de TrkC. En empêchant des cellules tumorales de produire NT-3, les chercheurs pouvaient ainsi remettre le procédé de mort cellulaire.

Cette équipe à Lyon a également développé un modèle pour la caractéristique de progression tumorale du neuroblastome utilisant des oeufs de poulet (un modèle qui est proche du développement embryonnaire). Des cellules tumorales humaines ont été appliquées à la membrane vascularisée qui permet des échanges de gaz avec la shell (la membrane chorioallantoic). Dans une semaine, les cellules tumorales humaines ont formé une tumeur, entrée dans des vaisseaux sanguins, ont atteint les poumons du poussin et là a développé des métastases. Cependant, quand ils ont appliqué une demande de règlement qui a bloqué le grippement de NT-3 à son récepteur de TrkC, les scientifiques ont observé une réduction du nombre de métastases et de la taille des tumeurs primaires qui se sont développées. Ils ont également obtenu des résultats similaires dans un modèle de souris pour la tumorigenèse.

L'interaction de récepteur de ligand/dépendance de NT-3/TrkC exerce ainsi le contrôle partiel sur la tumorigenèse dans le cadre du neuroblastome. Ces découvertes montrent pour cette raison que l'interférence avec l'interaction TrkC/NT-3 peut constituer une stratégie thérapeutique visée, une découverte ce qui a été protégé par un brevet. L'équipe essayera maintenant de déterminer si elle peut être appliquée à d'autres types de cancer. Les découvertes préliminaires ont déjà proposé que l'interaction de NT-3/TrkC puisse également jouer un rôle majeur dans le cancer du sein.

Netris Pharma, une mise en train commencée par le Laboratoire Apoptose, cancer et Développement, développe maintenant les agents thérapeutiques qui visent NT-3. Les phases de développement précliniques devraient commencer dans un avenir proche.

Source:

Cancer et Développement