Avertissement : Cette page est une traduction automatique de cette page à l'origine en anglais. Veuillez noter puisque les traductions sont générées par des machines, pas tous les traduction sera parfaite. Ce site Web et ses pages Web sont destinés à être lus en anglais. Toute traduction de ce site et de ses pages Web peut être imprécis et inexacte, en tout ou en partie. Cette traduction est fournie dans une pratique.

Essai de lipide d'ENTENTE : Recherche neuve sur la dyslipidémie athérogène en diabète de type 2

Le risque cardiovasculaire peut être réduit par des 31 pour cent complémentaire dans les diabétiques de type 2 avec la dyslipidémie athérogène, la combinaison courante des triglycérides élevées (TG, 204 mg/dl ou 2,3 mmol/l ou plus élevés) et des concentrations faibles de la lipoprotéine -cholestérol à haute densité (HDLC, 34 mg/dl ou 0,88 mmol/l ou abaisser). Ceci est réalisé en ajoutant le fenofibrate aux simvastatines. Seulement 20 de ces patients doivent être soignés pendant 5 années pour éviter un événement cardiovasculaire.

Pour voir le communiqué de multimédia, cliquez s'il vous plaît : http://multivu.prnewswire.com/mnr/r3i/42622/

Dans l'action pour régler le risque cardiovasculaire dans l'essai de lipide de diabète (ENTENTE), publié en ligne dans New England Journal de médicament, le groupe avec la dyslipidémie athérogène a eu 70 pour cent d'événements cardiovasculaires (décès cardiovasculaire, crises cardiaques et rappes) de plus que des patients sans. En fait, le risque lié à la dyslipidémie athérogène était comparable à celui dans les gens avec la maladie cardio-vasculaire précédente (17,3 pour cent contre 18,1 pour cent).

Professeur Jean-Charles Fruchart, président de l'initiative résiduelle de réduction du risque (R3i), une fondation scolaire suisse indépendante, a dit : « Pendant les deux dernières années, le R3i s'est concentré sur l'hypothèse que le risque cardiovasculaire résiduel dans les patients statine-traités est associé à la dyslipidémie athérogène. Le lipide d'ENTENTE confirme l'hypothèse et la valeur d'ajouter le fenofibrate à une statine pour réduire ce risque cardiovasculaire résiduel élevé. C'est compatible avec les directives actuelles de l'association américaine et de la Commission adulte III. de diabète de demande de règlement de National Cholesterol Education Program »

L'avantage du fenofibrate a été seulement vu dans le groupe préspécifié de diabétiques avec la dyslipidémie athérogène et pas dans la population de l'étude totale. « Tandis que les patients avec la dyslipidémie athérogène représentaient seulement 17 pour cent de la population de lipide d'ENTENTE, dans la pratique clinique la taille du problème est sensiblement plus grande. Nous mesurons maintenant ceci dans les lipides résiduels de risque de R3i-funded et l'étude normale de traitements (RÉALISTE) qui est entreprise à la Faculté de Médecine de Harvard et plus de 20 centres de formation générale réputés mondiaux, » a dit professeur Frank Sacks de Faculté de Médecine, de Boston, des Etats-Unis et de vice-président de Harvard du R3i.

Dans le lipide d'ENTENTE, de fenofibrate micro réduit également et la macro-instruction-albuminurie, bornes de la maladie rénale diabétique. C'est compatible avec des résultats des tests cliniques plus tôt. La « néphropathie diabétique est une édition de management importante. Par conséquent il est la connaissance importante que le fenofibrate fournit l'indemnité à ces patients, » a dit professeur Michel Hermans des cliniques Universitaires Saint-Luc, Bruxelles, Belgique et Général secrétaire du R3i.

L'étude a également confirmé cela ajoutant le fenofibrate aux simvastatines n'a pas eu comme conséquence n'importe quel risque des excès de myopathie (problèmes de muscle), de thrombose veineuse ou de pancréatite. En fait, il y avait moins tout-cause et décès cardiovasculaires dans les patients fenofibrate-traités que dans les patients soignés avec des simvastatines seules.

R3i aboutit la recherche neuve dans la dyslipidémie athérogène en diabète de type 2

La dyslipidémie athérogène est courante et la prévalence augmente nettement en raison de l'épidémie globale du diabète de type 2, de l'obésité et du syndrome métabolique. Ainsi, aux États-Unis environ la moitié des patients à haut risque commencer le traitement par statines peut exiger du traitement complémentaire d'abaisser leurs triglycérides et/ou de soulever leur HDLC.

Le R3i répond à ce problème clinique en critique important. « Vu l'importance de l'épidémie globale du diabète de type 2 - particulièrement dans des régions en développement - visant la dyslipidémie athérogène est essentielle. Comme seule fondation globale indépendante de recherches se concentrant sur cette question, le R3i développe instamment des recommandations pour des stratégies probantes de réduire le risque vasculaire résiduel. Actuel, nous entreprenons la première étude épidémiologique mondiale, RÉALISTE, de déterminer la prévalence de la dyslipidémie athérogène et le risque résiduel conséquent d'événements cardiovasculaires. Maintenant, en raison du lipide d'ENTENTE, nous commencerons également une méta-analyse des sous-groupes dyslipidemic athérogènes de patients (haut TG et/ou HDLC inférieur) dans des études précédentes de fibrate, » a dit professeur Fruchart.

Source:

Residual Risk Reduction initiative (R3i)