Avertissement : Cette page est une traduction automatique de cette page à l'origine en anglais. Veuillez noter puisque les traductions sont générées par des machines, pas tous les traduction sera parfaite. Ce site Web et ses pages Web sont destinés à être lus en anglais. Toute traduction de ce site et de ses pages Web peut être imprécis et inexacte, en tout ou en partie. Cette traduction est fournie dans une pratique.

U.S. augmente des programmes de HIV/SIDA dans les Caraïbe

Les Préposés Du Service des États-Unis et la Communauté Des Caraïbes (CARICOM) Mardi ont signé une convention d'augmenter des programmes de PEPFAR à 12 autres pays Des Caraïbes pendant une réunion à Georgetown, Guyane, les états d'Agence France-Presse (5/11).

« La collaboration neuve, sur une période de cinq ans, donnera le soutien de la lutte de VIH dans Antigua-et-Barbuda, Barbade, Bahamas, Belize, Dominique, Grenada, Jamaïque, Trinidad-et-Tobago, St Kitts et Niévès, St Lucia, Saint-Vincent-et-les Grenadines et Surinam, » des Reportages de Stabroek.

« Précédemment, seulement deux membre-pays de CARICOM - la Guyane et le Haïti - et la République Dominicaine avaient tiré bénéfice » de PEPFAR dans la région, le service de nouvelles écrit. « Aux Termes de la convention, les 12 pays obtiendraient 25 millions de dollars annuellement ou jusqu'à 125 millions au cours des cinq années à venir à l'assister la prévention, test, l'information stratégique et consultation, ont indiqué les d'afffaires de charge de l'ambassade des États-Unis, Karen Williams, » AFP continue (5/11). Selon Associated Press, Williams a dit que les pays peuvent commencer à demander des fonds de PEPFAR le mois prochain (5/11).

Pendant l'événement, le Député Sécrétaire général Lolita Applewhaite de CARICOM « a décrit la Convention de Partenariat de Cadre comme « étape importante dans une évolution de [Partenariat Des Caraïbes de Plaque Contre le HIV/SIDA], » et « un signe dégagé différent de sa relation de maturation avec les premiers associés internationaux de développement fournissant le support dans le domaine du VIH et du SIDA, «  » selon un communiqué de presse de CARICOM (5/11). Les tarifs de prévalence de HIV/SIDA dans la région Des Caraïbes sont en second lieu seulement à celui dans l'Afrique Subsaharienne, AP ajoutent (5/11).

Dans des nouvelles relatives, les Services de Presse Inter examine une initiative en Amérique Latine et les Caraïbe pour supprimer la transmission de la mère à l'enfant du VIH et du syphilis d'ici 2015 qui vise à garantir la santé complète pour les femmes enceintes.

L'article détaille les découvertes d'un état d'OPS qui a examiné la boîte de vitesses verticale de la maladie dans la région, notant « que quelques pays ont accompli « les progrès importants vers éliminer la boîte de vitesses verticale les des deux maladies, alors que dans d'autres il y a « des lacunes considérables, «  » IPS écrit. « Un saut est le manque [a] de soins prénatals ; un un autre est accouchement assisté par le personnel non-médical. De plus, l'accès aux tests diagnostique peut être difficile, et des résultats peuvent être sévèrement retardés, » le service de nouvelles écrit.

L'article comprend également des commentaires de Bertha Gomez, un conseiller d'OPS sur le HIV/SIDA et sexuellement - des infections transmises pour la région Andine, et Patricia Perez, Coordinateur de la Communauté Internationale des Femmes Vivant avec HIV/SIDA (Valente, 5/11).


Kaisernetwork.orgCet article est republié avec l'autorisation aimable de nos amis À la Fondation de Famille de Kaiser. Vous pouvez visualiser l'État Quotidien entier de Politique Sanitaire de Kaiser, rechercher les archives, ou s'inscrire pour l'accouchement d'email de la couverture en profondeur des développements, des discussions et des discussions de politique sanitaire. L'État Quotidien de Politique Sanitaire de Kaiser est publié pour Kaisernetwork.org, un service gratuit De la Fondation de Henry J. Kaiser Family. Fondation de Compagnie de Comité Consultatif du Droit d'auteur 2009 et de Famille de Kaiser. Tous droits réservés.