Les résultats d'états de Roche de la phase III du taspoglutide 5 étudie pour le diabète de type 2 au soixante-dixième ADA

« Effet de Taspoglutide, un analogue GLP-1 humain, sur la sécrétion d'insuline dans les patients présentant le diabète de type 2 (T2D) »

Ipsen (Paris : IPN) (Euronext : IPN ; Effet adverse du médicament : IPSEY) un groupe biopharmaceutical global, aujourd'hui annoncé que son associé Roche a révélé des résultats cinq de la phase III pendant 24 semaines étudie pour le taspoglutide pour le diabète de type 2 aux séances scientifiques annuelles (ADA) de l'associationth américaine 70 de diabète. Taspoglutide, le premier une fois que l'analogue peptide-1 (GLP-1) comme un glucagon hebdomadaire basé sur une séquence humaine, provenant de la recherche d'Ipsen est développé par Roche. Ce composé est assimilé à l'hormone naturelle GLP-1 qui a une fonction clé dans le règlement de sucre de sang.

Trois comparaisons tête à tête contre l'exenatide, le sitagliptin et l'insuline glargine ont constaté que la demande de règlement avec le taspoglutide a révélé des diminutions comparables ou plus grandes des niveaux de HbA1C avec un à faible risque de l'hypoglycémie, a eu comme conséquence plus de patients atteignant l'objectif d'ADA pour le HbA1C de <7.0%, et ont produit cliniquement la perte de poids signicative.

Deux études complémentaires de la phase III ont prouvé que taspoglutide, une fois seul utilisées ou ajoutées à la metformine (la demande de règlement principale la plus courante pour le diabète de type 2), au HbA1C sensiblement réduit et au poids corporel avec à faible risque de l'hypoglycémie. D'autres études proposent que le taspoglutide puisse aider à remettre une réaction normale d'insuline ainsi qu'à préserver potentiellement les cellules bêtas productrices d'insuline et à les protéger par la suite contre la mort cellulaire.

Dans les études, le taspoglutide a été administré une fois par semaine avec une seringue préremplie et remplaçable avec un pointeau de petite taille-outil.

Les événements défavorables les plus courants vus avec le taspoglutide basé sur les 24 caractéristiques de semaine sont liés aux réactions gastro-intestinales de tolérabilité et de lieu d'injection. La nausée et le vomissement étaient de doux pour modérer l'intensité, se sont généralement produits tôt dans la demande de règlement le jour de l'injection et principalement comme épisode unique. Roche également a récent annoncé la mise en place d'un régime d'atténuation de risque dans le programme de la phase III conçu pour recenser des patients au risque potentiel de réactions d'hypersensibilité. Tandis que le cas des réactions d'hypersensibilité rapportées par rapport au taspoglutide est plus élevé que prévu pour la population de l'étude dans les essais de la phase III, l'incidence demeure rare (< 1%).

Jean-Luc Bélingard, Président et Président Directeur Général d'Ipsen groupent, indiqué : « Ces 5 tests cliniques de la phase III ont clairement expliqué le profil marqué et reproductible d'efficacité du taspoglutide dans le contrôle de glucose sanguin et la perte de poids corporel. Le programme de T-apparaître fournit au corps médical des caractéristiques considérables sur positionner compétitif de ce composé prometteur dans la demande de règlement du diabète de type 2. Nous sommes confiants que le programme clinique actuel déterminera davantage le taspoglutide comme potentiel classe meilleure avec la commodité ajoutée une fois par semaine d'une injection. »

Source:

 Ipsen