Avertissement : Cette page est une traduction automatique de cette page à l'origine en anglais. Veuillez noter puisque les traductions sont générées par des machines, pas tous les traduction sera parfaite. Ce site Web et ses pages Web sont destinés à être lus en anglais. Toute traduction de ce site et de ses pages Web peut être imprécis et inexacte, en tout ou en partie. Cette traduction est fournie dans une pratique.

Les chercheurs étudient l'écosystème bactérien pour optimiser la santé des femmes

Une équipe des chercheurs canadiens examinent le reste fragile des bactéries et des virus chez les fuselages des femmes afin d'optimiser la santé des femmes par leurs durées.

M. Deborah Money à l'institut de recherches de la santé des femmes à Vancouver aboutit l'initiatique, appelé le projet vaginal de Microbiome, qui examinera les communautés des micros-organismes (des bactéries et des virus) dans le vagin afin de déterminer ce qu'est un reste bactérien sain pour des femmes. « Nous savons qu'un reste sain est critique à éviter des infections vaginales, se protégeant contre sexuellement - des infections transmises et prévention de la perte de grossesse et de la naissance avant terme. » dit M. Money. « Jusqu'à présent, nous n'avons pas pu étudier cet écosystème adéquat parce qu'il est difficile ou impossible d'élever certaines des bactéries dans le laboratoire, et nous avons actuel des méthodes faibles d'évaluer la population des microbes. »

La génomique permet pour fissurer ce mystère. Grâce aux derniers outils, équipe de M. Money's peut rapidement ordonnancer jusqu'aux centaines de milliers des bactéries. « Ce qui est importante au sujet de cette approche est que nous ne regardons pas les bactéries uniques en isolation, » dit l'argent. « Nous pouvons examiner les communautés entières et comment elles agissent l'un sur l'autre les uns avec les autres, qui est critique à comprendre comment une femme maintient sain, et à recenser quand quelque chose va mal de pair avec son appareil reproducteur. »

Le projet est financé par les instituts canadiens de la recherche de santé (CIHR), par leur initiative canadienne de Microbiome, et génome BC, chacun qui contribue $1.745.341 et $581.781 respectivement pour un total de $2.327.122 sur cinq ans. « Ce projet met les chercheurs canadiens sur le premier rang de la recherche de microbiome, » dit M. Alan Winter, Président et Directeur Général de génome BC. « Le fait que l'équipe de recherche inclut des gens de partout dans le Canada est un testament à quel point la collaboration efficace est dans des problèmes de santé de clavette d'adressage. »

Une des conséquences principales du reste bactérien anormal dans le vagin est naissance avant terme. Les natalités avant terme augmentent pour les femmes canadiennes, maintenant aux régimes presque de 8%, et sont responsables de 70% des morts nouveau-nées et de 50% de conséquences défavorables à long terme de santé pour des mineurs. Ce projet étudiera les populations bactériennes liées à la naissance avant terme et développera des tests diagnostique afin d'éviter la naissance avant terme. Les « études pour éviter la naissance avant terme sont d'importance non seulement pour les femmes canadiennes mais pour des femmes mondiales où la naissance avant terme a des conséquences bien plus graves, » dit l'argent.

Le projet sera fil par M. Money à l'université de la Colombie-Britannique, basée à l'institut de recherches de la santé des femmes, avec ses Co-fils, jeu rouleau-tambour. Côte de Janet à l'université de Saskatchewan, de M. Sean Hemminsgen au Conseil " Recherche " national, de M. Gregor Reid à l'université d'Ontario occidental, et de M. Alan Bocking à l'université de Toronto et de beaucoup d'autres collaborateurs en travers du Canada.

Source: