Avertissement : Cette page est une traduction automatique de cette page à l'origine en anglais. Veuillez noter puisque les traductions sont générées par des machines, pas tous les traduction sera parfaite. Ce site Web et ses pages Web sont destinés à être lus en anglais. Toute traduction de ce site et de ses pages Web peut être imprécis et inexacte, en tout ou en partie. Cette traduction est fournie dans une pratique.

Le Tourillon de l'Oncologie Clinique publie IPI-504 des résultats d'étude de la Phase 2

Infinity Pharmaceuticals, Inc. (Nasdaq : INFI) annoncé que des résultats de sa étude de la Phase 2 d'IPI-504, un inhibiteur du chaperon Hsp90 IV-géré par roman, dans les patients présentant le cancer de poumon avancé de cellules de non-petit (NSCLC) ont été publiés au Tourillon de l'Oncologie Clinique (Sequist et autres, J Clin Oncol. doi : 10.1200/JCO.2010.30.8338, 2010). Ces données, présentées précédemment à la Rencontre Annuelle 2010 de la Société Américaine de l'Oncologie Clinique (ASCO), documentée pour la première fois l'activité d'un inhibiteur Hsp90 dans une cohorte moléculairement définie des patients avec NSCLC avancé. Dans l'étude, IPI-504 était généralement activité clinique tolérée et expliquée bonne, en particulier parmi des patients présentant les réarrangements génétiques anaplastiques oncogènes (ALK) de kinase de lymphome.

De « analyse moléculaire de support Ces résultats comme outil principal dans les tests cliniques pour déterminer la signature des patients de réponse de meilleur, et pour suggérer que les patients présentant des réarrangements de NSCLC et d'ALK puissent préférentiellement répondre à l'inhibition du chaperon Hsp90, » a indiqué Lecia Sequist, M.D., M/H, du Centre de Lutte contre le Cancer de Massachusetts General Hospital et d'un Professeur Adjoint de Médicament à la Faculté de Médecine de Harvard. « Nous espérons que l'étude actuelle d'IPI-504 dans des patients de NSCLC présentant des réarrangements d'ALK validera ces découvertes initiales. »

« On nous encourage Qu'IPI-504 était généralement activité clinique tolérée et expliquée bonne dans NSCLC, autre supportant le potentiel clinique de l'inhibition du chaperon Hsp90 comme un élan visé à traiter certains cancers, » a indiqué Julian Adams, Ph.D., président de recherche et développement, Infini. « Les résultats de l'étude actuelle de la Phase 1B d'IPI-504 en combination avec Taxotere® dans les patients avec des tumeurs solides, ainsi que les données de l'étude de M. Sequist's évaluant IPI-504 dans les patients présentant des réarrangements de NSCLC et d'ALK, aideront à aviser le chemin vers l'avant pour IPI-504. »

Design et Résultats D'essai

L'étude de la Phase 2 d'IPI-504 a été conçue pour évaluer la sécurité, la tolérabilité et l'activité antitumorale d'IPI-504 dans les patients présentant le stade IIIb/IV NSCLC dont les tumeurs avaient progressé après demande de règlement avec un inhibiteur de tyrosine-kinases d'EGFR. Soixante-seize patients étaient inscrits et stratifiés par leur mode de mutation d'EGFR. Un sous-ensemble de patients a également subi EGFR (n = 25), KRAS (n = 30) et BRAF (n = 5) analyse de génotypage, ainsi qu'une analyse in situ fluorescente (FISH) d'hybridation pour trouver des réarrangements génétiques d'ALK.

Les résultats de l'exposition d'étude de la Phase 2 un taux de réponse objectif de sept pour cent dans la population de l'étude générale : dix pour cent dans les patients qui étaient type sauvage d'EGFR, quatre pour cent dans ceux avec des mutations d'EGFR, et 12 pour cent parmi des patients de type sauvage de KRAS. Il y avait un taux de réponse de 67 pour cent parmi les patients présentant des réarrangements d'ALK, avec deux de trois patients remarquant des réactions partielles et du troisième patient remarquant des 24 réductions de la maladie de pour cent. Chacun Des trois patients présentant des réarrangements d'ALK a reçu IPI-504 pendant au moins six mois.

IPI-504 bien-a été généralement toléré dans cette étude. La Plupart Des événements défavorables étaient la Qualité 1 ou la Qualité 2. Les événements défavorables le plus généralement enregistrés (indépendamment de la relation au médicament) étaient fatigue, nausée, diarrhée, vomissement et toux.

Source : Pharmaceutiques d'Infini