Trois projets d'Ontario ont réglé davantage à de connaissance et à de découverte dans le biomonitoring, développement de médicament

En tant qu'élément de la concurrence appliquée de grande puissance de projet de recherche du Canada de génome, qui a dans son ensemble attribué plus de $58 million à 16 projets en travers du pays, les chercheurs dans Ontario se concentreront sur le biomonitoring, comprenant la fonction des gènes dans le but de recenser des gènes ou des protéines pour des objectifs de médicament, et la création des anticorps synthétiques pour viser des cancers et d'autres maladies.

Le premier projet, avec un budget de $3 millions, est abouti par M. Mehrdad Hajibabaei, professeur adjoint, institut de biodiversité d'Ontario, et service de la biologie intégratrice, université de Guelph, et appliquera un haut-débit, approche de ordonnancement de la deuxième génération pour l'analyse génomique des échantillons de biomonitoring pour tenir compte des évaluations complètes de la santé d'écosystème.

Ce projet est situé dans un des écosystèmes les plus évalués du Canada, du stationnement national de Buffalo en bois, d'un site de patrimoine mondial et zone protégée naturelle du monde de la deuxième plus grand. Il est également l'un des écosystèmes les plus vulnérables du Canada potentiellement menacés par développement industriel d'empiétement tel que l'exploitation, les fonctionnements de sables de pétrole et les barrages hydraulique-éclectiques.

« Ce travail remplit vide de peu de caractéristiques de ligne zéro et techniques adaptées pour que l'industrie et le gouvernement mesure le risque écologique, » M. commenté Hajibabaei. « Le financement que nous avons reçu aidera non seulement à améliorer des méthodes pour surveiller la modification environnementale, mais aura un impact important sur aider à éviter la perte catastrophique d'habitat. »

Le deuxième projet, avec un budget de presque $11 millions, est le projet conditionnel nord-américain de mutagénèse dirigée de souris (NorCOMM2), abouti par le jeu rouleau-tambour. Colin McKerlie, scientifique d'associé principal, l'hôpital pour les enfants malades, et scientifique de personnel, hôpital de mont Sinaï, et Steve Brown, directeur, unité de génétique mammifère de MRC Harwell au R-U. Ce projet emploiera des souris en tant que systèmes modèles pour recenser les rôles de différents gènes dans la maladie humaine.

Le « central à la recherche biomédicale est l'identification des altérations génétiques qui sont à la base de la maladie, » M. commenté McKerlie. « Ce financement de génome Canada supporte un rôle principal pour le Canada dans le cadre d'un programme international pour comprendre le fonctionnement de chacun des 20.000 gènes dans le génome et les constructions sur la réussite du projet de NorCOMM d'original lancé en 2006. NorCOMM s'est concentré sur se développer et la distribution d'une bibliothèque des lignées cellulaires embryonnaires de cheminée de souris transportant le gène unique a enfermé ou a visé des mutations en travers du génome de souris. Ce projet NorCOMM2 neuf nous laissera mettre ce moyen pour travailler pour comprendre le fonctionnement de ces gènes dans la biologie et la maladie normales. »

L'équipe, se composant des chercheurs canadiens et BRITANNIQUES, étudiera les problèmes et les maladies de développement qui se posent dans 280 modèles de souris au cours des trois années à venir. Chacun des modèles de souris contient un anormal ou le gène muté et l'équipe établira l'effet de chaque mutation pour recenser le fonctionnement du gène, et détermine si ce gène, ou la protéine qu'elle produit, pourrait être un objectif de médicament ou utilisé dans des tests diagnostique.

Le troisième projet, avec un budget de presque $10 millions, est abouti par le jeu rouleau-tambour. Sachdev Sidhu, professeur agrégé, et Charles Boone, professeur, Banting et meilleur service de la recherche médicale, université de Toronto, et travailleront vers développer un procédé et une infrastructure pour la production efficace et à grande échelle des réactifs synthétiques d'anticorps pour viser le cancer et d'autres maladies dévastatrices.

Ce projet fournira éventuel à candidat les anticorps thérapeutiques pour la commercialisation par la désignation d'objectifs au-dessus de 100 protéines sécrétées qui sont associées au cancer. On s'attend à ce que le marché pour la thérapeutique d'anticorps atteigne $26 milliards cette année.

« Ce financement permettra notre équipe, se composant de principaux biologistes de cancer de la communauté de la recherche de Toronto, pour produire et valider des centaines d'anticorps contre une foule d'objectifs cancer-associés, » M. commenté Sidhu. « Ces anticorps seront des puissants outils pour la recherche de découverte et un sous-ensemble significatif sera des candidats pour les entités thérapeutiques neuves. Ce programme aura un impact majeur sur la recherche fondamentale dans la biologie de cancer, en des options thérapeutiques pour le traitement contre le cancer, et sur le développement de la biotechnologie commerciale au Canada. »

Également financé est un projet se concentrant sur le génome s'approche au loin pour étudier les médulloblastomes, la forme la plus courante du cancer du cerveau d'enfance, pour développer les bornes qui classifieront plus exactement les tumeurs pour la demande de règlement. Ce projet Co abouti par M. Michael Taylor, neurochirurgien, l'hôpital pour les enfants malades et M. Marco Marra à partir de l'agence de cancer de Colombie-Britannique.

« La gamme, l'étendue et les endroits essentiels que ces projets influencent en circuit est les preuves manifestes du pouvoir de la génomique en produisant les médicaments neufs, les approches neuves et les outils neufs pour combattre la maladie, changement climatique et pour produire un monde plus sain pour que tous les Ontarians et Canadiens vivent dedans, » M. commenté Mark Poznanksy, Président et Directeur Général, OGI.