Étude : Les malades du cancer de Poumon avec des diabetes mellitus tendent à vivre plus longtemps

Les malades du cancer de Poumon présentant le diabète tendent à vivre plus longtemps que des patients sans diabète, selon une étude Norvégienne publiée dans l'édition de Novembre du Tourillon de l'Oncologie Thoracique, la publication officielle de l'Association Internationale pour l'Étude du Cancer de Poumon.

Les Chercheurs n'ont pas spéculé sur la raison de l'effet, mais ont dit que l'avantage de survie a justifié plus d'étude et que le diabète ne devrait pas être considéré une raison de retenir le traitement contre le cancer normal.

« Le traitement Normal ne devrait pas être retenu aux patients avec des diabetes mellitus les a fournis sont, même si il peut considérer une comorbidité significative, » les chercheurs autrement ajustés a écrit dans l'étude. « L'avantage de survie peut être de l'importance médicale et devrait être orienté en circuit dans de futures études. »

Les Chercheurs à l'Université Polytechnique et à l'Université Norvégiennes de Trondheim ont analysé 1.677 cas de cancer de poumon de l'étude de la Santé Nord-TR-ndelag (CHASSE), de l'étude pemetrexed de gemcitabine (ANCRAGE) et de l'étude Norvégienne de Biobank de Cancer de Poumon. C'était la première étude de cohorte d'une zone géographique bien définie, avec un numéro stable et grand des habitants, du cancer de poumon vérifiant, du diabète et de la survie.

Ils ont constaté que le 1, les 2, et survie de trois ans dans les patients présentant le cancer de poumon avec et sans des diabetes mellitus étaient 43% contre les 28%, les 19% contre 11%, et 3% contre 1%, respectivement.

Le fait que les patients avec des diabetes mellitus ont affiché une fréquence inférieure des maladies métastatiques peut en partie expliquer l'avantage de survie dans les patients avec des diabetes mellitus, parce que la majorité des patients présentant le cancer de poumon meurent de la métastase et pas de la tumeur primaire, des » chercheurs a écrit. « Cependant, car nous avons réglé au stade de la maladie dans nos analyses cet avantage potentiel peut à peine expliquer la survie accrue observée dans les patients avec des diabetes mellitus. De plus, la survie accrue dans les patients avec des diabetes mellitus a été de manière dégagée expliquée dans l'étude d'ANCRAGE où tous les patients avaient avancé le cancer de poumon. »

Source : Association Internationale pour l'Étude du Cancer de Poumon