Femmes plus vraisemblablement pour développer une invalidité que des hommes

Selon une étude neuve relâchée par le centre de Farm® de condition pour des femmes et des services financiers à l'université américaine, femmes - s'ils travaillent ou des mamans au foyer, unique ou marié - les femmes sont les plus en danger matériel et financièrement quand il s'agit d'invalidité.

Cinquante pour cent de femmes disent que s'ils devaient devenir handicapés, le choc sur les financements de leur famille au moins « dévasterait en quelque sorte. » En fait, 18 pour cent de femmes (comparées à seulement 12 pour cent des hommes) sont « très préoccupés » au sujet du choc qu'une invalidité pourrait avoir sur leur situation financière. Les femmes sont presque deux fois plus susceptibles que les hommes pour penser leurs réserves en espèces dureraient moins d'un mois en cas d'une invalidité (22 pour cent contre 12 pour cent). En outre, les femmes sont non seulement plus susceptibles de remarquer des difficultés financières dues à une invalidité - elles sont également que leurs homologues mâles pour développer une invalidité en premier lieu.

Les caractéristiques des femmes d'expositions du centres pour le contrôle et la prévention des maladies (CDC) sont de plus en plus pour remarquer une condition de neutralisation pendant leur fonctionnement et dernières années. L'arthrite, la principale cause de l'invalidité parmi les Américains adultes, est plus de deux fois aussi vraisemblablement pour affecter des femmes que des hommes. L'incidence de l'invalidité pour des femelles a monté à mâles relatifs d'un régime disproportionné, selon des caractéristiques de l'administration de la sécurité sociale.  Particulièrement, entre 1999 et 2009, les demandes d'assurance d'invalidité (SSDI) de sécurité sociale d'hommes se sont développées par 42 pour cent contre une augmentation de 72 pour cent pour des femmes.

Les femmes célibataires sont spécialement financièrement vulnérables - plus d'une dans quatre (28 pour cent) voient les conséquences de l'invalidité comme « totalement dévastant. » Les femmes mariées sont également en danger ; elles sont plus susceptibles (20 pour cent) que des hommes mariés (11 pour cent) pour les dire sont concernées que leur conjoint deviendra handicapé et impossible de fonctionner.

les régimes Employeur-parrainés sont les moyens les plus courants de l'assurance d'invalidité, toutefois moins que demi ayez cet avantage avec des femmes moins susceptibles que les hommes (45 pour cent contre 51 pour cent) d'être couvert. Les entrepreneurs féminins sont encore à un risque plus grand.

Une autre étude relâchée par l'université américaine en janvier 2012, concentré sur de petits entrepreneurs, a trouvé que ce approximativement 22 pour cent de petits entrepreneurs de femmes possèdent, et offrent leurs employés, couverture à court et à long terme d'invalidité. Cette caractéristique indique un écartement dans la couverture pour beaucoup de femmes qui possèdent ou travaillent pour une petite entreprise.                               

« Les implications de cette recherche sont effrayantes. Les professionnels de services financiers doivent commencer à instruire leurs usagers - particulièrement leurs usagers féminins - au sujet des mesures qu'ils peuvent prendre pour se préparer à l'invalidité, » a dit Mary Quist-Newins, ChFC®, CLU®, CFP®, directeur du centre de State Farm pour des femmes et des services financiers à l'université américaine, l'entité scolaire qui a entrepris l'étude. « Ces professionnels ont l'opportunité unique d'autoriser des femmes pour s'assurer qu'ils se rendent entièrement disposés et compte de leurs options. »

Dans d'autres résultats d'étude :

  • Tandis que plus que la moitié des hommes ont au moins fait de la recherche dans de combien d'assurance d'invalidité elles ont besoin, seulement environ quatre dans dix femmes ont recherché l'édition.
  • Cinquante-deux pour cent des hommes comparés à 37 pour cent de femmes, ont discuté la possibilité et les implications d'une invalidité avec un conseiller financier.
  • Les femmes sont moins que des hommes pour se sentir confiantes au sujet de la sécurité de l'emploi (28 pour cent contre 39 pour cent), couvrant les frais fondamentaux (25 pour cent contre 25 pour cent), et pouvant se permettre les soins médicaux (17 pour cent contre 25 pour cent), s'ils étaient de devenir handicapés.
Source:

The American College