Avertissement : Cette page est une traduction automatique de cette page à l'origine en anglais. Veuillez noter puisque les traductions sont générées par des machines, pas tous les traduction sera parfaite. Ce site Web et ses pages Web sont destinés à être lus en anglais. Toute traduction de ce site et de ses pages Web peut être imprécis et inexacte, en tout ou en partie. Cette traduction est fournie dans une pratique.

Les lésions complexes de Sclérose tubéreuse répondent bien à l'everolimus EXISTENT dedans

Par Hélène Albert, Journaliste Supérieur de medwireNews

Les Résultats des essais III biphasés expliquent une réduction sensiblement meilleure de lésion cutanée avec l'everolimus que le placebo des patients présentant le composé de sclérose tubéreuse (TSC).

Sergiusz Jóźwiak (L'Institut Commémoratif de la Santé des Enfants de Varsovie, de la Pologne) a présenté les résultats d'Examiner l'everolimus Dans une Étude du CENTRE TECHNIQUE (EXISTEZ) 1 et 2 à l'Académie Européenne du congrès annuel de Dermatologie et de Vénéréologie à Prague, République Tchèque.

EXIST-1 a regardé l'efficacité de l'Objectif Mammifère de l'inhibiteur (mTOR) de Rapamycin pour la demande de règlement de l'astrocytome subependymal de cellule géante (SEGA) associé avec le CENTRE TECHNIQUE, et EXIST-2 a examiné l'efficacité pour la demande de règlement de l'angiomyolipoma rénal (AML) associée avec le CENTRE TECHNIQUE ou le lymphangioleiomyomatosis sporadique.

Dans EXIST-1, des patients ont été irrégulier affectés pour recevoir l'everolimus (n=78) à une dose commençante de 4,5 mg/m2 par jour (cuvette d'objectif, ng/ml 5-15) ou placebo (n=39) pendant jusqu'à 6 mois, après quoi ils pourraient entrer dans une phase plus à long terme d'extension.

Dans EXIST-2, les patients ont reçu le mg/jour de l'everolimus 10 (n=79) ou le placebo (n=39) jusqu'à ce que le premier ait documenté l'étape progressive d'AML, date davantage d'anti-AML médicament (everolimus préliminaire y compris ou chirurgie), ou jour de l'arrêté comptable d'analyse.

Les Patients avec SEGA et AML ont répondu sensiblement meilleur à la demande de règlement avec l'everolimus que le placebo dans EXIST-1 et 2 (point final primaire).

Regardant particulièrement la réaction de lésion cutanée selon des 7 l'Estimation Globale Médecins de remarque de l'outil d'État Clinique (point final secondaire), Jóźwiak et équipe ont constaté que sensiblement plus de patients ont eu au moins une réaction partielle à l'everolimus avec le placebo dans les deux essais, à 41,7% contre 10,5% dans EXIST-1 et 26,0% contre 0,0% dans EXIST-2.

Les chercheurs notent qu'aucun patient n'a eu une réponse clinique complète ou une maladie graduelle dans l'un ou l'autre de bras dans l'un ou l'autre d'essai.

Les Patients présentant une réaction partielle à l'everolimus ont également eu une concentration minimum plus élevée d'everolimus que des patients présentant la maladie stable aux semaines 12 et 24 dans les deux essais.

Licensed from medwireNews with permission from Springer Healthcare Ltd. ©Springer Healthcare Ltd. All rights reserved. Neither of these parties endorse or recommend any commercial products, services, or equipment.