Avertissement : Cette page est une traduction automatique de cette page à l'origine en anglais. Veuillez noter puisque les traductions sont générées par des machines, pas tous les traduction sera parfaite. Ce site Web et ses pages Web sont destinés à être lus en anglais. Toute traduction de ce site et de ses pages Web peut être imprécis et inexacte, en tout ou en partie. Cette traduction est fournie dans une pratique.

La vibration de l'activité de gène peut être à la base de comment les embryons se développent dans la proportion

D'un oeuf unicellulaire d'a au fuselage fonctionnel entièrement - : pendant que les embryons se développent et se développent, ils doivent former les organes qui sont proportionnellement à la taille générale de l'embryon. Le mécanisme exact étant à la base de cette caractéristique principale, graduation appelée, est encore peu clair. Cependant, une équipe de recherche d'EMBL Heidelberg est maintenant une opération plus près de la comprendre. Ils ont découvert que l'écaillage des futures vertèbres dans un embryon de souris est réglé par la façon dont l'expression de quelques gènes spécifiques oscille, d'une voie coordonnée, entre les cellules voisines. Aujourd'hui publié en nature, leurs découvertes mettent en valeur combien important cette configuration oscillante, et son règlement, est de s'assurer que les embryons grandissent pour devenir les animaux bien proportionnés.

Colonne vertébrale voisine de cellules à l'avenir d'une coordonnée d'embryon pour tourner les gènes spécifiques en marche et en arrêt consécutivement, de ce fait produisant d'une vague d'expression du gène assimilée au « guide pour débloquer » l'animation à votre smartphone. Pour étudier ce procédé, et déterminer son choc sur la façon dont les tailles relatives des futures vertèbres sont mises à jour, les chercheurs ont développé une technique neuve.

« Utilisant cette analyse neuve, nous pouvions filmer cette onde d'expression du gène en temps réel avec la haute précision, et pour recenser si cette configuration pourrait changer selon la taille générale, » explique Alexandre Aulehla qui coordonné l'étude à EMBL Heidelberg. « Il y a une tige claire : quand l'embryon est plus petit, le nombre de segments formés demeure le même, mais chaque segment est plus petit et les ondes d'expression sont proportionnellement plus lentes. »

La vitesse de l'onde semble être la caractéristique essentielle pour prévoir la taille de la future vertèbre : plus l'onde est rapide, plus la vertèbre est grande. Des ondes assimilées d'expression ont été observées dans plusieurs vertébrés et également dans la substance d'insecte, ainsi cette configuration de transmission parmi des cellules embryonnaires semble être très répandue. Cependant, les scientifiques n'ont pas encore élucidé comment la vitesse de l'onde est réglée à un niveau moléculaire.

La technique développée dans cette étude pourrait être la clavette à aider l'équipe comprennent ce mécanisme complexe et principal. Afin de faciliter l'observation, les scientifiques ont élevé seulement une couche de cellules souche embryonnaires auxquelles une borne spécifique a été ajoutée, pour suivre l'expression des gènes d'encoche. La combinaison de la couche unitaire et de l'inscription a rendu l'observation en temps réel de l'expression du gène possible. À l'avenir cette technique neuve pourrait aider des chercheurs à comprendre les détails comment de la synchronisation de cellules embryonnaires se développer.