Avertissement : Cette page est une traduction automatique de cette page à l'origine en anglais. Veuillez noter puisque les traductions sont générées par des machines, pas tous les traduction sera parfaite. Ce site Web et ses pages Web sont destinés à être lus en anglais. Toute traduction de ce site et de ses pages Web peut être imprécis et inexacte, en tout ou en partie. Cette traduction est fournie dans une pratique.

Les sauveteurs de World Trade Center peuvent faire face au risque de cancer accru

Par Joanna Lyford, Journaliste Supérieur de medwireNews

Les Gens qui ont été concernés dans le sauvetage et fonctionnement de reprise chez World Trade Center (WTC) sont à un risque accru pour certains types de cancer, y compris la prostate, la thyroïde, et le myélome, découvertes d'étude proposent.

Les auteurs spéculent que l'exposition aux carcinogènes relâchés par l'effondrement des bâtiments pourrait expliquer le risque des excès, bien qu'ils admettent que plus de données et de plus long suivi sont nécessaires.

« Vu la période et le manque complémentaire relativement court de données sur l'examen critique médical et d'autres facteurs de risque, l'augmentation de la prostate et des cancers de la thyroïde et le myélome multiple devraient être interprétés avec prudence, » écrivent Jiehui Li (Ministère de la Santé de New York City et Hygiène Mentale, New York, ETATS-UNIS) et co-auteurs dans le JAMA.

Li et autres ont analysé l'information sur 55.778 personnes inscrites dans le Registre de Santé de WTC en 2003-2004. C'est une base de données d'observation des résidants de l'État de New-York dont, 21.850 étaient des travailleurs de sauvetage et de reprise suivant l'attaque terroriste de WTC en 2001.

Entre l'adhérence et Décembre 2008 il y avait 1187 diagnostics neufs de cancer, dont 37% étaient dans des travailleurs de sauvetage/reprise de WTC.

Pour tous les cancers combinés, le taux normalisé d'incidence (SIR) était 1,14 selon 100.000 années-personnes dans des travailleurs de sauvetage/reprise de WTC et 0,92 selon 100.000 années-personnes dans ces non impliqués dans le sauvetage/reprise, une différence non significative.

Cependant, de 23 sites de cancer vérifiés, Messieurs ont été sensiblement augmentés dans des travailleurs de sauvetage/reprise de WTC à trois sites : prostate (SIR=1.43), thyroïde (SIR=2.02), et myélome multiple (SIR=2.85).

Des Cancers à ces trois sites n'ont pas été augmentés dans des non-travailleurs de WTC.

Les chercheurs notent que l'effondrement des tours a exposé des centaines de milliers de gens à la poussière, aux saletés, aux matériaux de construction pulvérisés, et aux émissions potentiellement toxiques. La poussière, la fumée, et les aérosols ont contenu les carcinogènes connus et suspectés comprenant l'amiante, la silice, le benzène, les polychlorobiphényles, les hydrocarbures aromatiques polycycliques, les composés organiques volatils, et les nombreux métaux.

Cependant, utilisant des comparaisons de dans-cohorte, ils ont constaté que l'intensité de l'exposition aux saletés liées WTC n'était pas sensiblement associée avec les cancers site-particuliers dans des travailleurs ou des non-travailleurs de WTC.

« À la délivrance est si les dosages aux personnes exposées étaient suffisants pour entraîner des malignités excédentaires et, si oui, si de tels excès sont épidémiologiquement détectables actuellement, » écrivez les chercheurs.

Une « Plus Longue revue du sauvetage/des travailleurs et des participants de reprise non concernés dans le sauvetage/reprise est nécessaire avec l'attention aux sites sélectés de cancer et pour examiner le risque pour des cancers avec des périodes de latence en général longues. »

Licensed from medwireNews with permission from Springer Healthcare Ltd. ©Springer Healthcare Ltd. All rights reserved. Neither of these parties endorse or recommend any commercial products, services, or equipment.