L'étude de l'Ancien ADN fournit des informations au sujet d'origine de Peste de Justinianic

Les Analyses de l'ADN Antiques des restes squelettiques des victimes de peste de l'AD du 6ème siècle fournissent les informations sur la phylogénie et le point d'origine de cette pandémie

Des multiples « pestes » généralement appelées de pandémies trois sont historiquement identifiés comme devant infester, mais seulement pour la troisième pandémie de la 19ème à 21ème AD de siècles il y avait des preuves microbiologiques que l'agent entraînant était les pestis de Yersinia de bactérie. « Pendant longtemps les chercheurs de différentes disciplines ont intensivement discuté au sujet des agents étiologiques réels des pandémies antérieures. Seulement les Analyses de l'ADN antiques effectuées sur les restes squelettiques des victimes de peste pourraient finalement conclure la discussion », ont dit M. Barbara Bramanti du Groupe de Palaeogenetics à l'Institut de l'Anthropologie à l'Université Mayence (JGU) de Johannes Gutenberg. Il y a Environ deux ans, il a dirigé l'équipe internationale qui a expliqué au delà de n'importe quel doute que les pestis de Y. ont également entraîné la deuxième pandémie des 14ème-17èmes siècles comprenant la Mort Noire, l'épidémie infâme cette Europe ravagée à partir de 1346 à 1351. Bramanti et son collègue Stephanie H-nsch de Mayence ont maintenant coopéré avec l'Université de Munich, de la Bundeswehr Allemande, et des chercheurs internationaux à résoudre la discussion de savoir si les pestis de Y. ont entraîné la soi-disant Peste de Justinianic de la 6ème à 8ème AD de siècles. Les résultats des Analyses de l'ADN antiques effectuées sur le cimetière médiéval précoce d'Aschheim en Bavière ont été publiés la semaine dernière dans des Agents Pathogènes de PloS. Ils ont confirmé sans ambiguïté que les pestis de Y. contrastaient en effet l'agent entraînant de la première pandémie, avec ce qui a été postulé par d'autres scientifiques récent. Ce résultat révolutionnaire est supporté par l'analyse du génotype de la tension antique qui fournissent les informations sur la phylogénie et le point d'origine de cette peste. Quant au deuxième et troisièmement à la pandémie, les sources initiales du bacille de peste étaient en Asie.

« Il reste douteux si au moment de l'Empereur Bizantin seulement une la tension Justinian ou plus ont été diffusés en Europe, comme elle était au moment de la Mort Noire, » Bramanti et H-nsch suggérés. Pour vérifier plus plus loin ceci et d'autres questions ouvertes au sujet des modalités et de la voie de la transmission des pestes médiévales, Bramanti a récent obtenu un Grant Avancé par ERC pour le projet « Les pestes médiévales : l'écologie, les modalités de boîte de vitesses et les artères de l'infection » (MedPlag) et déménageront au Centre pour la Synthèse Écologique et Évolutionnaire (CEES) à l'Université d'Oslo en Norvège. Le CEES, présidé par Nils Chr. Stenseth, a un dossier en suspens et récompensé de l'excellence dans la recherche sur des maladies infectieuses et en particulier sur des pestis de Y. L'organisme de recherche de MedPlag est constitué par Stephanie H-nsch, Système De Roquette D'artillerie Légère Walloe, Boris Schmid, Kyrre L. Kausrud et Ryan W. Easterday (Université d'Oslo, la Norvège), Note Achtman (Université de Warwick, R-U), Elisabeth Carniel (Institut Pasteur, Paris, France), Raffaella Bianucci (Université de Turin, l'Italie), Ulf B-ntgen (Institut de Recherches Fédéral Suisse pour Forêt, Neige et Horizontal, Suisse) ainsi qu'historiens et archéologues célèbres l'Europe, d'Asie, et d'Amérique.