Avertissement : Cette page est une traduction automatique de cette page à l'origine en anglais. Veuillez noter puisque les traductions sont générées par des machines, pas tous les traduction sera parfaite. Ce site Web et ses pages Web sont destinés à être lus en anglais. Toute traduction de ce site et de ses pages Web peut être imprécis et inexacte, en tout ou en partie. Cette traduction est fournie dans une pratique.

NCI-PCPT explore la survie des hommes sur le médicament de finastéride

Dans l'Essai NCI-parrainé de Prévention de Cancer de la Prostate (PCPT), découvertes initiales il y a d'une décennie prouvée que le finastéride de médicament sensiblement réduit le risque de cancer de la prostate, mais parmi ceux qui ont développé le cancer de la prostate, paradoxalement, le médicament était associé avec un risque accru de la maladie à haute teneur. Les découvertes Neuves enregistrées dans NEJM le 15 août 2013, basé sur la revue des participants d'essai pendant jusqu'à 18 années, prouvés que la survie des hommes sur le finastéride était équivalente aux hommes qui n'ont pas pris le médicament et la réduction du risque de cancer de la prostate persiste. Parmi presque 19.000 hommes éligibles qui ont subi la randomisation, le cancer de la prostate a été diagnostiqué dans 10,5 pour cent de ceux dans le groupe de finastéride et 14,9 pour cent de ceux dans le groupe de placebo, une réduction de 30 pour cent de risque. Pour les hommes diagnostiqués avec le cancer de la prostate, la survie de dix ans de la date du diagnostic était équivalente entre les groupes de travail en général (78 pour cent), dans ceux avec les cancers de qualité inférieure (82 pour cent), et dans ceux avec les cancers à haute teneur (73 pour cent) fournissant la réassurance que le petit excès de tumeurs de qualité supérieur chez les hommes dans le bras de finastéride de l'étude n'a pas traduite en risque accru de la mort.

Les études Précédentes basées sur l'analyse 2003 initiale avaient déjà suggéré que l'augmentation de la maladie à haute teneur ait pu avoir été due au rétrécissement et à la sensibilité accrue de glande prostatique en trouvant des cancers de qualité supérieur. En fait, le PCPT n'a pas été conçu particulièrement pour aborder la question de la maladie à haute teneur. Depuis 2011, les médicaments tels que le finastéride ont dû transporter une attention qu'ils peuvent augmenter le risque de cancer de la prostate à haute teneur ; ils n'ont été jamais approuvés pour la prévention de la maladie. Particulièrement, il y avait une préoccupation que l'augmentation des cancers à haute teneur trouvés parmi les hommes recevant le finastéride aurait comme conséquence plus de morts. Cette analyse neuve a été entreprise, en partie, pour comprendre si une telle préoccupation était justifiée.

Source : NCI