Avertissement : Cette page est une traduction automatique de cette page à l'origine en anglais. Veuillez noter puisque les traductions sont générées par des machines, pas tous les traduction sera parfaite. Ce site Web et ses pages Web sont destinés à être lus en anglais. Toute traduction de ce site et de ses pages Web peut être imprécis et inexacte, en tout ou en partie. Cette traduction est fournie dans une pratique.

Les filles ont traité pour la maladie de Hodgkin pendant l'adolescence acquièrent le risque de développer le cancer du sein

Les filles ont traité pour la maladie de Hodgkin pendant l'adolescence acquièrent un risque considérable de développer le cancer du sein, comme montré par une étude d'observation publiée dans la question actuelle de l'International de Deutsches Ärzteblatt. L'étude, qui a été effectuée par Günther Schellong et ses collègues au groupe de travail allemand sur la séquelle à long terme de la maladie de Hodgkin, a un temps complémentaire exceptionnellement long (moyenne 17,8 ans, maximum 33 ans).

Les chiffres d'incidence pour le cancer du sein secondaire sont basés sur l'observation à long terme de 590 patientes dans les essais thérapeutiques pédiatriques Allemand-Autrichiens remontant aux années 1978 1995. Les auteurs estiment que 19% des filles a traité avec la radiothérapie pour la maladie de Hodgkin développe le cancer du sein secondaire dans un délai de 30 ans en raison de ce traitement. À cause de ces découvertes, un programme de dépistage structuré pour le cancer du sein à ce groupe à haut risque a été installé en Allemagne, se servant des structures existantes mises en place par le consortium allemand pour le sein héréditaire et le cancer ovarien (für de Deutsches Konsortium familiären l'und Eierstockkrebs de Brust-).

Les auteurs d'étude recommandent que, quand la radiothérapie supradiaphragmatic est nécessaire dans les filles au-dessus de l'âge de 9, les parties de la poitrine exposée à la radiothérapie devraient être maintenues aussi petites que médicalement justifiables. Ceci permettra au risque de cancer du sein d'être maintenu aussi inférieur comme possible.