Avertissement : Cette page est une traduction automatique de cette page à l'origine en anglais. Veuillez noter puisque les traductions sont générées par des machines, pas tous les traduction sera parfaite. Ce site Web et ses pages Web sont destinés à être lus en anglais. Toute traduction de ce site et de ses pages Web peut être imprécis et inexacte, en tout ou en partie. Cette traduction est fournie dans une pratique.

Le médicament neuf multiplie l'effet analgésique des opioids sans constipation croissante

Les scientifiques de l'université de Grenade ont participé, à côté du laboratoire d'Esteve, au développement d'un médicament neuf qui multiplie l'effet analgésique des opioids (médicaments pour traiter la douleur forte), sans constipation croissante, un des la plupart des effets secondaires classiques de ces médicaments, parmi lesquels est la morphine.

Cette découverte scientifique importante a été publiée dans le tourillon de la pharmacologie et de la thérapeutique expérimentale, et a été choisie en tant que son article en suspens en janvier. Jusqu'ici, l'université des chercheurs de Grenade ont publié les résultats de vérifier cette molécule sur des souris.

Des dérivés d'opium ont été employés puisque des périodes antiques de traiter la douleur. Actuel, ces et les produits assimilés (opioids) sont les médicaments employés pour traiter les types variés de douleur forte, tels que la douleur de goujon-operatory, la douleur cancéreuse ou la douleur d'interne-organe. L'usage prolongé des opioids entraîne la constipation intense, qui est un inconvénient considérable à leur gestion, puisqu'elle diminue considérablement le bien-être patient.

L'article récent-publié montre que S1RA, un médicament qui bloque le récepteur sigma-1, parvient à multiplier seulement le bienfait des opioids ; c'est-à-dire, leurs propriétés de douleur-massacre.

Le récepteur sigma-1 est une protéine très petite qui agit en tant que neuromodulateur, liant matériel à d'autres protéines (parmi ce qui sont les récepteurs d'opioid) et modifiant leur fonctionnement.

Comme Enrique Cobos del Moral, une des auteurs et d'un chercheur à l'université de l'institut de Grenade de la neurologie, explique, des opioids sont les médicaments fondamentalement « de central-action » ; c'est-à-dire, ils agissent directement sur le cerveau et le medula spinal. Cependant, quand des opioids sont associés aux inhibiteurs du récepteur sigma-1, leurs effets de douleur-massacre sont provoqués par l'action sur d'autres endroits ; particulièrement, sur le système nerveux périphérique. De ceci, on le déduit que le récepteur sigma-1 est un frein biologique qui évite l'analgésie périphérique d'opioid, et qu'on peut éliminer ce frein par demande de règlement pharmacologique afin d'augmenter le pouvoir de douleur-massacre des opioids.

Cette découverte scientifique est d'importance énorme pour le bien-être des patients souffrant de la douleur, puisque, à court terme, elle permettra le développement des calmants plus efficaces avec moins effets secondaires.

Source:

University of Granada