Avertissement : Cette page est une traduction automatique de cette page à l'origine en anglais. Veuillez noter puisque les traductions sont générées par des machines, pas tous les traduction sera parfaite. Ce site Web et ses pages Web sont destinés à être lus en anglais. Toute traduction de ce site et de ses pages Web peut être imprécis et inexacte, en tout ou en partie. Cette traduction est fournie dans une pratique.

Bayer annonce l'approbation du Canada de santé de Nexavar pour la demande de règlement de cancer de la thyroïde différenciée

Bayer Inc. est heureux d'annoncer l'approbation du Canada de santé de Nexavar pour la demande de règlement des patients présentant le carcinome thyroïdien localement avancé ou métastatique, graduel, différencié (DTC), réfractaire à l'iode radioactif (RAI).

L'approbation est basée sur des caractéristiques de l'essai de la DÉCISION de la phase III (étude de sorafEnib dans les patients localement avancés ou métastatiques présentant le cancer de la thyroïde réfractaire d'iode radioactif). Dans l'essai, le sorafenib a étendu de manière significative la survie progressive étape (PFS), le point final primaire de l'étude, comparé au placebo (HR=0.59 [ci de 95%, 0.45-0.76] ; p<0.0001), qui représente une réduction de 41 pour cent du risque de progression de la maladie ou de mort pour les patients qui ont reçu le sorafenib comparé aux patients placebo-traités. Le PFS médian était de 10,8 mois dans les patients soignés avec le sorafenib, comparé à 5,8 mois dans les patients recevant le placebo.

Le profil de sécurité et de tolérabilité du sorafenib dans les patients dans l'essai était généralement compatible avec le profil connu du sorafenib. Les événements défavorables demande de règlement-émergents les plus courants dans l'arme de sorafenib étaient réaction cutanée, diarrhée, alopécie, perte de poids, fatigue, hypertension et éruption de main-pied. Des résultats de l'essai ont été présentés à la rencontre annuelle de la société américaine de l'oncologie clinique (ASCO) en juin 2013 et publié dans The Lancet en avril 2014.

Source:

Bayer Inc.