Avertissement : Cette page est une traduction automatique de cette page à l'origine en anglais. Veuillez noter puisque les traductions sont générées par des machines, pas tous les traduction sera parfaite. Ce site Web et ses pages Web sont destinés à être lus en anglais. Toute traduction de ce site et de ses pages Web peut être imprécis et inexacte, en tout ou en partie. Cette traduction est fournie dans une pratique.

Capecitabine augmente la rémission pour des patients de cancer du sein de HER2-negative

La demande de règlement avec le capecitabine de substance chimiothérapeutique a augmenté la rémission pour des femmes avec le cancer du sein de HER2-negative qui n'a pas été éliminé par chimiothérapie de presurgery, selon des résultats du test clinique de la phase III CREATE-X présenté au colloque 2015 de cancer du sein de San Antonio, retenu les 8-12 décembre.

La demande de règlement donnée pour rétrécir ou éliminer une tumeur avant la chirurgie est traitement appelé de néoadjuvant. Dans quelques patients présentant le cancer du sein traité avec la chimiothérapie néoadjuvante, le cancer invasif résiduel peut être trouvé dans des prélèvements de tissu de sein et des ganglions lymphatiques retirés pendant la chirurgie. Ces patients tendent à avoir de plus mauvais résultats à long terme avec les femmes qui répondent complet au traitement de néoadjuvant.

« On lui a proposé que les patients présentant la maladie invasive résiduelle après que la chimiothérapie néoadjuvante aient le cancer du sein chemoresistant, mais là n'aient été aucun test clinique de grande puissance à vérifier si la chimiothérapie systémique auxiliaire est avantageuse pour ces patients, » aient dit Masakazu Toi, DM, PhD, un professeur au centre hospitalier universitaire de Kyoto au Japon, et directeur de fondateur et de sénior de l'organisme de recherche de cancer du sein du Japon (JBCRG). « CREATE-X a été conçu pour évaluer cette question médicale par le contrôle si le capecitabine pourrait améliorer la rémission pour des patients présentant la maladie invasive résiduelle après chimiothérapie néoadjuvante.

« Ces premiers résultats d'efficacité montrent qu'après deux ans de revue, la rémission est sensiblement améliorée par l'ajout du capecitabine au traitement normal, » Toi prolongé. « Ces caractéristiques excitent, parce que les effets secondaires de la demande de règlement étaient maniables et l'avantage de la demande de règlement de capecitabine était clair. »

Toi et collègues ont inscrit 910 patients dans l'essai que dont tous ont eu le cancer du sein de HER2-negative et la maladie invasive résiduelle après le traitement de néoadjuvant qui a compris un anthracycline et/ou un taxane. Tous les patients ont reçu la demande de règlement normale et ont été fait au hasard affectés au capecitabine ou à aucun traitement complémentaire. Les 455 patients ont fait au hasard affecté le capecitabine ont reçu huit cycles, chaque des 21 jours durables, avec 1.250 milligrammes du chimiothérapeutique selon le mètre carré deux fois par jour pour les 14 premiers jours, suivi de sept jours sans la demande de règlement.

Les chercheurs ont constaté que, deux ans après avoir commencé l'étude, les patients qui ont été affectés capecitabine ont eu un risque réduit de 30 pour cent de récidive de la maladie avec ceux n'ont affecté aucun capecitabine. La rémission était de 87,2 pour cent pour ceux capecitabine affecté et 80,4 pour cent pour ceux n'ont affecté aucun capecitabine.

Selon Toi, une analyse récente avec des mises à jour a prouvé qu'il y avait une différence important dans la survie générale médiane entre les deux groupes. La survie générale médiane biennale était de 96,4 pour cent pour ceux capecitabine affecté contre 94,2 pour cent pour ceux n'a affecté aucun capecitabine.

Toi a également noté que les chercheurs réalisent des analyses de sous-ensemble pour déterminer si certains groupes de patients ont bénéficié plus que d'autres du capecitabine. Par exemple, ils regardent si l'état de récepteur hormonal a affecté des résultats, il a dit.

Source:

American Association for Cancer Research