La recherche neuve de Griffith montre des sages-femmes au risque accru de PTSD

La profession d'obstétrique est en danger de niveaux croissants du Trouble de stress traumatique de goujon (PTSD), selon la recherche neuve de l'université de Griffith cette semaine.

C'est la conclusion d'une étude publiée chez les femmes et la naissance http://dx.doi.org/10.1016/j.wombi.2016.06.006, qui prouve qu'un dans cinq des sages-femmes étudiées répondent aux critères pour PTSD probable comme présenté par la diagnose et le manuel statistique des troubles mentaux, l'édition 4.

L'étude nationale a été entreprise en travers de tous les types de réglages de santé et a demandé à un total de 707 sages-femmes, des questions liées à leurs soins d'obstétrique et comment elles se perçoivent pendant des événements traumatiques de naissance.

« Nous avons demandé très une large gamme de questions à ces sages-femmes, car nous avons voulu obtenir un sens de leurs sensations de la compétence pendant le ce qui peut être des moments très stressants, » dit professeur Jenny Gamble de l'institut Queensland de santé de Menzies.

Les « événements que les sages-femmes peuvent rencontrer en leurs durées de jour en jour peuvent comprendre par exemple, la mort ou les blessures d'une mère ou un bébé pendant la naissance, les soins abusifs par des membres de la famille ou simplement les soins qui ne sont pas entrepris d'une voie très sensible.

Les « sages-femmes, disent malheureusement souvent qu'elles se sentent qu'impuissant intervenir pour changer les soins de voie est fourni par d'autres fournisseurs de santé, ou elles peuvent ressentir faites pression sur pour prendre une décision par un autre professionnel.

« Alternativement elles peuvent estimer que les souhaits exprimés de la mère sont dépassés par des conditions structurelles de l'hôpital pendant la naissance. Si une sage-femme estime qu'il ne peut faire rien au sujet de ces situations, alors ceux-ci peuvent produire les sensations de la tension qui peuvent escalader.

« Là élève la preuve que l'exposition au traumatisme de naissance met des sages-femmes en danger de PTSD qui peut augmenter des perceptions des opinions des sages-femmes de risque et d'affect dans la normalité de l'accouchement, » dit professeur Gamble. « Il y a également la réaction d'en chaîne des éditions d'assemblage de main-d'oeuvre. »

Il dit qu'il faut plus de conscience de traumatisme dans le réglage de naissance.

« Organismes de santé à la nécessité de niveau primaire d'être plus de support des risques de la tension dans le réglage de naissance et de fournir un environnement pour des sages-femmes qui impose des soins et la pratique avisés par traumatisme. »