L'OMS confirme le déploiement pilote du vaccin de première génération de malaria dans l'Afrique Subsaharienne

Le premier vaccin de la malaria du monde sera déroulé dans les projets-pilotes dans l'Afrique Subsaharienne, OMS confirmés aujourd'hui.  Le financement est maintenant fixé pour la première étape du programme et les vaccinations doivent commencer en 2018.

Le vaccinique, connu comme RTS, S, actes contre le falciparum de P., parasite de malaria le plus mortel mondial, et plus répandu en Afrique. Les tests cliniques avancés ont montré RTS, S pour assurer la protection partielle contre la malaria chez les jeunes enfants.

« Le déploiement pilote de ce vaccin de première génération marque une étape dans le combat contre la malaria, » a dit M. Pedro Alonso, directeur du programme global de malaria d'OMS. « Ces projets-pilotes fourniront la preuve que nous devons de vrais réglages prendre des décisions au courant en circuit si déployer le vaccin sur un répandu. »

Financement et développement vacciniques

Les fonds globaux pour combattre le SIDA, la tuberculose et la malaria ont aujourd'hui reconnu les USA $15 millions pour les pilotes vacciniques de malaria, assurant le plein financement pour la première phase du programme. Plus tôt cette année, le Gavi, l'Alliance et l'UNITAID vacciniques ont annoncé des engagements jusqu'derrière les USA $27,5 millions et des USA $9,6 millions, respectivement, pendant les quatre premières années du programme vaccinique.

RTS, S a été développé par un partenariat entre la GlaxoSmithKline et l'initiative vaccinique de malaria de CIRCUIT (MVI), avec le support du Bill et de la fondation de Melinda Gates et d'un réseau des centres de recherches africains.

La « OMS identifie et recommande le commandement et support de tous les agences et associés du financement qui ont rendu cet accomplissement possible, » a dit M. Jean-Marie Okwo-Bele, directeur du service d'OMS de l'immunisation, des vaccins et du Biologicals.

Programme vaccinique recommandé par deux organismes consultatifs d'OMS

En octobre 2015, deux groupes consultatifs indépendants d'OMS consistés en les premiers experts en matière du monde en vaccins et malaria - le groupe d'experts consultatif stratégique (SAUGE) en immunisation et comité consultatif de police de malaria (MPAC) - mise en place pilote recommandée du RTS, vaccin de S dans 3 à 5 réglages dans l'Afrique Subsaharienne.  Ces recommandations ont suivi une annonce en juillet 2015 que l'agence européenne des médicaments (EMA) avait émis un avis scientifique positif du RTS, vaccin de S.  

L'OMS a officiellement adopté les recommandations de SAGE-MPAC en janvier 2016 et travaill depuis pour mobiliser le soutien financier pour les pilotes et pour mener le modèle de programme. Le programme pilote évaluera la faisabilité de livrer les 4 doses exigées de RTS, S ; le choc du RTS, S des durées enrégistrées ; et la sécurité du vaccin dans le cadre du sous-programme use.* il évaluera également le point auquel l'action protectrice du vaccin expliquée chez les enfants a vieilli 5-17 mois dans l'essai de la phase 3 peut être reproduite dans de vrais réglages.

Choix de pays

RTS, S est le premier vaccin de malaria pour compléter avec succès le contrôle pivotalement de la phase 3. L'essai de la phase 3 a inscrit plus de 15.000 mineurs et jeunes enfants dans 7 pays dans l'Afrique Subsaharienne. Des pays qui ont participé aux tests cliniques de la phase 3 seront donnés la priorité pour l'inclusion dans le programme pilote d'OMS. Les consultations sont actuelles et les noms des trois pays sélectés seront annoncés pendant les prochaines semaines.

Un outil complémentaire de contrôle

Le RTS, vaccin de S est proposé comme outil pour compléter l'envoi existant de la malaria Qui-recommandée des mesures préventives, de diagnose et de demande de règlement et sera employé en combination avec les interventions actuelles.  D'autres outils comprennent : bâti-réseaux insecticides durables ; parois intérieures de pulvérisation des logements avec des insecticides ; demande de règlement préventive pour des mineurs et pendant la grossesse ; test diagnostique immédiat ; et demande de règlement des cas confirmés avec les médicaments antimalariques efficaces.

Le déploiement de ces outils a déjà spectaculaire abaissé le fardeau de la maladie de malaria dans beaucoup de réglages africains. Entre 2000 et 2015, le régime des cas neufs de malaria dans l'Afrique Subsaharienne est tombé de 42% et les taux de mortalité de malaria sont tombés de 66%. Cependant, cette région continue à représenter approximativement 90% de caisses globales et de morts de malaria.

Car RTS, S est seulement partiellement efficace, il sera essentiel que tous les patients vaccinés présentant une fièvre soient examinés pour la malaria, et que tout ceux avec un diagnostic confirmé de malaria sont traités avec les médicaments antimalariques de haute qualité et efficaces.

Quotations d'associé :

M. Seth Berkley, Président de Gavi, l'Alliance vaccinique :

Ces pilotes sont critiques pour déterminer si ce vaccin peut être déroulé plus grand, ajoutant un outil neuf important aux interventions prouvées que nous avons déjà dans le combat contre la malaria. L'engagement global des fonds marque le début d'un partenariat historique entre Gavi, les fonds globaux et UNITAID, rassemblant trois des plus grandes institutions de financement de la santé du monde pour aborder un des principaux tueurs des enfants.

Marquez Dybul, directeur exécutif des fonds globaux :

Le vaccin neuf est un outil neuf potentiellement précieux dans le combat contre la malaria. Les pilotes étant financé, nous sommes désireux de voir comment ce vaccin fonctionne en combination avec les réseaux insecticide-traités et la pulvérisation d'intérieur.

Lelio Marmora, directeur exécutif d'UNITAID :

La malaria de fin, une maladie qui détruit un numéro disproportionné des enfants, va exiger un niveau élevé d'ingéniosité et de hardiesse. Nous devons saisir l'opportunité de piloter un vaccin qui pourrait renforcer les moyens à notre disposition de combattre cette maladie mortelle.