L'état indique des différences dans des taux de mortalité infantile monochromes de non-Hispanique aux USA

La recherche neuve récent publiée de pédiatrie de JAMA sur les mineurs monochromes de non-Hispanique, l'état a analysé les tendances dans des taux de mortalité infantile généraux et de cause-détail dans la population des USA.

Selon un état 2017 du centres pour le contrôle et la prévention des maladies des USA, les taux de mortalité infantile des USA pendant les dernières 10 années ont diminué de 15%. Cette étude, effectuée par Corinne A. Riddell, Ph.D., d'université de McGill, Montréal, Canada, et ses co-auteurs, a employé des caractéristiques du système national de statistiques indispensables des États-Unis à partir de 2005 à 2015 pour découvrir si les deux mineurs monochromes ont également tiré bénéfice des taux de mortalité infantile diminués aux USA comme signalé dans la décennie passée.

Le taux de mortalité infantile est un signe vital de la santé d'une population. Dans l'étude, des caractéristiques des renouvellements sous tension des mineurs monochromes de non-Hispanique pendant leur première année de durée ont été consultées et en divisant le nombre de morts par le nombre de naissances, le régime de la mortalité infantile a été prévu. L'étude a également prévu les régimes pour les quatre premières causes du décès et une catégorie indépendante qui se sont composées de toutes autres causes relatives.

Selon l'auteur, il y avait une diminution 14,3 11,6 selon 1000 naissances dans le taux de mortalité infantile de mineurs noirs pendant 2005-2012, qui a alors grimpé jusqu'd'à 11,4 à 11,7 selon 1000 naissances en 2014-2015. Tandis qu'entre 2005 et 2015, il y a une diminution du taux de mortalité de mineurs blancs de 5,7 à 4,8 selon 1000 naissances.

Pour les mineurs noirs, les morts dues à la gestation courte ou le poids à la naissance inférieur ont diminué au cours de la période 2005-2011 mais sont demeurés régulier ces dernières années. Vu d'autres principales causes du décès aimez les malformations congénitales, syndrome de mort subite du nourrisson, et les complications maternelles, l'état indique que les régimes montrent une diminution à partir de 2005 à 2015 pour les les deux les catégories. Cependant, pendant 2014-2015, les taux de mortalité liés au syndrome de mort subite du nourrisson et aux malformations congénitales accrus pour les mineurs noirs.

En ce qui concerne toutes autres causes, l'état indique un délai dans l'étape progressive ces dernières années. En outre, avec les mineurs blancs, les taux de mortalité infantile noirs accrus pendant la dernière année des caractéristiques procurables pour l'étude (2014-2015) et aucune cause pourrait être jugé responsable de ceci.

L'auteur, Riddell a conclu :  « Le progrès supporté en réduisant la mortalité infantile parmi les mineurs noirs depuis 2005 a calé au cours des dernières années. Ceci a mené aux augmentations de l'inégalité absolue dans la mortalité infantile entre les mineurs monochromes pendant les trois dernières années. » Il propose également que les interventions qui réduisent le régime de l'exposition avant terme de naissance pour être l'option la plus optimiste pour réduire la mortalité infantile noire et pour aborder l'inégalité entre la mortalité infantile monochrome qui existe toujours.

Sources:
  • https://www.eurekalert.org/pub_releases/2017-07/tjnj-diu062917.php
  • http://jamanetwork.com/journals/jamapediatrics/fullarticle/2633490