Avertissement : Cette page est une traduction automatique de cette page à l'origine en anglais. Veuillez noter puisque les traductions sont générées par des machines, pas tous les traduction sera parfaite. Ce site Web et ses pages Web sont destinés à être lus en anglais. Toute traduction de ce site et de ses pages Web peut être imprécis et inexacte, en tout ou en partie. Cette traduction est fournie dans une pratique.

Les routes neuf établies proches Vivantes en Ethiopie ont lié aux niveaux supérieurs de mortalité infantile

Les Chercheurs ont prouvé qu'habiter près des routes neuf établies en Ethiopie est associé avec des niveaux supérieurs de mortalité infantile. La Proximité aux routes neuves a des effets sur la santé négatifs à cause des rebuts toxiques vidés illégalement pendant la phase de construction, selon la première recherche par des économistes à l'Université de Londres de Queen Mary (QMUL) et à l'Université Dublin de Trinité (TCD).

La recherche prouve qu'une route supplémentaire établie à moins de cinq kilomètres augmente la probabilité qu'une mère remarque une mort infantile par trois points de 8,5 pour cent à 11 pour cent que L'équipe de recherche a également constaté que les enfants sous l'âge de cinq proches vivants une route récent établie ont un niveau plus bas d'hémoglobine dans le sang et sont pour souffrir de l'anémie sévère.

Les constructions de recherches sur un fuselage déterminé de la preuve liant la pollution toxique à l'incidence de la mort et de la maladie dans moins de pays en développement. Parmi les pays les plus pauvres, elle représente plus de trois fois le nombre de mort et de maladies a entraîné par malaria, VIH, tuberculose combinée. Le flux illégal des rebuts toxiques est identifié pour être l'une des formes les plus significatives du crime transnational, avec des conséquences potentiellement dévastatrices de santé aux populations locales.

L'étude est publiée comme Papier d'Économie de Trinité par M. Caterina Gennaioli de l'École de QMUL des Affaires et du Management et M. Gaïa Narciso du Service de TCD de l'Économie.

Les chercheurs basés leur enquête sur les lieux que les sites de construction de routes présentent un moyen idéal de l'élimination illégale des rebuts toxiques. Ils arguent du fait que les remblais et l'installation de sites pendant la phase de creusement d'entonnoirs fournissent une place adaptée pour le dumping, et que les routes neuf établies rendent précédemment des contrées lointaines plus accessibles et susceptibles du dumping. Ils ont choisi de se concentrer sur l'Ethiopie à cause du vaste programme de construction des routes du pays qui a eu lieu à partir de 1997 à 2010. De plus l'Afrique de l'Est est identifiée par le Bureau des Nations Unies sur des Médicaments et le Crime comme région sous le danger sévère des rebuts toxiques trafiquant et vidant (UNODC 2009).

Les données utilisées par chercheurs de deux séries de l'Enquête Démographiques et de Santé (CSAD) menée en 2005 et du 2011, qui contiennent plusieurs indicateurs de la santé parmi des adultes et des enfants, y compris la mortalité infantile, l'anémie, et le niveau de l'hémoglobine dans le sang. Ils ont utilisé des données georeferenced sur le réseau routier Éthiopien pendant les années 2000, 2005, et 2010. Ils pouvaient alors joindre des taux de mortalité accrus et la maladie connus pour être associés avec les effets de l'exposition aux rebuts toxiques et de la construction des routes neuves. La recherche s'est concentrée sur des routes construites le long des couloirs connectant la capitale Addis Ababa aux pays voisins (Djibouti, Somalie, Érythrée, Soudan et Kenya) et prouve que les résultats se retiennent seulement le long de deux artères principales connectant l'Ethiopie en Somalie et Djibouti. Ces découvertes sont compatibles avec la preuve anecdotique sur les artères susceptibles suivies des rebuts toxiques (UNODC 2009, Greenpeace 2010).

Les résultats ont été réglés pour tenir compte d'un grand choix de facteurs qui pourraient affecter les découvertes telles que la pollution, l'urbanisation et le transfert.

Selon M. Gennaioli : « … Des projets de développement d'Infrastructure en Afrique ont été évalués et attirent des placements substantiels des investisseurs étrangers. Si ces projets stimulent des activités illégales, telles que le dumping des rebuts toxiques, est susceptible de dépendre des arrangements institutionnels et de la qualité différents des institutions en travers du continent. La preuve présentée dans le papier recommande que le développement d'infrastructure, en particulier constructions de routes, devrait, au moins, être accompagné des actions visées évitant l'élimination des déchets toxique illégale, particulièrement dans les régions avec de faibles institutions et une position géographique stratégique…. »

Source : http://www.qmul.ac.uk/media/news/items/hss/199600.html