Avertissement : Cette page est une traduction automatique de cette page à l'origine en anglais. Veuillez noter puisque les traductions sont générées par des machines, pas tous les traduction sera parfaite. Ce site Web et ses pages Web sont destinés à être lus en anglais. Toute traduction de ce site et de ses pages Web peut être imprécis et inexacte, en tout ou en partie. Cette traduction est fournie dans une pratique.

L'OMS certifie l'élimination de la boîte de vitesses de mère à enfant de VIH et de syphilis dans six territoires Des Caraïbes

L'Organisation Mondiale de la Santé a validé Anguilla, Antigua-et-Barbuda, les Bermudes, les Îles Caïman, le Montserrat, et le Saint Kitts et Niévès en tant que réalisation de la double élimination

Anguilla, Antigua-et-Barbuda, les Bermudes, les Îles Caïman, le Montserrat et le Saint Kitts et Niévès ont été aujourd'hui certifiés par l'Organisation Mondiale de la Santé (WHO) comme après avoir été éliminé la transmission de la mère à l'enfant du VIH et du syphilis.

« Cette élimination est le résultat de notre engagement politique intense à la santé publique et d'effectuer la santé des mères, des enfants et des familles une priorité régionale, » a dit Timothy Harris, Premier Ministre de St Kitts et Niévès. Au Cours des six dernières années la Caraïbe a réussi à réduire des Infections à VIH neuves chez les enfants par plus que demi. « C'est un accomplissement étonnant donné les hauts débits de VIH dans le passé, et nous avons l'intention de nous améliorer sur cet exemple de succès plus à l'avenir. »

Le Carissa F. Etienne, Directeur de l'Organisme de Santé Américain de Plaque (PAHO) et Directeur Régional pour les Amériques de l'OMS, a indiqué que « Cette élimination est un accomplissement remarquable qui met les Amériques au premier rang de l'effort global pour s'assurer qu'aucun enfant n'est né avec le VIH ou le syphilis congénitale ». « Avec l'engagement politique, les systèmes de santé plus intenses, et la prévention, le diagnostic et la demande de règlement opportuns, nous pouvons réaliser les modifications grandes, » il a ajouté.

Le « UNAIDS félicite les six conditions et des territoires sur cet accomplissement important, » a dit Michel Sidibé, Directeur Exécutif d'UNAIDS. « Tous Les pays devraient suivre leur exemple et s'assurer que chaque enfant a un début sans VIH à sa durée de vie. »

En 2015, le Cuba, une autre île Des Caraïbes, est devenu le premier pays au monde pour recevoir la validation de l'OMS pour avoir réalisé l'élimination de la transmission de la mère à l'enfant du VIH et du syphilis. Ultérieurement, la Thaïlande et le Belarus ont été également validés comme après avoir été réalisé la double élimination, alors que l'Arménie recevait la validation de son élimination de la transmission de la mère à l'enfant du VIH et le Moldova était validé pour l'élimination du syphilis congénitale.

Puisque le lancement en 2010 de l'Initiative Régionale pour l'Élimination de la Transmission de la Mère à l'Enfant du VIH et le Syphilis Congénitale en Amérique Latine et le Des Caraïbes-Coordonné par OPS et le Fonds Des Nations Unies Pour L'enfance (l'UNICEF), avec le support d'autres Infections à VIH associé-neuves régionales ont été réduit dans les Caraïbe de 52% parmi des enfants, à partir de 1800 en 2010 moins de mille en 2016. Les Cas rapportés de syphilis congénitale, en attendant, demeurent ci-dessous l'objectif de avoir pas plus de 50 cas selon 100.000 nouveau-nés, bien qu'ils ne se soient pas baissés depuis 2010, et lui est susceptible là est couverture insuffisante des cas.

« L'élimination de la transmission de la mère à l'enfant du VIH et du syphilis n'est pas simplement un rêve ; c'est un objectif réalisable, » a dit Maria Cristina Perceval, Directeur Régional de l'UNICEF pour l'Amérique Latine et les Caraïbe. « Aujourd'hui nous pouvons dire que nous sommes plus près d'assurer un rétablissement sans sidas ».

Dans les Caraïbe à partir de 2016, 74% de femmes enceintes vivant avec le VIH, 64% plus qu'en 2010, a eu accès au traitement antirétroviral pour protéger leur santé et pour réduire de manière significative la possibilité de communiquer le virus à leurs enfants pendant la grossesse, l'accouchement ou allaiter. L'accès aux soins accru contribuait toujours à une réduction de 52% des tarifs de la transmission de la mère à l'enfant du VIH entre 2010 et 2016, qui est maintenant à 9%, plus haut que l'objectif de 2%.

Autre change dans le secteur de la santé qui ont contribué à ce progrès comprennent la participation intensive par les secteurs de la santé publics et privés, aboutis par les ministères de la Santé, dans la mise en place des services complets maternels et de santés de l'enfant, avec l'accent mis sur la couverture universelle et la qualité prénatales et les soins prénatals. Ils comprennent également le test augmenté pour assurer le dépistage précoce et la demande de règlement immédiate pour le VIH et le syphilis, les réseaux de laboratoire de la qualité garantie selon des normes internationales et la mise en place des mesures essentielles de garantir les droits de l'homme des femmes vivant avec le VIH.

L'élimination de la transmission de la mère à l'enfant du VIH et du syphilis est une étape importante pour terminer le SIDA et sexuellement - des infections transmises en tant que dangers pour la santé publics d'ici 2030, des engagements approuvés par l'Assemblée Générale des Nations Unies et par l'Assemblée de Santé du Monde.

« La validation pour l'élimination de la transmission de la mère à l'enfant du VIH et du syphilis envoie un message intense que la Caraïbe effectue à des incursions remarquables à atteindre l'objectif d'un rétablissement sans sidas et l'accomplissement aligne directement avec atteindre notre visibilité et objectifs, » a dit Dereck Springer, Directeur du Partenariat Des Caraïbes de Plaque contre le VIH et le SIDA. « La propagation de la maladie des mères aux enfants est arrêtée, mais le mode d'élimination doit être mis à jour et d'autres pays Des Caraïbes doivent renforcer leurs services dans le but de recevoir la validation de l'OMS, » il a ajouté.

D'Autres États Membres d'OPS dans les Caraïbe participent au processus de validation formel, et on s'attend à ce que plus soient identifiés pour leurs accomplissements en 2018.

Projecteur sur la prévention de VIH

Cette semaine, l'OPS et l'UNAIDS ont lancé leur premier état commun sur la prévention de VIH en Amériques, autorisées Prévention de VIH dans le Projecteur : Une Analyse de Secteur de la Santé en Amérique Latine et les Caraïbe. L'état affiche que le nombre d'Infections à VIH neuves parmi des adultes est demeuré stable en Amérique Latine et les Caraïbe entre 2010 et 2016, à environ 120.000 Infections à VIH neuves annuellement. L'état invite des pays à intensifier la mise en place d'un module complet des interventions pour éviter des Infections à VIH neuves aux populations principales, afin de terminer l'Épidémie de sida comme danger pour la santé public d'ici 2030.

Parmi les recommandations particulières de l'état est l'accès augmenté au l'auto-test de VIH et au diagnostic d'autre sexuellement - les infections transmises, la fourniture de prophylaxie pre-- et post-exposition comme recommendé d'OMS, demande de règlement pour tous les gens vivant avec le VIH, et éliminant la discrimination.

VIH et syphilis dans les Caraïbe en 2016 *

  • 310 000 [gens de 280 000-350 000] vivant avec le VIH.
  • 64% [51-74%] de gens vivant avec le VIH connaissent leur mode.
  • 81% [64 - >85%] de gens diagnostiqués avec le VIH sur le traitement antirétroviral.
  • 67% [53-77%] de gens sur le traitement antirétroviral ont une charge virale supprimée.
  • 18 000 [15 000-22 000] Infections à VIH neuves.
  • 9400 [7300-12 000] morts Liées au SIDA.
  • 1,25 millions de nouveau-nés en 2014 dans 31 pays Des Caraïbes.
  • 10 000 [enfants de 8700-12 000] jusqu'à 14 ans vivant avec le VIH, 29% moins qu'en 2010.
  • infections à VIH <1000 [<1000-1000] neuves parmi des enfants jusqu'à 14 années en 2016, 52% moins qu'en 2010.
  • 11 000 [9000-13 000] Infections à VIH neuves ont évité parmi des enfants jusqu'à pendant 14 années à partir de 2010 à 2016.
  • 97% de femmes assistent au moins à un contrôle prénatal, et 94% d'accouchements a eu lieu dans les hôpitaux en 2016.
  • 78% de femmes enceintes ont été examinés pour le VIH en 2016, 35% plus qu'en 2010.
  • 74% [65-84%] de femmes enceintes vivant avec le VIH sont sur le traitement antirétroviral, une augmentation de 64% depuis 2010.
  • tarifs de 9% de la transmission de la mère à l'enfant du VIH, 52% moins qu'en 2010.
  • couverture de 96% du test pour le syphilis parmi les femmes enceintes qui ont eu au moins une visite prénatale, gamme de produits depuis 2010.
  • 80% de femmes enceintes diagnostiquées avec le syphilis a reçu la demande de règlement adéquate, gamme de produits depuis 2010.
  • 1 cas de syphilis congénitale chaque 10 000 nouveau-nés en 2016 selon des données de 21 pays, gamme de produits depuis 2010.

* Source : La Surveillance Globale du SIDA 2017, UNAIDS et données a directement enregistré par pays à l'OPS.

Processus de validation d'OMS

Le processus de validation commence par une demande d'un pays à l'OPS pour la validation de l'élimination de la transmission de la mère à l'enfant du VIH et du syphilis. Puis, un Comité Régional indépendant de Validation est formé au report le procédé, utilisant les normes globales de validation recommendées par l'OMS.

Dans le cas de ces conditions et territoires Des Caraïbes, les membres du comité régional étaient des experts de 10 pays des Amériques, qui ont révisé les états de chaque condition et ont effectué des bilans virtuels et in situ dans quatre zones clé : programmes et services de santé, données et systèmes d'information, qualité de laboratoire et droits de l'homme, égalité entre les sexes et participation collective.

Suivant les recommandations du comité régional, le Comité Consultatif Global de Validation ont conduit une deuxième révision et le recommendé au Directeur général de l'OMS la validation d'Anguilla, d'Antigua-et-Barbuda, des Bermudes, des Îles Caïman, du Montserrat et du Saint Kitts et Niévès pour l'accomplissement de l'élimination de la transmission de la mère à l'enfant du VIH et du syphilis comme danger pour la santé public.

Source : http://www.who.int/