Avertissement : Cette page est une traduction automatique de cette page à l'origine en anglais. Veuillez noter puisque les traductions sont générées par des machines, pas tous les traduction sera parfaite. Ce site Web et ses pages Web sont destinés à être lus en anglais. Toute traduction de ce site et de ses pages Web peut être imprécis et inexacte, en tout ou en partie. Cette traduction est fournie dans une pratique.

L'étude trouve le haut débit d'infections néonatales au Madagascar

Chaque année dans le monde, 4 millions d'enfants meurent avant l'âge d'un, principalement dans les pays moyen-limités, un tiers d'entre eux dus à une infection sévère. Seule la période néonatale (premier mois de durée) représente un tiers des morts avant l'âge d'un. Cette situation est plus complexe dans un contexte de l'émergence toujours croissante des bactéries résistant aux antibiotiques. En 2012, l'Institut Pasteur et Institut Pasteur De Madagascar ont commencé le programme de BIRDY dans le but de documenter des infections néonatales dans la communauté et d'évaluer la condition de la résistance aux antibiotiques.

Recueilli chez l'Institut Pasteur De Madagascar le 14 février et 15ème, les chercheurs ont indiqué des résultats de thet obtenus à partir des 981 premiers enfants inclus dans ce programme, qui a commencé en 2012. Un total de 394 nouveaux-nés ont été suivis sur un site urbain à Antananarivo et 587 dans un endroit semi-rural dans Moramanga. Tous les bébés ont reçu la revue active pendant leur premier mois de durée (visite à domicile régulière) et de soins rapides en cas d'infection soupçonnée.

INCIDENCE DES INFECTIONS NÉONATALES 40 FOIS PLUS GRAND QU'AUX ETATS-UNIS.

Les premiers résultats montrent une incidence des infections néonatales confirmées de 17,7 selon 1000 nouveau-nés. Ce régime monte même jusqu'à 35,8 selon 1000 en ajoutant les cas des infections néonatales probables, extrêmement une forte incidence, 40 fois plus haut que cela observé aux Etats-Unis. Les chercheurs ont également constaté que 75% de ces infections se produisent pendant la première semaine de la durée. « Nos résultats soulignent l'importance de renforcer la revue et le management autour de l'accouchement au niveau communautaire. On doit considérer que plus d'un tiers des femmes dans notre cohorte livrée à l'intérieur des frontières, » indique le Bich-Tramway Huynh, chercheur dans le Pharmacoepidemiology et l'élément de maladies infectieuses de l'Institut Pasteur et chercheur Co-principal du programme de BIRDY.

L'incidence des infections bactériennes multirésistantes a été estimée à 7,7 cas selon 1000 nouveau-nés. « C'est la première fois jamais que ce régime est estimé dans un réglage de communauté. Ces résultats préliminaires sont comparés relativement modéré à ce que nous avons compté. S'ils sont confirmés, il signifie qu'il reste l'heure de mettre en application des interventions pour limiter l'écart de ces bactéries multirésistantes collard de Jean-Marc de commentaires dans communauté », chef de l'élément expérimental de la bactériologie chez l'Institut Pasteur De Madagascar et chercheur Co-principal du programme de BIRDY. Cependant, bactériologique analyse prouvé que 70% d'agents pathogènes trouvés dans les nouveaux-nés étaient résistants au moins à un des deux antibiotiques actuel recommandés par l'Organisation Mondiale de la Santé pour traiter ces infections (ampicilline et gentamicine).

Au cours du contact de restitution, les chercheurs ont annoncé le lancement d'un projet de BIRDY qui commencera dans la deuxième moitié de 2018 pendant une période de 3 ans. Ce projet neuf mettra en application une approche d'une santé pour étudier mondial la boîte de vitesses des bactéries multirésistantes. « Nous raffinerons notre estimation de l'incidence des infections néonatales et étudierons l'acquisition des bactéries multirésistantes dans les nouveaux-nés, si de la mère ou de l'environnement. Nous regarderons également la prématurité pour essayer de comprendre quels déclencheurs c'et ce qui sont les conséquences pour le développement de l'enfant, « explique Perlinot Herindrainy, Coordinateur de programme et épidémiologiste chez l'Institut Pasteur De Madagascar. En effet, les complications dues à la naissance prématurée sont responsables de plus de 27% des morts nouveau-nées.

Seul dans son approche et étendue, cette étude également est mise en application depuis 2014 au Cambodge et au Sénégal identiquement au Madagascar en partenariat avec Institut local Pasteur. Elle fournira éventuel des résultats comparables dans différents contextes locaux.