L'étude offre l'espoir neuf pour des patients présentant le cholangiocarcinome intrahépatique

Kandice Fogle, 43, avait juste déménagé à Houston quand il a commencé à remarquer la douleur dans le son de retour et l'aine. Après avoir subi une tomodensitométrie, les médecins ont trouvé une grande masse dans son foie. Une biopsie a confirmé qu'il a fait connu généralement le cholangiocarcinome intrahépatique, sous le nom de cancer du canal biliaire.

Ensuite faisant enlever la masse et suivant la chimiothérapie et la radiothérapie, son cancer a renvoyé six mois plus tard. Effrayé qu'il ne vivrait pas pour voir ses deux descendants, les âges 9 et 5, grandissez, il s'est inscrit dans un test clinique pour découvrir si la greffe de foie était une alternative viable pour la demande de règlement de son cancer.

« Taux de survie très faibles rapportés d'études précédentes pour des patients présentant le cholangiocarcinome intrahépatique subissant une greffe de foie, ainsi ces patients ont été généralement éliminés pour la greffe, » a dit R. Mark Ghobrial, M.D., Ph.D., responsable de greffe de foie au centre de greffe de Jr. de J.C. Walter de méthodiste de Houston. « Cependant, aucun des études antérieures n'a soigné des patients avec la chimiothérapie avant d'enlever le foie. Nous avons voulu voyons si nous pourrions rétrécir la tumeur avec la chimiothérapie, le stabilisons pendant quelques mois et puis exécutons une greffe de foie. »

En octobre 2011, presque trois ans après avoir été diagnostiqué, Fogle ont reçu l'appel qu'il avait attendu.

« Le jour ils m'ont indiqué que ma tumeur avait arrêté l'élevage, après avoir subi des mois des demandes de règlement de chimiothérapie fortes et avoir eu des éditions avec ma fonction hépatique, j'étais exalté pour avoir une seconde chance à la durée, » Fogle a dit. « J'ai su il n'allait pas être facile, mais j'ai cru que c'était mon seulement occasion à voir mes chevreaux grandissent. »

L'étude, entreprise par le centre de greffe de Jr. de J.C. Walter de méthodiste de Houston et le centre de lutte contre le cancer de DM Anderson d'Université du Texas, a reçu 12 patients présentant six greffes de réception de foie. Le taux de survie était de 100 pour cent à un an et de 83 pour cent à cinq ans avec 50 pour cent de patients ne voyant aucune récidive de leur cancer plus de cinq ans après greffe. Les découvertes sont apparues dans une édition récente de gastroentérologie et de hépatologie de The Lancet.

« Ces résultats sont prometteurs, même à un petit groupe de patients, parce qu'en ce moment il n'y a aucun remède pour cette maladie si elle ne peut pas être chirurgicalement retirée, » a dit Milind Javle, M.D., professeur de l'oncologie médicale de GI et chef de l'équipe de DM Anderson. « Nous devons explorer cette approche plus plus loin, et conduisons de grands, multicentres essais pour valider ces résultats avant de déterminer que ce traitement est le niveau de soins. »

Ghobrial a dit que la plupart des patients présentant le cholangiocarcinome intrahépatique se sont avérés pour avoir ce type de cancer seulement après qu'ils ont reçu une greffe de foie et leur vieux foie a été enlevé. On avaient été au lieu diagnostiqués avec le carcinome hépatocellulaire, la forme la plus courante du cancer de foie qui se produit dans les patients présentant la cirrhose hépatique ou l'hépatite B ou le C

« Je suis encouragé par les résultats dans ce premier groupe de patients et j'espère que nous pourrons employer ce type de traitement pour aider plus de patients à l'avenir, » Ghobrial a dit.

Fogle est plus de six ans de goujon-greffe et va toujours intense. Il a contacté la famille de son donneur et observe ses descendants grandissent.

« Je suis si reconnaissant pour le temps extra où j'ai été donné pour être avec ma famille, » Fogle a dit. « Nous avons célébré tellement ensemble, sept anniversaires supplémentaires et jours de mère, un obtention d'un diplôme d'études secondaires et des des autres sur le chemin. Je suis éternellement reconnaissant pour chaque jour où j'obtiens de passer avec mes descendants. »

Source : http://www.houstonmethodist.org/