L'étude ne trouve aucune association entre la goutte et le risque accru de fracture

La goutte, une arthrite inflammatoire douloureuse, n'est pas associée à un risque accru de fracture, selon une grande étude aboutie par l'université de Keele, et publiée dans CMAJ (tourillon médical canadien d'association).

Ces résultats diffèrent de ceux des études précédentes, qui ont trouvé un plus gros risque de fracture dans les gens avec la goutte.

La goutte est la forme la plus courante de l'arthrite inflammatoire, provoquée par l'habillage des cristaux d'urate dans un joint. Elle peut avoir comme conséquence la douleur sévère et le gonflement dans les joints, le plus souvent la base du gros orteil mais également dans d'autres joints. Au Royaume-Uni, 2,4% d'adultes sont affligés.

Il y a de la preuve que l'inflammation chronique peut augmenter le risque de fracture.

Les chercheurs de l'université de Keele ont entrepris une étude au R-U utilisant une grande base de données de premier soins. Ils ont inclus 31 781 patients présentant la goutte qui ont été appariés à 122961 contrôles et les ont suivis pendant entre 6,8 et 13,6 années jusqu'au premier diagnostic d'une fracture. Le régime de la fracture était assimilé dans les gens avec et sans la goutte. De plus, le médicament pour abaisser des niveaux d'urate dans les gens avec la goutte n'a pas semblé bénéficier ou compromettre le risque à long terme de fractures.

« Notre utilisation d'une cohorte nationalement représentative devrait permettre à nos découvertes d'étude d'être généralisables non seulement au R-U mais également à d'autres pays avec les systèmes de santé assimilés, » écrit M. Zoe Paskins, centre de premier soins BRITANNIQUE de recherches d'arthrite, université de Keele, le Staffordshire, R-U.