Risque de crises cardiaques, de rappes et d'occlusions vasculaires avérées plus élevé dans les malades du cancer

Il est réputé que le cancer préexistant soit un facteur de risque important pour la thrombose veineuse. Ce qui était jusque là peu clair était si le cancer a également un choc négatif sur le risque de crises cardiaques, de rappes ou d'occlusions des artères périphériques. Une étude entreprise à la Division de MedUni Vienne de l'hématologie et du Hemastasology au sein de son service de médecine I et récent publié en principal tourillon « Haematologica », expositions pour la première fois qui le risque de ces thromboses artérielles et de leurs conséquences est également plus élevé dans les patients présentant le cancer.

« Nous pouvions prouver que, bien que le risque de thrombose artérielle dans les patients avec les tumeurs malignes soit sensiblement inférieur à celui de la thrombose veineuse, il y a une variation grande, selon le type de tumeur, » dit l'auteur important Ella Grilz, décrivant les découvertes neuves. « Par exemple, le risque de thrombose artérielle est beaucoup plus élevé dans le cas du cancer rénal ou de poumon que dans le cancer du sein, » il ajoute.

C'est la dernière conclusion des CHATS estimatifs étudient (étude de cancer et de thrombose), qui avait fonctionné depuis 2003 et comprend plus de 2.000 malades du cancer. Le centre principal des CHATS étudient, abouti par Ingrid Pabinger et Cihan Ay, doit recenser les facteurs qui aident à prévoir la thromboembolie veineuse dans les malades du cancer.

Le risque d'un pronostic artériel est 2,6% - augmentation significative dans la mortalité
Les derniers résultats en détail : Au cours d'une période de deux ans, le risque moyen de la thrombose artérielle dans les malades du cancer est 2,6%. Bien que ce soit inférieur que le risque de thrombose veineuse, qui s'élève approximativement à 8%, le risque de thrombose artérielle est beaucoup plus élevé pour les types de cancer particuliers. Par exemple, au cours de la période de réflexion biennale, la thrombose artérielle s'est produite dans approximativement 8% de patients avec les tumeurs rénales malignes. On l'a également constaté que le taux de mortalité a triplé dans les patients qui ont souffert des crises cardiaques, des rappes ou des occlusions artérielles périphériques tout en souffrant du cancer.

Dit Cihan Ay : « Les découvertes neuves expliquent que la thrombose artérielle est associée à un taux de mortalité plus élevé dans les patients présentant le cancer. Ces patients exigent pour cette raison de particuliers soins médicaux, afin de réduire à un minimum des complications. »

Les investigations de suivi sur l'étude de CHATS rechercheront maintenant des biomarqueurs potentiels pour des crises cardiaques, des rappes et des occlusions vasculaires dans les patients présentant le cancer. L'étude de cancer et de thrombose de Vienne, qui avait maintenant fonctionné pendant 15 années, a déjà produit une suite de découvertes importantes qui améliorent la prévision clinique du risque et aident à améliorer notre compréhension des mécanismes pathophysiologiques de la thrombose liée au cancer.

Source : https://www.meduniwien.ac.at/web/en/about-us/news/detailsite/2018/news-im-juni-2018/cancer-increases-the-risk-of-heart-attacks-strokes-and-vascular-occlusions/