L'étude propose l'approche neuve pour traiter le trouble de consommation d'alcool

L'activation d'un récepteur sans le fonctionnement connu dans le cerveau réduit utiliser-et excessif d'alcool la douleur de la suppression, selon la recherche préclinique chez les rats mâles. L'étude, publiée dans l'eNeuro, propose une attitude neuve en ce qui concerne la demande de règlement du trouble de consommation d'alcool.

Plus qu'un tiers des médicaments pharmaceutiques approuvés visent les récepteurs protéine-accouplés par G (GPCRs). Un récepteur appartenant à cette famille, GPR139, est hautement exprimé en habenula -- une région du cerveau avec un rôle critique dans la dépendance.

Olivier George et collègues a employé un modèle de rat de dépendance à l'alcool et d'une substance qui active GPR139 pour déterminer un rôle précédemment inconnu pour le récepteur dans le comportement comme une dépendance. Les chercheurs ont constaté qu'activation de la consommation d'alcool GPR139 réduite et des seuils remis de sensibilité de douleur seulement chez les souris alcool-dépendantes qui ont montré la consommation comme un compulsif d'alcool apparentée au boire problématique chez l'homme. Cette étude est la première pour déterminer un effet de la manipulation GPR139 sur le comportement et encourage l'enquête sur le récepteur comme objectif potentiel de médicament dans le développement des médicaments pour la dépendance à l'alcool.

Source : http://www.sfn.org